En direct

Millau : la Capeb campe à l’aplomb du Viaduc
Patrick Bouhnol, président de la Capeb d’Aveyron (à gauche), et Jean-Michel Marquès, président de la Capeb de Lozère, sur le belvédère du viaduc de Millau. - © Roberto 2011

Millau : la Capeb campe à l’aplomb du Viaduc

philippe donnaes |  le 30/10/2013  |  Ouvrage d'artArtisansBâtimentTourismeAveyron

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Entreprises
Ouvrage d'art
Artisans
Bâtiment
Tourisme
Aveyron
Lozère
Technique
Valider

Patrick Bouhnol, président de la Capeb d’Aveyron, et Jean-Michel Marquès, son homologue lozérien, ont dressé leur tente sur le belvédère du Viaduc de Millau et entamer un jeûne. Ils entendent réveiller "les artisans du bâtiment qui n’ont pas la culture de manifester".

"A cinquante deux ans, c’est la première fois de ma vie que je campe et que vais pratiquer le jeûne" glisse avec une pointe d’humour à l’accent ensoleillé Patrick Bouhnol, le président de la Capeb d’Aveyron. Mais attention, derrière ce sourire avenant se cache un engagement béton que résume parfaitement le slogan désormais célèbre, déposé à l’INPI (1) et taggué sur les routes de Lozère et d’Aveyron, lors d’une action  précédente: "Attention, un jour ça va péter ! ".

En choisissant le belvédère du très médiatique Viaduc de Millau et le symbole du pont qui réunit les individus, Patric Bouhnol et Jean-Michel Marquès, son homologue lozérien qui a également, pour l’occasion, dressé sa tente sur cette aire de camping inattendue, espèrent avant tout fédérer les énergies et réveiller les mentalités d’hommes et de femmes, "les artisans du bâtiment qui n’ont pas la culture de manifester".

"Ni révolutionnaires, ni extrémistes et encore moins poujadistes !"

Par leur action, les deux  hommes comptent aussi faire bouger leurs instances représentatives, jugées trop timorées. "Pour avancer dans une société sans cesse plus individualiste, les gens doivent comprendre qu’il faut militer et s’impliquer", martèle Jean-Michel Marquès. Mais dans le respect des valeurs de la République, "car nous ne sommes ni des révolutionnaires, ni des extrémistes et encore moins des poujadistes".

Il s’agit avant tout d’exprimer un ras-le-bol général et apolitique, "car c’est le gouvernement précédent qui a commencé à détricoter ce qu’avait eu l’audace de mettre en place celui de Lionel Jospin" rappelle Patrick Bouhnol. "Nous ne réclamons, ni ne revendiquons aucune aide d’aucune sorte" ajoute Jean-Michel Marquès, "mais le simple retour au bon sens face aux pertes d’emplois et de croissance que nous connaissons aujourd’hui". Un des objectifs principaux de cette action est donc "que Monsieur François Hollande reçoive, dans les prochains jours, Monsieur Patrick Liébus, le président de la Capeb confédérale, afin de retravailler et d’examiner nos propositions".

Rien à espérer en revanche du côté de Arnaud Montebourg et de son ministère du Redressement productif, "car l’Aveyron et la Lozère sont des départements exempts d’industries, dans lesquels l’artisanat, avec un artisan pour trente-six habitants, représente la première force économique" conclut, avec une moue rieuse, Jean-Michel Marquès.

(1) Institut National de la Propriété Industrielle

Commentaires

Millau : la Capeb campe à l’aplomb du Viaduc

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code commenté de la commande publique

Code commenté de la commande publique

Date de parution : 09/2019

Voir

Histoire de l’architecture agricole

Histoire de l’architecture agricole

Date de parution : 07/2019

Voir

Maisons individuelles passives

Maisons individuelles passives

Date de parution : 07/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur