En direct

Evénement

Missions et compétences : deux visions

ELISABETH ALLAIN-DUPRE |  le 26/09/1997  |  Maîtrise d'ouvrageArchitectureJurisprudenceParisEurope

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Maîtrise d'ouvrage
Architecture
Jurisprudence
Paris
Europe
France entière
Réglementation
Professionnels
Valider

Accord général sur les compétences attribuées à l'architecte. Mais les missions exercées réellement restent bien en deçà. Par ailleurs, les architectes n'ont pas une vision précise de l'attente des maîtres d'ouvrage : 26 % des architectes ne se prononcent pas sur le type d'agences auquel les maîtres d'ouvrage font le plus confiance.

Sur quels types de mission intervenez-vous (vous ou votre agence) ? Vous faites... ?

TABLEAU

La majorité des architectes (89 %) intervient sur des missions complètes avec conception et exécution, suivies par des missions avec exécution partielle et des missions de conception seule. Par ailleurs, ils considèrent que l'ensemble de ces missions évoluent à la baisse ou restent stationnaires (par exemple les études d'urbanisme). Dans le détail, les agences d'au moins six salariés, les salariés, et les architectes de 35 à 44 ans sont les plus optimistes quant à l'évolution à la hausse des missions complètes.

Pour chacun des savoir-faire que je vais vous lire, dites-moi si selon vous, il fait partie des compétences de l'architecte... ?

TABLEAU

En décalage avec la réalité des missions exercées, le champ des compétences reconnues est très large, avec partout un fort taux de réponses positives, que l'on soit maître d'ouvrage ou architecte. Tant et si bien que l'on se demande pourquoi les architectes ne se voient pas confier davantage de missions d'AMO, d'études de faisabilité, ou d'aménagement intérieur ! Seules les missions de maintenance et d'entretien rompent cette belle unanimité : 48 % des architectes considèrent qu'elles relèvent de leur compétence, et seulement 20 % des municipalités, 8 % des organismes

HLM, et 16 % des maîtres d'ouvrage privés.

A quel type d'agence d'architecture pensez-vous que les maîtres d'ouvrage font le plus confiance?

TABLEAU

Les architectes n'ont pas de vision claire de l'attente des maîtres d'ouvrage : 26 %, ne se prononcent pas sur cette question, peut-être par souci de préserver le champ des possibles. Parmi les 31 % d'architectes qui optent pour une agence intégrant toutes les compétences, on compte sans surprise les agences de plus de six salariés, (42 %), les salariés d'agence (40 %) et les architectes de moins de 35 ans (38 %). En revanche, le recours à des réseaux de compétences n'est considéré comme porteur que par 25 % de l'ensemble des architectes (et 40 % des très petites structures). Du côté des maîtres d'ouvrage se dessine une préférence pour l'agence intégrant l'ensemble des compétences, accentuée aux deux extrémités de l'échelle de l'investissement suivant qu'il est petit (53 %) ou important (50 %). A rapprocher des propos de Jean Diaz, président de la FNPC (page 23).

Dans les années à venir, comment pensez-vous que va évoluer votre demande auprès des architectes ?

TABLEAU

La spécialisation ne passe pas : recueillant déjà des scores assez faibles aussi bien auprès des architectes que des maîtres d'ouvrage dans la précédente question, l'agence spécialisée ne fait pas non plus recette pour l'avenir. Au contraire, les maîtres d'ouvrage de toutes catégories pensent qu'ils se tourneront à parts à peu près égales vers des agences généralistes , ou vers des équipes de professionnels constituées autour de projets . Leur réponse paraît pourtant contradictoire avec la pratique courante, notamment dans le secteur hospitalier, de recherche des architectes ayant déjà l'expérience du type de programmes.

Michel Macary président de l'Amo* Rapprocher les cultures

« Les relations architectes/ maîtres d'ouvrage sont extrêmement délicates, dans la mesure où elles ne sont ni des relations de subordination - les architectes ont une autorité morale, ce ne sont pas des fournisseurs - ni tout à fait des relations d'égalité. Le rôle de l'AMO est de rapprocher deux cultures très différentes. Les maîtres d'ouvrage ne mesurent pas assez l'apport de l'architecte dans le choix du site ou la réflexion sur le programme, et pas toujours ce que représente le travail du projet. Après, sur la réalisation et les coûts , le dialogue se complique, parce qu'il y a différents types d'interventions. Mieux vaut bien les cadrer juridiquement. Mais rien ne remplace les rapports de confiance. »

* Association architectes et maîtres d'ouvrage

%%GALLERIE_PHOTO:0%%
Dominique Perrault, architecte Eloge du réseau

« Il y a deux ans, j'étais à la tête d'une grosse structure libérale de 60 personnes à Paris. Aujourd'hui, il y a deux bureaux Perrault, l'un à Berlin, l'autre à Paris, et plusieurs agences en réseau à Luxembourg, Genève ou Munich. Au total, 60 personnes en Europe. Ce partenariat m'a transformé la vie. Je l'ai mis en place parce que dans les pays européens où nous avons remporté des concours, l'architecte travaille toujours en mission complète, charge à lui de s'organiser pour y répondre. Les projets olympiques de vélodrome et de piscine ont été développés au bureau de Berlin (30 personnes) et chez nos associés munichois; le projet de la Cour de justice européenne est développé en partenariat à Luxembourg. A l'étranger, la responsabilité intellectuelle et psychologique du projet est répartie de façon beaucoup plus claire et plus naturelle qu'en France, il se crée de nouvelles synergies.»

%%GALLERIE_PHOTO:0%%
Patrick Colombier président du Syndicat de l'architecture Appliquer la loi MOP et les recommandations de la Miqcp

« Peut-on vraiment dire qu'on fait confiance aux architectes alors qu'on les paye si mal ? Notre combat doit se situer autant sur le terrain de la rémunération que sur celui des marchés. Nous avons trop tendance à accepter sans discuter les chiffres qu'on nous impose. Battons-nous pour que les dispositions de la loi MOP et les recommandations de la Miqcp soient au moins appliquées ! Quant à l'avenir de nos agences, nous n'avons pas tous envie de développer ces mégastructures pluridisciplinaires dont on nous parle. Pour travailler au plus près des gens et des élus, et faire bien les choses, l'exercice libéral est parfaitement adapté. Je crois beaucoup plus au redéploiement sur notre territoire qu'à d'hypothétiques marchés chinois.

%%GALLERIE_PHOTO:0%%

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Décrypter les règles du Code de la commande publique issues de la loi MOP

Décrypter les règles du Code de la commande publique issues de la loi MOP

Date de parution : 09/2019

Voir

Initiation aux procédés généraux de construction

Initiation aux procédés généraux de construction

Date de parution : 09/2019

Voir

Construire, rénover et aménager une maison

Construire, rénover et aménager une maison

Date de parution : 09/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur