En direct

MICHEL COTE, Directeur du Museum d'histoire naturelle de Lyon

PIERRE DELOHEN |  le 15/09/2000  |  RhôneCultureAménagementEspaces vertsInternational

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Rhône
Culture
Aménagement
Espaces verts
International
France
Profession
Architecture
Valider

Du Saint-Laurent au Rhône

«C'est un projet majeur, un beau défi », admet Michel Côté, chef de projet du futur Musée des sciences et de la société de Lyon, implanté au confluent de la Saône et du Rhône (Le Moniteur du 28 juillet, p.28). Quand on a restructuré le ministère culturel québécois et participé, en équipe, à la création puis à l'émergence internationale du célèbre Musée des civilisations de Québec - 700 000 visiteurs pour... 600 000 habitants - la remarque pèse son poids.

Avec son inimitable, quoique discret, accent québécois, on s'attend à rencontrer Michel Côté du côté du kiosque Victoria de la terrasse du château Frontenac à Québec, en surplomb du Saint-Laurent, plutôt que près du parc lyonnais de la Tête-d'Or, en bord de Rhône. De ce bureau, il dirige, depuis un an maintenant, le Muséum d'histoire naturelle et assure la maîtrise d'oeuvre de la politique culturelle très volontariste du département du Rhône.

La taille de l'enjeu est à la mesure de cet homme, la cinquantaine élégante, à la double formation (littérature et administration) et à la double culture (française et québécoise), qui compte parmi les références internationales dans le domaine de la muséologie contemporaine. « On peut organiser le musée en trois générations, détaille Michel Côté de sa voix douce. Le musée de collections, le musée plus pédagogique qui explique les phénomènes, et le musée au-delà de l'objet et des processus qui s'intéresse aux personnes dans la société. »

Le futur Musée des sciences et de la société, fort d'un investissement de 400 millions de francs, permettra donc d'éclairer la société dans laquelle on vit, rapportée aux autres sociétés, à la lumière des sciences qui nous entourent dans un dialogue constant avec le visiteur. Chef de projet, membre du comité de pilotage, membre du jury en charge de juger le concours architectural international, cheville ouvrière de trois autres projets - le centre de conservation, le musée des cultures du monde, ex-musée Guimet, le musée de Lacroix-Laval -, Michel Côté peut ajouter sans sourciller, seul le regard qui pétille trahit la pointe d'humour : « C'est pas mal de travail ! » Et de poursuivre : « Ce type de projet n'est pas forcément à considérer comme un travail, mais plutôt comme un... loisir ! »

Cela lui laisse justement peu de temps pour ses loisirs, déclinés entre la lecture et la découverte de la France « si diverse, si riche, si intense », pour un retour à la source : ses ancêtres ont émigré dans la Belle province au XVIIe siècle. Une richesse tellement captivante que Michel Côté et son épouse arrivent rarement à la destination prévue pour avoir été détournés en chemin par un site ou un monument remarquables « à visiter absolument ! ».

Une navigation au long cours

1971 : maîtrise de lettres, école normale supérieure de Québec.

1978 : maîtrise en administration.

1978 : enseignant en français aux anglophones.

1980 : conseiller en gestion et planification stratégique (secteur culturel).

1981-1985 : directeur des programmes nationaux au ministère de la Culture du Québec.

1985-1987 : directeur des arts d'interprétation.

1987 : entrée au Musée des civilisations de Québec.

Septembre 1999 : directeur du Muséum d'histoire naturelle de Lyon, chef de projet du Musée des sciences et de la société.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil