Entreprises de BTP

Métiers de la Pierre: les artisans du funéraire réagissent

Un jour, un métier. Suite aux rencontres de la construction de la Capeb, le Moniteur-Expert vous livre les coulisses des journées d’études de chaque Union nationale artisanale. Aujourd’hui les métiers de la Pierre.



Réunie sous la houlette de son nouveau président, Christian Schieber, l’UNA des métiers de la pierre a notamment évoqué les difficultés rencontrées par les artisans spécialisés dans le funéraire, confrontés à une vive concurrence des Chinois.
L’UNA travaille avec l’association « Soleil couchant » au développement des actions commerciales des entreprises du funéraire ainsi qu’à l’élaboration d’outils professionnels tels que les contrats obsèques et les contrats d’entretien des monuments funéraires en partenariat avec le GAPF. L’UNA travaille aussi avec un partenaire financier sur des outils de financement, notamment pour des travaux aux particuliers.
Autre problème évoqué lors de la réunion: comment faire venir les jeunes ? Faut-il aller vers eux ou l’inverse ?, s’est interrogé un artisan. « Les jeunes rêvent de faire ce métier. Mais ensuite, est-ce que le rêve continue? », a renchéri un autre, évoquant les salaires. « C’est le métier qui fait rêver, pas le travail posté », a répondu André Cottenceau, ancien président de l’UNA, en préconisant de « garder l’ouvrage dans la mesure du possible » pour motiver les jeunes. Néanmoins, Christel Faguet, la jeune présidente des marbriers de l’Isère (11 adhérents) y croit et s’apprête à reprendre l’entreprise créée par son grand-père dans laquelle elle travaille depuis trois ans.
Parmi les sujets évoqués: la révision des DTU 20.1 « maçonnerie de petits éléments » et 26.1 « travaux d’enduits de mortiers ». L’UNA, qui y travaille, a aussi participé activement à la réalisation du calepin de chantier n° 3 sur la fumisterie et l’âtrerie, qui est déjà disponible. Les participants ont été sollicités pour donner leur avis sur ce calepin, dans le cadre d’une enquête demandée par l’administration.
Par ailleurs, la loi du 24 février 2005 sur les territoires ruraux prévoit dans son article 42 que les petites carrières soient soumises à un simple régime de la déclaration et non plus à celui des autorisations, sous certaines conditions. Cet allègement devrait permettre le maintien et la réouverture de petites carrières, ce qui faciliterait l’accès des entreprises artisanales aux matériaux locaux pour restaurer le patrimoine bâti ancien. Le volume total d’extraction sera de 500 m3 avec un maximum de 100 m3 par an (terre végétale incluse). Un arrêté est attendu sur les modalités de financement de ces petites carrières.
La prochaine UNA se tiendra les 26, 27 et 28 avril 2007 à Verdun.
Françoise Vaysse

Demain, les artisans charpentier et menuisiers

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X