En direct

Microcosmos a son musée minuscule

Marie-Douce Albert |  le 17/08/2018  |  PaysageYvelinesEspaces vertsMuséeGrand prix de l'urbanisme

Monde du vivant -

Dans les Yvelines, les insectes se sont offert une maison bâtie dans le parc du Peuple de l'herbe.

Anne-Flore a trouvé la maison de ses vieux jours. Cette mygale aux pattes pelucheuses, qui a atteint l'âge canonique de vingt ans, s'est installée à Carrières-sous-Poissy, dans les Yvelines. A la Maison des insectes, ouverte au public depuis septembre 2017, elle cohabite avec les mantes fantômes, que l'on confond aisément avec des feuilles mortes, ou ces bestioles un peu rebutantes que sont les blattes géantes du Mexique. Et toutes sont bien vivantes.

Elles font partie des pensionnaires de l'Office pour les insectes et leur environnement (Opie), une association qui œuvre depuis 1969 à faire connaître la faune minuscule et qui a trouvé le point de chute qui lui manquait pour poser ses terrariums, au sein du nouveau parc du Peuple de l'herbe.

« Grande prairie non aménagée ». La création de cet espace de 113 ha a marqué la reconquête de terres lovées dans une boucle de la Seine. Autrefois zone de maraîchage, le site avait par le passé été couvert de boues d'épandage, creusé de trous d'eau par les exploitants de gravières, puis remblayé. A l'orée des années 2010, ce secteur inondable et inconstructible « était une grande prairie ouverte aux quatre vents, accessible mais absolument pas aménagée », se souvient le paysagiste Michel Hössler, l'un des associés de l'Agence Ter, lauréate du Grand Prix de l'urbanisme 2018. Cette équipe, désignée par le département des Yvelines pour rendre le lieu plus accueillant, a proposé l'idée du parc du Peuple de l'herbe. On pense aussitôt au sous-titre du film « Microcosmos » qui, en 1996, explorait l'univers des insectes, mais Michel Hössler corrige : « Nous pensions plutôt au groupe de musique du même nom. » Le sort des petites bêtes était cependant bien au cœur du projet. « Jusqu'alors, l'endroit présentait deux habitats caractéristiques : une prairie sèche et l'étang de la Galiotte, explique le paysagiste. En travaillant sur la topographie, nous avons modelé de nouvelles zones, une bosse herbue à un endroit, une grève alluviale ailleurs. Le milieu naturel ainsi amplifié favorise la venue de nouvelles espèces. »

« Maisons de Monopoly ». Le parc, inauguré en juin 2017, cultive une attitude urbaine mais sauvage. On y chemine sur des allées tracées au milieu d'étendues d'herbes hautes et mal peignées où des lapins trouvent refuge à l'approche des promeneurs. Mais ce public aussi méritait qu'on encourage sa venue. Lors d'une autre consultation, cette fois menée par l'agglomération, cette tâche a été confiée à l'agence d'architecture AWP. En association avec les Suisses de HHF, elle a imaginé un système constructif permettant de réaliser des folies de jardins contemporaines, à vocation ludique ou utilitaire. « Nous avons créé un alphabet de silhouettes simples, qui évoquait aussi bien les maisons de Monopoly que les maisons- bateaux que l'on voit sur l'étang », raconte l'architecte Matthias Armengaud, chez AWP.

Une série de 16 pentagones, qui permettra de constituer les structures de tous les programmes imaginables, a été dessinée. Ce principe a été appliqué pour la construction de deux premiers éléments, dont la Maison des insectes. Ainsi « 31 cadres en bois ont servi à bâtir les cinq volumes imbriqués de ce minuscule musée », note l'architecte. Tout en réinterprétant la silhouette des maisons à quatre murs et toit à double pente, ce jeu de portiques permet de dégager les espaces intérieurs au profit de l'accueil du public. La répétition de cette forme iconique se retrouve dans la forme de l'observatoire, réalisé lui en métal. Cette construction arachnéenne, que ne renierait pas Anne-Flore, est rapidement devenue l'emblème du site.

Musée

Maîtrise d'ouvrage : communauté d'agglomération des Deux Rives de Seine. Maîtrise d'œuvre : AWP, architecte mandataire ; HHF, architecte associé. BET : Grontmij (ingénierie), EVP (structure), Puskas (structure obser-vatoire). Entreprise générale : ETPO. Coût : 5,2 M€ HT.

Parc

Maîtrise d'ouvrage : conseil départemental des Yvelines. Maîtrise d'œuvre : Agence Ter, paysagiste mandataire ; BET : Infra Services (VRD), Ecosphère (écologue). Entreprises : Prettre (espaces verts), Segex et Colas IDF-Normandie (voiries, réseaux), Aquasylva (génie écologique). Coût : 14 M€ HT.

La semaine prochaine : le musée de Lodève (Hérault).

PHOTO - 14541_877167_k2_k1_2059743.jpg
PHOTO - 14541_877167_k2_k1_2059743.jpg
PHOTO - 14541_877167_k4_k1_2059746.jpg
PHOTO - 14541_877167_k4_k1_2059746.jpg
PHOTO - 14541_877167_k5_k1_2059748.jpg
PHOTO - 14541_877167_k5_k1_2059748.jpg
PHOTO - 14541_877167_k7_k1_2059750.jpg
PHOTO - 14541_877167_k7_k1_2059750.jpg
PHOTO - 14541_877167_k6_k1_2059749.jpg
PHOTO - 14541_877167_k6_k1_2059749.jpg

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

Date de parution : 12/2018

Voir

AUTODESK REVIT pour les bureaux d’études Structure

AUTODESK REVIT pour les bureaux d’études Structure

Date de parution : 11/2018

Voir

Vocabulaire illustré de la construction (Français-Anglais)

Vocabulaire illustré de la construction (Français-Anglais)

Date de parution : 11/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur