En direct

Mise en boîte artistique

Eve Jouannais |  le 09/02/2018  |  ProfessionArchitectureCultureLoire-Atlantique

Une immense halle parapluie abrite la nouvelle école des beaux-arts de Nantes Métropole.

Sur l'île de Nantes, la nouvelle école supérieure des beaux-arts est, à côté de l'école d'architecture, l'une des pièces maîtresses du « campus urbain créatif », comme l'appelle Johanna Rolland, maire de Nantes et présidente de la métropole. Elle remplace l'ancienne structure dont les locaux dispersés sur deux sites n'étaient plus adaptés. « Cette école confirme notre engagement pour la culture. Elle s'inscrit dans l'histoire de la ville et de son territoire, un haut lieu de l'industrie nantaise. Elle exprime l'ancrage local et l'ouverture sur l'extérieur », assure-t-elle. Son statut d'école supérieure s'accorde à une ambition de rayonnement européen voire international, en prévoyant l'accueil de 30 % d'étudiants étrangers sur les 500 attendus.

L'école se glisse dans les immenses halles 4 et 5 de l'ancien site industriel Alstom dont la majeure partie des structures est conservée et transformée. L'emprise des deux halles s'étend sur 161 m de longueur par 42 m de largeur avec une hauteur qui atteint 19 m au faîtage des sheds. Les façades opaques et les toitures ont été remplacées pour ne garder que le squelette en acier, restauré et mis en lumière grâce à la nouvelle enveloppe transparente ; laissé apparent partout, il répond à la réglementation incendie. Outre la puissance évocatrice du squelette des halles, « ce système de boîtes dans la boîte permet de dissocier deux peaux. La première, un parapluie de polycarbonate, gère les eaux pluviales et l'apport de lumière naturelle. Les secondes, enchâssées dans chaque halle, offrent une enveloppe thermique », explique l'architecte Franklin Azzi.

Atelier gigantesque. Entre les rangées de poteaux de cet atelier gigantesque, deux volumes simples s'élèvent en gradin sur trois niveaux de part et d'autre d'une rue intérieure est-ouest ainsi créée à la jonction des deux halles. Ces boîtes auto stables et parfaitement isolées, structurellement dissociées des halles, combinent une charpente métallique, des planchers en béton et des parois en bois sur ossature bois. Elles contiennent l'ensemble du programme de la nouvelle école dont les trois pôles d'enseignement - volume, impression, images/vidéos - se répartissent chacun sur deux plateaux correspondant aux deux cycles universitaires (licence et master). L'extrémité est, dans la continuité du parvis, est singularisée par les porte-à-faux de l'amphithéâtre et de la bibliothèque, qui marquent ainsi l'entrée et créent un espace ouvert protégé convivial. Par leur positionnement, ces deux équipements peuvent aussi accueillir un public extérieur y compris en dehors des horaires de cours.

A température ambiante, la rue couverte est éclairée naturellement à travers les sheds vitrés de cette partie de la toiture. Source de lumière pour les salles qui la bordent, elle fonctionne comme un passage public la journée et se ferme le soir. En façades périphériques, les grandes baies vitrées des ateliers du rez-de-chaussée les ouvrent sur l'extérieur alors qu'aux étages l'enveloppe en polycarbonate, qui s'interrompt à 4 m du sol, crée un écran protecteur, intègre des loggias, tout en laissant passer la lumière. Des passerelles relient les étages afin d'éviter des parcours trop longs entre les ailes comme entre les salles. Les circulations, par endroits élargies pour former de véritables plates-formes, permettent d'appréhender l'ensemble de ce lieu grandiose et offrent des espaces potentiels d'intervention non déterminés.

Maîtrise d'ouvrage : Nantes Métropole. Aménageur : Samoa.

Maîtrise d'œuvre : Franklin Azzi Architecture (mandataire), ACS (architectes d'exécution). BET : Setec (généraliste), Tess (façade), Lamoureux (acoustique), Tribu (environnement), 12ECO (économiste). Paysagiste : Bureau Bas Smets. Entreprises principales : Léon Grosse (structure béton), Baudin Chateauneuf (charpente métallique), Axe 303 (façade bois), MTech (couverture et bardage translucide). Surface : 9 827 m2 SP. Coût des travaux : 27 millions d'euros HT.

PHOTO - 11260_699728_k2_k1_1671161.jpg
PHOTO - 11260_699728_k2_k1_1671161.jpg
PHOTO - 11260_699728_k3_k1_1671164.jpg
PHOTO - 11260_699728_k3_k1_1671164.jpg
PHOTO - 11260_699728_k4_k1_1671167.jpg
PHOTO - 11260_699728_k4_k1_1671167.jpg
PHOTO - 11260_699728_k5_k1_1671169.jpg
PHOTO - 11260_699728_k5_k1_1671169.jpg
PHOTO - 11260_699728_k7_k1_1671170.jpg
PHOTO - 11260_699728_k7_k1_1671170.jpg
PHOTO - 11260_699728_k8_k1_1671172.jpg
PHOTO - 11260_699728_k8_k1_1671172.jpg
PHOTO - 11260_699728_k9_k1_1671173.jpg
PHOTO - 11260_699728_k9_k1_1671173.jpg
PHOTO - 11260_699728_k10_k1_1671197.jpg
PHOTO - 11260_699728_k10_k1_1671197.jpg

Commentaires

Mise en boîte artistique

Votre e-mail ne sera pas publié

Librairie du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX