En direct

Menuiseries, le verre à bon escient

Jan Meyer |  le 08/09/2017  |  EntrepreneursArtisansInternationalSecond œuvreMenuiseries

Si les industriels ont développé des produits ayant fortement gagné en applications et en connectivité, il faut déjà s'efforcer d'utiliser avec justesse les verres à couches.

Et si la vraie innovation dans le vitrage ne venait pas du verre mais de son utilisation ? La plupart des innovations ne sont peut-être que des solutions complémentaires. Les verres chauffants ou opacifiants électrochromes, les inclusions de leds ou les verres photovoltaïques transparents ne doivent pas occulter l'importance d'un bon usage des classiques doubles vitrages à couches. Confort et économies d'énergie ne peuvent être obtenus de manière satisfaisante sans tenir compte de l'orientation, de la région et des zones climatiques.

Depuis la RT 2012, il est essentiel de prescrire un type de vitrage isolant au minimum en fonction de son exposition. Les installateurs de menuiseries détiennent quelques-unes des clés de la transition énergétique dès lors qu'ils maîtrisent certains concepts.

Compromis sur la thermique hiver/été

Le rôle d'isolant thermique du verre est toujours une préoccupation importante. Les valeurs relatives à la thermique d'hiver sont connues. C'est le cas du coefficient Uw pour la déperdition énergétique d'un ensemble châssis + vitrage. Un Uw < 1,9 W/(m2.K) est le niveau d'exigence requis pour les parois vitrées par le décret publié le 22 mars 2017.

Sur la thermique d'été, les connaissances sont plus faibles, la faute au facteur solaire de la baie (Sw). Ce dernier désigne le rapport entre l'énergie du soleil transmise et celle reçue par la paroi. Pour faire simple, si l'on veut maximiser l'apport de chaleur dû à l'effet de serre de la fenêtre en hiver, il faut un facteur solaire élevé (le simple vitrage affiche un facteur solaire de 0,86). Or, si l'on veut se protéger de la chaleur l'été, il faudrait un facteur solaire bas.

Le verre miraculeux n'existant pas, il s'agit de faire un compro mis. Or, pour des constructions à énergie positive, ce n'est pas suffisant. Dans les bureaux, il est question de supprimer la climatisation. Dans la majorité des cas, une protection solaire extérieure mobile [...]

Cet article est réservé aux abonnés Moniteur Artisans, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Isolation thermique durable des bâtiments existants

Date de parution : 12/2018

Voir

Code des juridictions financières

Code des juridictions financières

Date de parution : 12/2018

Voir

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur