En direct

MID 2020 : l’intermodalité, un enjeu pour 2040
- © ©chesky - stock.adobe.com

MID 2020 : l’intermodalité, un enjeu pour 2040

Anaïs Divoux |  le 22/10/2020  |  Ville du futurVie du BTPMobilitéFrance Vinci

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Moniteur Innovation Day
Ville du futur
Vie du BTP
Mobilité
France
Vinci
Jérôme Stubler
Grand Paris - Ile-de-France
hydrogene
Transition écologique
Transition énergétique
Valider

 L’innovation dans le secteur des transports de voyageurs devrait s’accélérer au cours des 20 prochaines années. Si certains rêvent de voitures volantes, d’autres, plus pragmatiques organisent l’intermodalité.

Des véhicules plus propres, partagés ou individuels…A quoi ressembleront les mobilités en 2040 ? C’est la question à laquelle Grégoire De Lasteyrie, maire de Palaiseau et délégué spécial en charge des nouvelles mobilités, ainsi que Jerôme Stubler, président de Vinci construction ont tenté de répondre.

Sur le même sujet #MIDWeek - MID 2020, les interviews en direct : Jérôme Stubler, Vinci Construction

Lors de la 2e édition du Moniteur innovation day (MID) ce 19 octobre à la Seine musicale (Boulogne), les deux hommes ont livré leurs visions des transports de demain, où la voiture, pourtant souvent pointée du doigt, conservera une place importante : « Puisque, mis à part la voiture, en banlieue, il n’y a pas de moyen efficace pour se déplacer » déplore le maire de Palaiseau.

Faire disparaître les voitures en stationnement

La voiture reste le moyen de transport préféré des Français, selon une enquête Ipsos pour Transdev, Régions de France et France Bleu.

Mais, un enjeu majeur l’attend selon Jerôme Stubler : La décarbonation via l’électrique et l’hydrogène : « Pour l’électricité on a un avantage en France : le nucléaire. Pour l’hydrogène par contre, les infrastructures de livraison vont nécessiter une quinzaine d’années d’investissement. Mais, en 2040 on les aura. » ajoute-t-il.

En plus de l’impact environnemental causé par son usage, le stationnement de la voiture tend à devenir de plus en plus problématique.

Pour Jerôme Stubler, le manque d’intermodalité, cause un engorgement en ville qu’il sera nécessaire d’éradiquer d’ici à 2040 : « une voiture c’est 12m² utilisés en stationnement de voirie, et elle ne bouge pas 97% du temps. Pour faire disparaître ces voitures en stationnement, il faudra utiliser la voirie de manière intermodale en regardant le poids de l’usage du mètre carré dans la ville ».


Organiser l’intermodalité


Mais comment organiser cette intermodalité ? Selon Jerôme Stubler, il sera primordial de mettre en place des plateformes informatiques pour connecter les moyens de transport entre eux : «  Au Japon, on peut se déplacer d’un bout à l’autre du pays de manière fluide, avec des temps d’attentes de 2 à 5 minutes entre chaque moyen de transport. Ils utilisent des protocoles d’échanges de données qui permettent de les rendre intermodaux. ».

Temps de l’infrastructure et temps de mutation des usages

La mise en place de l’intermodalité est d’autant plus complexe que la mutation des usages se fait rapidement du côté des mobilités douces, alors que les transports en commun sont, eux, soumis au temps de l’infrastructure : « la construction d’un métro prend des années. En France on commence par densifier un quartier, créer des logements, des bureaux, et seulement à la fin, les infrastructures de transport sont opérationnelles. »

Il faudrait donc, à l’avenir, commencer par la construction des infrastructures nécessaires au transport de voyageurs, avant même d’y installer la ville, estime le maire de Palaiseau.

Les mobilités de 2040 seraient donc diverses : des transports en commun qui se construiront en amont des villes, des stationnements sur voirie qui disparaîtront, ou encore des modes de transports qui seront connectés les uns aux autres via des plateformes informatiques.

Pas de voitures volantes donc, mais selon Grégoire De Lasteyrie une : « révolution tranquille et organisée ».

Commentaires

MID 2020 : l’intermodalité, un enjeu pour 2040

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Ré(investir) les toits

Ré(investir) les toits

Date de parution : 11/2020

Voir

Marchés privés de construction : guide de rédaction des contrats

Marchés privés de construction : guide de rédaction des contrats

Date de parution : 11/2020

Voir

L'urbanisme commercial

L'urbanisme commercial

Date de parution : 11/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil