Immobilier

Mipim 2017 : Fundimmo veut financer pour 10 millions d’euros de projets dans l’année

La plateforme de crowdfunding bouclera une levée de fonds de 850 000 € fin avril pour renforcer ses équipes commerciales et opérationnelles. Objectif :  accélérer et financer d’ici à la fin de l’année 2017 au moins 25 opérations, à hauteur de 10 millions € minimum.

 

Fundimmo, plateforme de crowdfunding spécialisée en immobilier, veut passer à la vitesse supérieure. « D’ici à la fin du mois d’avril, nous bouclerons une levée de fonds de 850 000 € auprès de business angels et de professionnels du secteur du bâtiment, annonce Jérémie Benmoussa, directeur général de la plateforme de financement participatif. Ce montant permettra d’améliorer notre communication et de recruter six personnes pour renforcer nos équipes commerciales et opérationnelles spécialisées dans le montage et le suivi d’opération. »

 

1,5 M€ déjà levés depuis le début d’année

 

Avec cette levée de fonds, Fundimmo souhaite financer « pour au moins 10 millions d’euros de projets d’ici la fin de l’année 2017, à travers 25 opérations au minimum». Une accélération importante pour la plateforme puisque depuis sa création, fin 2015, Fundimmo a levé 4,52 millions € auprès d’investisseurs pour quinze projets immobiliers (tertiaires et logements collectifs) et d’aménagement (quatre lotissements).

Ces programmes se situent pour la plupart en périphérie des centres-urbains, à l’exception des programmes collectifs développés en centre-ville. Pour autant, Jérémie Benmoussa se dit confiant. « Depuis le début de l’année, nous avons levé 1,5 million et nous finalisons le lancement de programmes avec des promoteurs d’envergure régionale. »

 

Vigilance accrue suite à l’affaire Terlat

 

Fundimmo s’interesse aux programmes immobiliers dont le chiffre d’affaires oscille entre 5 et 20 millions €. « Et la levée de fonds doit atteindre au minimum 200 000 € », signale Jérémie Benmoussa, qui précise financer les professionnels à hauteur de 500 000 € en moyenne.

Les projets soumis à la plateforme passent devant un comité consultatif composés de professionnels de l’immobilier et de financiers. « Leur avis est consultatif mais nous l’avons toujours suivi », indique le directeur général. Depuis l’affaire Terlat, du nom du promoteur qui a levé près de 3 millions € via des plateformes et qui a été placé en redressement judiciaire, Fundimmo se montre plus vigilant. « Sur dix projets soumis depuis le mois de janvier, seulement deux ont été acceptés », argue Jérémie Benmoussa.

 

Trente pièces administratives

 

Comme toutes les autres plateformes, Fundimmo  finance seulement les projets dont le permis de construire est purgé de tout recours, déjà financé partiellement par une banque et pré-commercialisé à hauteur de 40%. La plateforme analyse ensuite le bilan et le plan de trésorerie des professionnels. « Nous demandons plus de trente pièces administratives », prévient Jérémie Benmoussa. La plateforme se rémunère à hauteur de 8% des sommes levées auprès des internautes.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X