Le moniteur
Menuiseries : l’UFME dit « non » aux mousses expansives en aérosol
Logo UFME

Menuiseries : l’UFME dit « non » aux mousses expansives en aérosol

Maya Pic |  le 09/04/2019  |  TechniqueMenuiserie extérieureMenuiseriesFenêtre100 % gros œuvre

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Artisans
Technique
Menuiserie extérieure
Menuiseries
Fenêtre
100 % gros œuvre
100 % second œuvre
Valider

L’Union des fabricants de menuiseries (UFME) recommande de proscrire les mousses expansives en aérosol pour le calfeutrement et l’étanchéité des menuiseries. Le syndicat exprime sa position dans une fiche destinée à informer les professionnels sur les risques encourus.

L’UFME vient de publier une fiche de recommandation professionnelle, « Quid des mousses expansives en aérosol pour le calfeutrement des fenêtres ». Synthétique, illustrée et argumentée, elle a été conçue pour aider les professionnels dans le choix des produits de calfeutrement au niveau des liaisons entre menuiserie et gros œuvre dans les cas d'usage courants. Mais surtout, elle expose la position sans appel du syndicat quant à l’utilisation de ces produits.

« Nous intervenons ici en réaction aux messages techniques mensongers véhiculés par un certain nombre de fournisseurs de mousses expansives en aérosol, lesquels préconisent, sans aucune validation technique du CSTB* ou du SNJF**, l'utilisation de leurs produits pour le calfeutrement et l'étanchéité des menuiseries. C'est inacceptable ! En tant que syndicat, nous ne pouvons laisser passer ces messages trompeurs qui desservent notre profession » commente Philippe Macquart, délégué général de l'UFME.

« Tout professionnel de la pose doit être informé que l'utilisation de ce type de produit l'expose, en cas de litige, en neuf comme en rénovation, à une responsabilité totale et immédiate... Nous ne le rappellerons jamais assez : le respect du DTU est indispensable » ajoute-t-il. « Un calfeutrement entre gros œuvre et dormant par injection de ce type de mousse ne permet pas de satisfaire aux exigences d'étanchéité décrites et d'assurer la pérennité de l'ouvrage. Les performances d'étanchéité à l'air et à l'eau ne peuvent pas être garanties par l'utilisation de ces produits » conclut Philippe Macquart.

Trois calfeutrements mentionnés dans le DTU

Pour rappel, dans le DTU 36.5, seuls trois types de calfeutrements sont mentionnés : les mastics sur fonds de joint, les mousses imprégnées classe 1 et les membranes d'étanchéité. Aucune référence n’est faite aux systèmes d'étanchéité tels que les mousses PU en aérosol ou les produits à mémoire de forme dépourvus d’avis technique du CSTB ou de certification SNJF. Ils sont donc à proscrire.

La fiche « Quid des mousses expansives en aérosol pour le calfeutrement des fenêtres » rappelle dans un premier temps les 5 principes généraux pour le calfeutrement des menuiseries, et dans un second temps les risques encourus en cas d’utilisation de mousses expansives en aérosol. Elle va être diffusée par l'UFME au sein de la profession mais est d’ores et déjà librement téléchargeable sur le site internet de l'UFME.

* CSTB : Centre scientifique et technique du bâtiment
** SNJF : Syndicat national des joints et façades

Commentaires

Menuiseries : l’UFME dit « non » aux mousses expansives en aérosol

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

La concession d'aménagement et ses alternatives

La concession d'aménagement et ses alternatives

Date de parution : 04/2019

Voir

Dicobat

Dicobat

Date de parution : 03/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur