En direct

Mi-chantier mouvementée au musée Unterlinden de Colmar
Le chantier Unterlinden - © © Ville de Colmar

Mi-chantier mouvementée au musée Unterlinden de Colmar

Laurent Miguet (Bureau de Strasbourg du Moniteur) |  le 26/11/2013  |  Aménagements extérieursCultureHaut-RhinProfessionArchitecture

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Chantiers
Aménagements extérieurs
Culture
Haut-Rhin
Profession
Architecture
Technique
Bâtiment
ERP
Valider

Côté jardin, l’extension contemporaine du musée Unterlinden de Colmar a atteint son point culminant à la mi-novembre, et les entreprises ont livré en un temps record la première tranche des aménagements extérieurs. Côté cour, les hésitations qui ont précédé le déménagement du retable d’Issenheim provoquent un an de retard par rapport au calendrier prévisionnel du plus grand chantier jamais engagé par la Ville de Colmar.

Le premier chantier public français de l’agence suisse d’architecture Herzog & De Meuron a franchi des étapes décisives au cours des dernières semaines, à l’intérieur et dans les abords, en réhabilitation et en neuf. Début novembre, le déménagement du retable d’Issenheim a libéré l’espace nécessaire à la restauration de la chapelle de l’ancien couvent. Prévu dès l’origine par Richard Duplat, architecte en chef des Monuments historiques, le transfert dans l’église voisine des Dominicains s’est longtemps heurté à l’opposition du ministère de la Culture : le propriétaire craignait des dommages irréparables sur le chef-d’œuvre mondial de la peinture Renaissance.

Opportunité artistique

La comparaison entre les avantages et inconvénients des deux  hypothèses a finalement convaincu l’Etat : faute de déménagement du retable, l’ensemble du phasage de la restauration du couvent se trouvait remis en cause. La protection in situ, au moyen d’un sarcophage, présentait des risques encore plus importants que le déménagement.

La place de la Sinn, vue par Herzog & De Meuron
La place de la Sinn, vue par Herzog & De Meuron - © © Ville de Colmar

Enfin, la scénographie provisoire de l’église des Dominicains, construite à la même époque que le couvent du musée, présente une opportunité artistique unique, jusqu’à la fin du chantier reportée à l’automne 2015 : « Les deux génies colmariens, qui, à une génération d’intervalle, ont incarné la mutation artistique entre Moyen-Age et Renaissance, se retrouvent face à face », s’enthousiasme Marianne Chelkova, adjointe au maire chargée de la culture. Du fond du chœur et avec son sourire extatique et figé dans le décor doré de la fin du gothique, la Vierge aux buissons roses de Martin Schongauer regarde les dernières douleurs du Christ mourant, dans le paysage cauchemardesque représenté au début du XVIe siècle par Mathias Grunewald.

Aussitôt après le transfert du Retable, le Suédois Haki, sous-traitant du Colmarien Scherberich, a mis en place le parapluie qui permet aux couvreurs d’intervenir sur la toiture de la chapelle, sans craindre les intempéries.

« En comparaison de l’hypothèse d’une fermeture et réouverture quotidienne de la protection provisoire, la structure en aluminium et polyane armé, équipée de joints d’étanchéité, offre une meilleure protection », explique Alain Cabagnou, conducteur d’opération pour le groupe Domial. Outre la restauration de la toiture, les travaux portent sur la reprise du sol, pour une harmonisation avec le reste du monument historique. En revanche, faute de consensus scientifique sur son bienfondé, la régulation thermique ne figure plus au programme.

Dégât des eaux

La conclusion du débat sur le transfert du retable n’a pas tari les sources d’aléa : le 5 octobre, une spectaculaire inondation a immergé les fondations de l’extension contemporaine et la galerie de liaison vers le monument historique qui abrite le musée. L’épaisseur d’eau a atteint 1,60 m. Cet épisode n’a pas empêché, un mois plus tard, la fête du sapin : ce rite, encore vivace dans les chantiers publics rhénans, coïncide avec la pose du faîte de l’ouvrage. Sur le chantier Unterlinden, l’extension contemporaine affirme désormais sa silhouette de nef moderne. La peau du squelette occasionnera quelques-unes des prestations les plus attendues des entreprises locales : sur la première couche en béton, Scherberich posera l’isolation, puis les briques cassées qui matérialiseront l’enveloppe, tandis que Schoenenberger couvrira la toiture et le haut des murs d’une surface de cuivre de plus de 1500 m2.

Mais à la veille du marché de Noël qui s’est ouvert dès le 22 novembre à Colmar, la meilleure nouvelle du chantier Unterlinden est venue de ses aménagements extérieurs : le 21 au soir, le maire Gilbert Meyer a inauguré la première tranche du quai de la Sinn transfiguré après trois mois de travaux exécutés par Eurovia et Colas (voirie), Vincentz (électricité), Thierry Muller (espace vert) et GFC-Scherberich (gradins de pierre) pour 2,7 millions d’euros. Cette inauguration résulte d’une mission que la Ville n’a confiée à Herzog & De Meuron qu’au début 2013. Dans le même esprit de raccordement du musée à l’hypercentre médiéval, la commune a réalisé, en parallèle, la piétonisation d’une rue adjacente, également inaugurée le 21. Ces travaux d’embellissement urbain reflètent la volonté de favoriser l’appropriation du projet par les Colmariens. De ce point de vue, le maître d’ouvrage semble sur la bonne voie : « Les visites de chantier proposées par la société Schongauer, exploitant du musée, rencontrent un énorme succès », constate Marianne Chelkova.

Commentaires

Mi-chantier mouvementée au musée Unterlinden de Colmar

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

170 séquences pour mener une opération de construction

170 séquences pour mener une opération de construction

Date de parution : 01/2020

Voir

55 outils pour la conduite de chantier

55 outils pour la conduite de chantier

Date de parution : 01/2020

Voir

La maintenance des bâtiments en 100 fiches pratiques

La maintenance des bâtiments en 100 fiches pratiques

Date de parution : 06/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur