Tout le dossier Tout le dossier

Mise en sécurité électrique pour des immeubles HLM

Partager

La cité HLM « des Oiseaux », à Vandoeuvre, près de Nancy, compte 4 000 logements dont la construction s'échelonne de 1965 à 1974. Batigère, gestionnaire de ce parc immobilier, a entrepris une réhabilitation d'ensemble. Mais l'ampleur du parc l'a conduit à mener les opérations par tranches, en fonction de la date de construction.

La réhabilitation ne porte pas sur la structure en béton préfabriquée qui n'a pas trop souffert. Elle comprend le ravalement de certaines façades, le remplacement des menuiseries en bois par des fenêtres à double vitrage en PVC, l'étanchéité des toitures-terrasses, le remplacement des portes palières, la réfection des parties communes, la réhabilitation complète des salles de bains et des WC et la mise en sécurité des installations électriques. La première tranche de la réhabilitation porte sur 800 logements datant de 1965.

Comme l'indique Jacques Méon, responsable du patrimoine de Batigère, « notre premier objectif est d'assurer la sécurité des locataires en évitant les problèmes de surchauffe des circuits électriques ou de mauvaises liaisons équipotentielles. Jusqu'à présent, nous sommes intervenus ponctuellement, à l'occasion du changement d'occupants. Pour cette opération de réhabilitation, nous avons demandé à Promotelec d'effectuer un diagnostic ».

Trois niveaux d'intervention

Raphaël Perdriolle, de Promotelec, explique en quoi consiste ce diagnostic : « Il s'agit d'inspecter les installations électriques dans des logements vacants. Les contrôles concernent notamment le tableau de protection, les canalisations, l'état de l'appareillage, les liaisons équipotentielles, la continuité des conducteurs de protection, les mesures d'isolation, de seuil de déclenchement et la valeur de terre. L'ensemble de cette opération dure environ trois quarts d'heure par logement » (voir la fiche pratique p. 67). Les informations recueillies sont traitées puis mises en forme, avant d'être transmises au maître d'ouvrage.

« Selon l'état des installations, il existe trois niveaux d'intervention, précise Raphaël Perdriolle. Le premier niveau va jusqu'à une mise en conformité c'est-à-dire une mise aux normes ; le second correspond à une mise en sécurité ; et le troisième, à une intervention réduite, lorsque les logements ont déjà fait l'objet d'une rénovation. »

Un travail au cas par cas

Les entreprises d'électricité travaillent à partir des diagnostics établis et conformément au visa « Sécurité électrique » de Promotelec. André Petillat, de Forclum, et André Wagner, de Guerineau, rappellent que les logements présentent parfois des particularités : « Par exemple, lorsque l'appareillage électrique n'existe plus, ou qu'il est incorporé dans les menuiseries, nous sommes obligés de le remplacer et de le placer ailleurs. Mais le véritable problème porte sur l'intervention elle-même qui doit gêner le moins possible les occupants. Les travaux durent une demi-journée. Et, en tout état de cause, le courant ne doit pas être interrompu plus d'une heure pour ne pas occasionner de problèmes avec les congélateurs. »

Les travaux concernent essentiellement le tableau d'abonné, le repérage des circuits afin de mettre en place une protection appropriée, la recherche des neutres, la reprise de la terre de la colonne montante qui ne dispose pas d'une section suffisante. Par ailleurs, toutes les installations parasites sont supprimées, ce qui ne va pas sans poser des problèmes avec les occupants les ayant mises en place. Raphaël Perdriolle précise que si le locataire s'y oppose, un courrier lui est adressé indiquant les risques auxquels il s'expose.

FICHE TECHNIQUE

Maître d'ouvrage : Batigère.

Entreprises : Guerineau (Forclum).

Conseil : Promotelec.

Mon actualité personnalisable

Suivez vos informations clés avec votre newsletter et votre fil d'actualité personnalisable.
Choisissez vos thèmes favoris parmi ceux de cet article :

Tous les thèmes de cet article sont déjà sélectionnés.

  • Vos thèmes favoris ont bien été mis à jour.

PARCOURIR LE DOSSIER

SOMMAIRE - 4867 - REHABILITATION

Panne historique du moteur principal du bâtiment

Climatisation Un «plafond rayonnant froid» pour une tour de bureaux

Structure Un entrepôt transformé en logements

Structure Renforcement de poutres et de poteaux

Structure Rehausse de bureaux par pieux battus

Structure Surélévation de bâtiments HLM

Fondations Le «soil crete» au secours d'un musée

Electricité Sécurité pour la salle des marchés du Crédit lyonnais

Sols textile Décor personnalisé

Bétons Un chantier très diffus

Aménagement intérieur Un bâtiment militaire devient musée

Démarche séquentielle : nouvelle distribution des cartes

Un pont roulant provisoire pour acheminer des balcons

Isolation par l'extérieur pour rénover des logements

Une vêture avec enduit mince sur isolant

Des échanges informatisés pour une opération HLM

Un faux plafond à grandes trames

Mise en sécurité des installations électriques

Des règles de sécurité à respecter

Organisation : la réhabilitation d'une copropriété complexe

Rénover les terrasses en aidant à la gestion de l'eau

Réfection de sol sans décapage mécanique

Sommaire dossier

Une croissance sans enthousiasme

REHABILITATION Les aides dans le parc privé

Façade Restauration à l'identique de la « Maison radieuse »

Transformation d'une usine en collège

Création d'un étage léger pour un cinéma converti en hôtel

Reprise en sous-oeuvre sur deux niveaux de sous-sol

Le Grand-Quevilly : six tours de quinze étages des années 70 totalement «relookées »

INFORMATIQUE Un outil d'évaluation pour la réhabilitation

Un hôtel trois étoiles climatisé au gaz

Protections d'urgence provisoires contre le saturnisme

Remplacer les canalisations en plomb

Reconstruire à l'identique un moulin brûlé

REHABILITATION La mise en sécurité des installations électriques

Des solutions pour renforcer les structures existantes

LOUIS-MARIE MICHON, ingénieur principal de l'entreprise Pradeau & Morin (Fougerolle) « Il faut identifier les descentes de charges »

JEROME STUBLER, directeur technique du groupe Freyssinet « Nous sommes des dermatologues du béton»

PETER TERRELL, gérant de l'ingénierie Terrell Rooke Associés « Il faut maîtriser les déformations »

Des fibres de carbone pour renforcer les structures

Renforcement d'un plancher en site occupé

Transformation d'un hangar en béton armé

Un plancher en bois composite

Des planchers mixtes connectés

Les bacs collaborants acier-béton

Menuiserie Escalier repliable

Vichy Centre de séjour

Transformations à petits prix

Détection précoce de la corrosion

Un connecteur de planchers mixtes bois béton

Sauvegarder les premiers ouvrages en béton

Les architectes à l'honneur

« Un contexte porteur pour la qualité architecturale des réhabilitations »

NIMES Place des Esclafidous

PARIS-20e Rues Alexandre- Dumas et de Terre-Neuve

AULNAY-SOUS-BOIS Cité des Merisiers

PARIS-16e Rue Félicien-David

LE BLANC-MESNIL Cité du 212

TOULOUSE Cité universitaire Daniel-Faucher

BAYONNE Rues d'Espagne et Lagréou

PARIS-19e Rue de Crimée

Tout le dossier

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS LE MONITEUR

Tous les événements

Les formations LE MONITEUR

Toutes les formations

LES EDITIONS LE MONITEUR

Tous les livres Tous les magazines

Les services de LE MONITEUR

La solution en ligne pour bien construire !

KHEOX

Le service d'information réglementaire et technique en ligne par Afnor et Le Moniteur

JE M'ABONNE EN LIGNE

+ 2 500 textes officiels

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS

Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil