En direct

Membranes géosynthétiques Bidim : confiant pour 1998

JEAN-MICHEL GRADT |  le 02/05/1998  |  TravailNégoceQualitéEuropeInternational

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Travail
Négoce
Qualité
Europe
International
Technique
Valider

-L'activité liée aux travaux publics est bien orientée. -De nouvelles applications et une ouverture vers les grandes surfaces de bricolage devraient soutenir le développement du leader français.

Leader français sur le marché des membranes géosynthétiques (avec près de 50 % de part de marché et une production de 70 millions de m2 dont 25 % à l'export), grâce à un produit non-tissé polyester en filament continus aiguilleté, Bidim, filiale du pétrolier autrichien OMV (1) a réalisé, l'an dernier, un chiffre d'affaires de 180 millons de francs et un résultat net de 4,5 millions de francs, en forte progression sur 1996. Bénéficiant de la double certification, Asqual et Iso 9001, Bidim intervient à 88 % dans les TP (terrassement, routes, centres d'enfouissement techniques, etc.), à 10 % dans le bâtiment et pour 2 % seulement en GSB pour les travaux d'étanchéité. Mais ce secteur devrait croître significativement à l'avenir.

Une croissance prévisionnelle de 3 % à 5 %

« Dans les TP, nous avons ressenti une bonne reprise, à partir de juin 1997. Elle devrait se confirmer au premier semestre 1998. Ensuite, l'après élections régionales et les nouveaux appels d'offres européens viennent brouiller les perspectives », analyse le P-DG de Bidim, Michel Haudrechy. Cependant, ses perspectives restent porteuses : une croissance de 3 % à 5 % du chiffre d'affaires en 1998.

Export : Pologne et Asie du sud-est

Ces prévisions se fondent sur les autres axes de développement : l'export, avec la Pologne notamment, mais aussi l'Asie du Sud-Est (une usine va ouvrir prochainement en Malaisie) ; les retombées commerciales de « l'offre globale » lancée en 1996 et qui concerne les composites (centres d'enfouissement techniques, filtration etc) et les aménagements de berges ; et enfin, l'introduction de la marque Bidim dans les GSB (Castorama et Leroy Merlin), avec un axe : « tout ce qui touche aux abords de la maison ».

(1) Cette ex-filiale de Rhône-Poulenc a été cédée en 1991 à OMV. L'autre marque du groupe est Polyfelt.

PHOTO

Michel Haudrechy, P-DG de Bidim : «Consolider notre croissance grâce à l'export et notre introduction dans les GSB.»

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil