Transport et infrastructures

Mobilité : l’innovation s’invite sur tous les territoires

Mots clés : Gouvernement - Innovations

Le ministère des Transports organisait, le 26 janvier, une matinée sur l’innovation à la suite des Assises de la mobilité. L’occasion de dresser une cartographie des projets sur le territoire, d’en mesurer la diversité, de récompenser une douzaine d’initiatives avec la première édition des prix French mobility, et d’assurer de la volonté de mieux les faire connaître.

 

« La mobilité est de plus en plus un terrain d’innovation à la fois dans les technologies, et dans les business models. » En partageant ce constat, la secrétaire d’Etat Delphine Gény-Stéphann a sans doute prêché des convaincus. Ce 26 janvier, elle était présente au côté d’Elisabeth Borne, ministre des Transports, pour conclure la matinée de l’innovation et la première édition des prix French mobility.

Quelques semaines après les Assises de la mobilité, ce rendez-vous avait pour but d’assurer du dynamisme de tous les territoires en matière d’innovation et de « mettre en valeur des projets qui concourent à la politique que je souhaite porter », a indiqué Elisabeth Borne. Environ 300 projets avaient été proposés, partout en France. Les trois quarts venaient de territoires périurbains et ruraux. Les deux tiers étaient portés par des entreprises, le reste par des collectivités locales. « Les solutions sont dans les territoires et ont souvent la capacité d’essaimer ailleurs », constate la ministre des Transports, qui s’est dit optimiste quant à la possibilité « d’apporter de bonnes solutions de mobilité pour tous ».

 

Bâtir un plan French mobility

 

La ministre a souhaité placer l’innovation au cœur de sa politique. Et pour apporter des solutions rapidement à ceux qui en ont besoin, elle entend « accélérer son développement, faciliter l’expérimentation, partager et diffuser davantage les bonnes idées ». Les prix French mobility sont une première étape, mais elle veut aller plus loin et « bâtir un plan French mobility », en collaboration avec les équipes du ministère de l’Economie et du secrétaire d’Etat au numérique, Mounir Mahjoubi notamment.

Aucune date n’a été fixée pour le moment concernant ce plan, mais deux dispositifs doivent mettre le pied à l’étrier. Tout d’abord, les 13 lauréats des prix pourront expérimenter leurs innovations sur des territoires volontaires. Un appel à manifestation d’intérêt, déjà évoqué par Elisabeth Borne lors du Congrès des maires en novembre, est lancé ce 26 janvier par l’Ademe. L’objectif : permettre aux collectivités locales (a priori de moins de 100 000 habitants) de se porter candidates pour aider à développer ces projets.

 

Appel à simplification

 

La ministre a également lancé un « appel à simplification », pour l’aider à voir comment faciliter l’innovation dans les territoires. « Le ministère doit travailler davantage avec tous les acteurs pour pouvoir adapter nos cadres réglementaires, aller plus loin, plus vite » en adaptant éventuellement certains points et en les expérimentant, a-t-elle fait valoir. Un formulaire est disponible sur le site des Assises de la mobilité, afin de recueillir les contributions.

La loi d’orientation sur les mobilités (LOM), qu’Elisabeth Borne défendra au printemps, s’appuiera sur tous ces éléments. « Vous devez vous saisir aussi de cette loi, nous aider à la bâtir en répondant à nos appels à projets » et aux différents dispositifs mis en place.

 

Focus

Les lauréats des prix French mobility

Les prix French mobility ont récompensé 13 projets, plutôt centrés sur les usages. Les lauréats obtiennent le label French mobility, la possibilité d’expérimenter leur solution sur des territoires volontaires, et d’être incubés dans l’un des incubateurs partenaires (Green tech verte, Moove lab, le Tuba, The Camp, Rolling lab).

 

–          Catégorie « Plateformes et services numériques » : Optimix, outil de planification, gestion et suivi des plans de mobilité des entreprises de l’Eurométropole de Strasbourg.

–          Catégorie « Mobilité occasionnelle » : Lyko, solution de mobilité urbaine et collaborative qui développe un réseau de lignes régulières de covoiturage dédiées aux liaisons aéroportuaires (lancement en février à Lyon, en septembre à Paris, et dans toute la France en 2O19).

–          Catégorie « Mobilité partagée » : Le chèque covoiturage de Scity.coop, permettant aux entreprises d’inciter leurs salariés à se déplacer autrement en finançant tout ou partie de leurs trajets (expérimentation en région Paca).

–          Catégorie « Mobilité active » : L’association Choisir vélo, pour son système de location de vélos issus de récupération en déchetteries.

–          Catégorie « Territoire peu dense » : Le parc naturel régional des Grands Causses, avec la mise en place d’autostops organisés, de covoiturage, de prêt de vélos à assistance électrique et le développement d’une flotte de voitures et de vélos électriques pour les entreprises et les collectivités.

–          Catégorie « Accessibilité » : Aurizone, application proposant un GPS piéton pour les personnes en situation de handicap visuel, pour les guider à l’intérieur de bâtiments.

–          Catégorie « Mobilité des nouvelles générations » : Carascol, projet porté par le groupe Transdev et la start-up Groupeer, pour vérifier les montées et descentes des enfants empruntant les transports scolaires (dispositif en place en Indre-et-Loire).

–          Catégorie « Mobilité des seniors » : Cheveux au vent, projet porté par la Maison de la voie verte à Dunkerque, proposant des promenades en vélo-taxi pour les seniors.

–          Catégorie « Transport de marchandises » : Applicolis, solution de livraison urbaine écologique, « participative et transparente ».

–          Catégorie « Mobilité solidaire » : Solicycle, projet porté par Etudes et chantiers Ile-de-France, proposant de récupérer, de recycler et de vendre des vélos, ainsi que des ateliers de réparation et de sensibilisation de la pratique du vélo.

–          Catégorie « Approche multimodale » : Sismo, plateforme d’information et de billettique multimodales porté par le Syndicat mixte des transports collectifs de l’Oise.

–          Prix coup de cœur du jury : Balade à vélo à tout âge, projet à destination des personnes isolées et âgées (lancement au printemps)

   Prix spécial du jury : Citiz, solution d’autopartage pour particuliers et professionnels déployée en région Rhône-Alpes.

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X