En direct

Mise en œuvre des obligations des entreprises pour l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes

le 01/03/2013

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Valider
Égalité professionnelle -

Décret n° 2012-1408 du 18 décembre 2012 Ministère du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social JO du 19 décembre 2012 - NOR : ETST1239390D

Publics concernés : entreprises de 50 salariés et plus.

Objet : mise en œuvre des obligations des entreprises pour l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes.

Entrée en vigueur : le texte entre en vigueur le lendemain de sa publication.

Notice : pour ne pas être soumises à la pénalité financière prévue à l’article L. 2242-5-1 du code du travail, les entreprises d’au moins 50 salariés doivent être couvertes par un accord collectif relatif à l’égalité professionnelle ou, à défaut, par un plan d’action fixant des objectifs de progression, des actions permettant de les atteindre et des indicateurs chiffrés. Les objectifs prévus dans les accords collectifs ou les plans d’action doivent porter, pour les entreprises de moins de 300 salariés, sur au moins deux et, pour les entreprises de 300 salariés et plus, sur au moins trois des domaines d’action définis par le code du travail (embauche, formation, promotion professionnelle, qualification, classification, conditions de travail, rémunération effective, articulation entre l’activité professionnelle et l’exercice de la responsabilité familiale).

Le décret porte ce nombre minimal de domaines d’action inclus obligatoirement dans les accords et plans d’action respectivement de deux à trois et de trois à quatre, et rend obligatoire celui de la rémunération. Pour les accords et plans d’action en vigueur à la date de publication du décret, ces dispositions entrent en vigueur lors de leur renouvellement et, pour les accords à durée indéterminée, au plus tard à l’échéance triennale prévue à l’article L. 2242-5 du code du travail, imposant une nouvelle négociation.

Le décret précise également que la synthèse du plan d’action, prévue aux articles L. 2323-47 et L. 2323-57 du code du travail, comprend des indicateurs par catégories professionnelles.

Enfin, l’article 6 de la loi n° 2012-1189 du 26 octobre 2012 portant création des emplois d’avenir, qui entrera en vigueur le 1er janvier 2013, a complété les articles L. 2323-47 et L. 2323-57 du code du travail pour prévoir que les plans d’action devaient être déposés auprès de l’autorité administrative. Le décret précise que ce dépôt a lieu auprès de la direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi.

Le Premier ministre,

Sur le rapport du ministre du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue ­social et de la ministre des droits des femmes, porte-parole du ­Gouvernement,

Vu le code du travail, notamment ses articles L. 2242-5-1, L. 2323-47 et L. 2323-57 ;

Vu l’avis du Conseil supérieur de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes en date du 12 novembre 2012 ;

Vu l’avis de la Commission nationale de la négociation collective en date du 6 décembre 2012 ;

Le Conseil d’Etat (section sociale) entendu,

Décrète :

Article 1

L’article R. 2242-2 du code du travail est ainsi modifié :

1° A la première phrase, le nombre : « deux » est remplacé par le nombre : « trois » et le nombre : « trois » est remplacé par le nombre : « quatre » ;

2° Il est complété par un alinéa ainsi rédigé :

« La rémunération effective est obligatoirement comprise dans les domaines d’action retenus par l’accord collectif ou, à défaut, le plan d’action mentionnés au premier alinéa. »

Article 2

Au premier alinéa de l’article D. 2323-9-1 du code du travail, après les mots : « des indicateurs », sont insérés les mots : « par catégories professionnelles ».

Article 3

Après l’article D. 2323-9-1 du code du travail, il est inséré un article D. 2323-9-2 ainsi rédigé :

« Art. D. 2323-9-2. - Le plan d’action mentionné à l’article L. 2323-47 est déposé par l’employeur dans les conditions prévues aux articles D. 2231-2 et D. 2231-4. »

Article 4

Au premier alinéa de l’article D. 2323-12-1 du code du travail, après les mots : « des indicateurs », sont insérés les mots : « par catégories professionnelles ».

Article 5

Après l’article D. 2323-12-1 du code du travail, il est inséré un article D. 2323-12-2 ainsi rédigé :

« Art. D. 2323-12-2. - Le plan d’action mentionné à l’article L. 2323-57 est déposé par l’employeur dans les conditions prévues aux articles D. 2231-2 et D. 2231-4. »

Article 6

Les dispositions de l’article 1er du présent décret s’appliquent aux accords collectifs ou aux plans d’action prévus à l’article L. 2242-5-1 du code du travail en vigueur à la date de publication du présent décret lors de leur renouvellement et, pour les accords à durée indéterminée, au plus tard à l’échéance triennale mentionnée à l’article L. 2242-5 suivant la publication du présent décret.

Article 7

Les plans d’action mentionnés aux articles L. 2323-47 et L. 2323-57 du code du travail en cours à la date de publication du présent décret sont déposés dans les conditions prévues par les articles D. 2231-2 et D. 2231-4 du même code.

Article 8

Le ministre du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social et la ministre des droits des femmes, porte-parole du Gouvernement, sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait le 18 décembre 2012.

Commentaire

Sous peine de pénalités financières, des accords collectifs ou, à défaut, des plans d’action en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes sont obligatoires, depuis le 1er janvier 2012, dans les entreprises d’au moins 50 salariés. Le décret suivant augmente notamment le nombre de domaines d’action sur lesquels ces entreprises doivent s’engager.?Désormais, les objectifs prévus dans les accords collectifs ou les plans d’action doivent porter, pour les entreprises de moins de 300 salariés, sur au moins trois domaines d’action parmi l’embauche, la formation, la promotion, la qualification, la classification, les conditions de travail et l’articulation entre activité professionnelle et responsabilité familiale. Pour les entreprises de 300 salariés et plus, le nombre de domaines est porté à au moins quatre. Par ailleurs, le domaine de la rémunération effective est rendu obligatoire pour toutes les entreprises. Ces mesures ne valent toutefois pas pour les accords ou plans d’action en cours, mais entreront en vigueur lors de leur renouvellement, ou au plus tard, trois ans après la conclusion de l’accord, et un an après la mise en place du plan d’action. Une circulaire, publiée page 34, détaille les nouvelles dispositions créées par ce décret.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Date de parution : 03/2020

Voir

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Date de parution : 02/2020

Voir

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Accessibilité en ville : guide des équipements publics

Date de parution : 02/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur