En direct

Mise en œuvre des ouvrages en staff traditionnel

Gérard Karsenty ancien directeur d’un bureau d’études, ancien enseignant de l’école d’architecture de Lyon |  le 02/12/2011

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Valider
NF DTU 25.51 -

Publiée en mai 2011, la norme NF DTU 25.51 (P 73-201) s’insère dans la série des DTU 25 portant sur les travaux relatifs à l’utilisation du plâtre dans le bâtiment.

Le DTU 25.51 s’applique aux ouvrages en staff traditionnel réalisés à l’aide de moulages et de plaques, qui ne sont pas fixés directement sur le support, mur ou plafond. Le domaine d’application couvre les ouvrages tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, sous certaines conditions, dans toutes les zones climatiques ou naturelles françaises, en particulier dans les départements d’outre-mer.

Cahier des clauses techniques typesMatériau

Le staff est obtenu par moulage mince d’un plâtre spécifique convenablement gâché et armé de fibres, de toiles ou de treillis. Préfabriqué par éléments (moulages ou plaques), l’ouvrage en staff est mis en place en juxtaposant ces éléments qui sont fixés au support par des suspentes généralement métalliques, puis scellés entre eux et rejointoyés afin de présenter des surfaces continues sans joint apparent.
Réaction au feu. Les moulages et plaques en staff sont classés en euroclasse A1 (aucune contribution au feu) sans essai s’ils contiennent moins de 1 % de matériau organique par rapport à la masse ou au volume (valeur la plus élevée à prendre en compte).
Résistance au feu. Les performances d’un ouvrage en staff et le classement qui en résulte sont déterminés sur un ouvrage assemblé similaire constitué de moulages en staff, conformément à la norme NF EN 13501 2.
Résistance aux chocs. La résistance aux chocs d’un ouvrage en staff en élévation est déterminée sur un ouvrage assemblé similaire constitué de moulages en staff, conformément à la réglementation.
Performances acoustiques et thermiques. Elles sont déterminées en fonction de la destination des ouvrages en staff et des exigences qui leur sont imposées : isolation acoustique aux bruits aériens, absorption acoustique, isolation thermique.

Domaines d’application et limites d’emploi

L’utilisation du staff couvre deux domaines courants d’application :
? les ouvrages d’architecture intérieure tels que les éléments de décoration, de plafonds suspendus plans, en formes ou à caissons, de cloisons ou de contre-cloisons, planes ou en formes, d’habillages divers, d’éléments pour l’éclairage direct ou indirect sous forme de corniche, d’éléments participant au traitement acoustique (isolation ou correction) ;
? les ouvrages à fonctions techniques tels que les conduits de ventilation, de traitement d’air ou d’évacuation des fumées, les plénums et les gaines techniques, les éléments de protection contre les risques d’incendie, par exemple, la protection contre le feu d’éléments de structure dans un bâtiment.
Ces ouvrages peuvent être réalisés dans des bâtiments neufs ou des bâtiments existants en réhabilitation, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Dans ce dernier cas, ils conviennent comme sous-plafonds de péristyle ou de passages couverts réalisés à l’abri de l’action directe de l’eau.
Ils peuvent recevoir directement les finitions usuelles telles que peinture et papier peint, après l’exécution des travaux préparatoires propres au type de finition considéré. L’aspect de la face de parement de l’ouvrage achevé peut être conditionné par le niveau d’éclairage général et par l’angle d’incidence de la lumière qui risque d’accentuer les défauts. La mise en œuvre d’ouvrages en staff ayant des faces de parement dont l’éclairage définitif présente un angle d’incidence oblique détermine des conditions spéciales de travail spécifiées dans les documents particuliers du marché (cas de l’éclairage rasant). Dans les zones de risques sismiques, des dispositions techniques préventives doivent être déterminées en concordance avec celles adoptées pour les structures en conformité avec la réglementation.

Conditions hygrométriques

En fonction de la classe d’exposition du local, des dispositions particulières doivent être prises (voir tableau ci-dessous). A cet effet, les locaux sont classés en quatre classes : A, B, C, D ; la classe B est subdivisée en trois sous-classes : B, B  privatif et B  collectif.
L’article 5 de la norme NF DTU 25.51 donne des exemples de locaux pour chacune des classes.
La classe d’exposition A et la sous-classe B, qui correspondent à des expositions courantes, ne nécessitent aucune disposition particulière.
La sous-classe B  privatif peut motiver des dispositions préventives de mise en œuvre, par exemple la non-utilisation d’une ossature intermédiaire en bois.
La sous-classe d’exposition B  collectif peut motiver des dispositions préventives concernant la fabrication et la mise en œuvre, telles que l’utilisation de plâtre de moulage comportant 25 % de semi-hydrate alpha ou l’utilisation d’armatures d’origine minérale (fibre de verre).
La classe C impose les mêmes dispositions que la classe B  collectif avec, éventuellement, des adaptations pour éviter la dispersion de la vapeur d’eau dans les plénums et les vides de l’ouvrage.
La classe D correspond à des locaux à atmosphère humide contrôlée tels que centres de balnéothérapie ou aquatiques, locaux à atmosphère humide contrôlée pour des besoins de fabrication. Elle impose que le staff soit compatible avec les exigences particulières dues à l’atmosphère qui règne dans ces locaux. Des dispositions préventives sont déterminées en fonction des conditions d’exploitation.
Pour chacune des classes d’exposition A, B, C et D, les niveaux de protection contre la corrosion des équipements, accessoires et dispositifs métalliques utilisés dans ces ouvrages, sont indiqués dans l’annexe A de la partie 1.2 de la NF DTU 25.51.

Mise en œuvre

Les matériaux constitutifs et les matériels de fixation et de pose doivent répondre aux définitions et spécifications de la partie 1.2 de la norme NF DTU 25.51 (critères généraux de choix des matériaux).
La mise en œuvre des ouvrages en staff ne peut commencer que lorsque le bâtiment est hors d’eau et hors d’air. De même, la pose ne peut pas être entreprise lorsque la température du site est inférieure à 4 °C, ni sur un support gelé.
Support. Il peut faire partie du gros œuvre, de la charpente ou être constitué d’éléments spécifiques. Il doit être apte à supporter les contraintes mécaniques. En bois, il doit être conforme à la norme NF DTU 31.1 et recevoir un traitement adéquat, si besoin. En métal, il doit être protégé contre la corrosion lorsqu’il est utilisé dans des locaux de classe B, C ou D, en milieu agressif ou en extérieur.
Important. En aucun cas le support ne peut être constitué par les ouvrages suivants : plafonds suspendus en éléments de terre cuite, en plaques de plâtre à enduire ou en plaques de plâtre à parement lisse, en matériaux d’origine minérale ou végétale, en matériaux métalliques ou de synthèse.
Accessoires de fixation. Ils assurent l’écartement de l’ouvrage en plâtre de son support. Ils sont adaptés au dessin de l’ouvrage en staff, qu’il soit horizontal (plafond), vertical (gaine, colonne), incliné, plan ou courbe. Plusieurs dispositifs sont admis : patins de scellement, suspentes de type polochons simples ou doubles, tiges filetées, etc. L’ancrage dans le support est adapté au matériau constitutif de celui-ci. Eventuellement, une ossature secondaire peut se révéler nécessaire ; elle est réalisée en lattes de bois ou en profilés métalliques.
Equipements techniques. Les gaines, câbles, canalisations, etc. peuvent être admis dans les vides de l’ouvrage en staff. Ils doivent être posés avant les travaux de staff. De même, les insertions (éclairage, diffuseur d’air, haut-parleurs, etc.) sont admises dans ces ouvrages, sous réserve d’avoir été prévues à l’avance de manière à faire les découpes correspondantes. Selon la surcharge apportée, ces éléments sont, soit fixés sur le support, soit fixés directement sur l’ouvrage en staff.
Joints. En fonction de leur position et de leur destination, les ouvrages en staff peuvent nécessiter l’exécution de joints de désolidarisation, de dilatation ou de fractionnement. La conception et l’exécution de ces joints doivent être compatibles avec les exigences essentielles requises dans les locaux concernés : étanchéité au feu pour la sécurité en cas d’incendie, étanchéité aux poussières pour les conditions d’hygiène et de santé, étanchéité à l’air pour les économies d’énergie et l’isolation thermique, étanchéité acoustique pour la protection contre le bruit.

Ouvrages en staff à fonction technique

Les règles de pose sont sensiblement identiques à celles applicables aux ouvrages courants, en les adaptant à la fonction que doit tenir ce type d’ouvrage : conduit de ventilation coupe-feu, plafond acoustique de forme particulière, etc.

Critères généraux de choix des matériaux

La partie 1.2 de la norme NF DTU 25-51 traite essentiellement du choix et des critères retenus pour les différents composants. Elle aborde successivement :
? les conditions de fabrication des moulages et des plaques de staff ainsi que leur stockage sur le chantier ;
? les différents constituants (plâtre, eau) et les types d’armatures (organiques, minérales ou métalliques) ;
? les dimensions et l’épaisseur nominale des plaques, l’épaisseur maximale étant de 20 mm ;
? les accessoires et les dispositifs de fixation et d’ancrage métalliques, en acier zingué ou phosphaté ou en aluminium, et leurs conditions d’emploi ;
? les différents dispositifs de fixation possibles (patins de scellement, polochons ou suspentes en plâtre, suspentes métalliques, etc.) ;
? la présence ou non d’une ossature intermédiaire en bois, à l’exclusion du chêne, ou métallique, et ses spécifications.
L’annexe A, informative, indique la protection requise contre la corrosion des éléments métalliques d’ossature en fonction de la classe d’utilisation des éléments en staff et le degré d’humidité des locaux tels que définis précédemment.

Cahier des clauses administratives spéciales types

La partie 2 de la norme NF DTU 25.51 rappelle l’application de ses parties 1.1 et 1.2 et de la norme NF P 03 001/A1 correspondant au cahier des clauses administratives générales applicables aux travaux de bâtiment faisant l’objet de marchés privés.
Elle précise également trois dispositions fondamentales :
? la consistance des travaux objets du marché, en différenciant ceux qui font partie du marché (fourniture et pose des moulages et des plaques en staff, y compris les accessoires de pose à écartement, les échafaudages, etc.) et ceux qui en sont exclus (ossatures intermédiaires, dispositifs de renfort, barrières dans le plénum, isolants, etc.) ;
? la coordination avec les autres intervenants, conformément aux conditions préalables requises à l’article 7 de la partie 1.1 de la norme NF DTU 25.51 ; avant de commencer les travaux, l’entrepreneur doit s’assurer que ces conditions sont satisfaites.
? le règlement des litiges.
L’annexe A précise les indications que doivent comporter les documents particuliers du marché, notamment les insertions d’équipements techniques décoratifs, les conditions d’éclairage spécifique et les incompatibilités éventuelles.

Classement hygrothermique des locaux

Classes

Conditions

Types de locaux

A

Eléments de construction généralement exposés à une humidité relative variable jusqu’à 70 % et à des variations de température jusqu’à 25 °C mais sans polluants corrosifs.

Secs ou faiblement humides.

B
B  privatif
B  collectif

Eléments de construction généralement exposés à une humidité relative variable jusqu’à 90 % et à des variations de température jusqu’à 30 °C mais sans polluants corrosifs.

Moyennement humides.

C

Eléments de construction généralement exposés à une atmosphère présentant un niveau d’humidité supérieur à 90 % et accompagné d’un risque de condensation.

Très humides en ambiance non agressive.

D

Conditions plus sévères que les précédentes.

?

Textes de référence

NF P 03 001 (décembre 2000 ? indice de classement : P 03 001) : marchés privés - Cahiers types - Cahier des clauses administratives générales applicables aux travaux de bâtiment faisant l’objet de marchés privés.
NF EN 13279 1 (novembre 2008 ? indice de classement : P 72 400 1) : liants-plâtres et enduits à base de plâtre pour le bâtiment - Partie 1 : définitions et exigences.
NF EN 15319 (décembre 2007 ? indice de classement : P 72 701) : principes généraux de conception des ouvrages en staff.
NF EN 13815 (novembre 2006 ? indice de classement : P 73 401) : produits en staff - Définitions, prescriptions et méthodes d’essai.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

AUTODESK REVIT pour les bureaux d'études Fluide

AUTODESK REVIT pour les bureaux d'études Fluide

Date de parution : 06/2019

Voir

Dictionnaire de la maîtrise d’ouvrage publique et privée

Dictionnaire de la maîtrise d’ouvrage publique et privée

Date de parution : 06/2019

Voir

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Permis de construire et autorisations d'urbanisme

Date de parution : 06/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur