En direct

Membranes auto-adhésives sur voûtes de sheds

ROLAND KUSCHNER |  le 17/01/1997  |  Produits et matérielsGros œuvreTravailYvelines

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Produits et matériels
Gros œuvre
Travail
Yvelines
Valider

-Face à une pente difficile d'accès, des feuilles auto-adhésives ont été utilisées. -Les joints sont soudés au chalumeau sans adjonction de bitume.

Le centre de tests des centraux téléphoniques Alcatel, du site de Villarceaux (Yvelines) en région parisienne, occupe un ancien bâtiment industriel des années 60. Sa partie centrale est surmontée d'une toiture constituée de quatre rangées de sheds longitudinaux. Ces derniers sont conçus en voûtes béton et autoprotégés à l'aide d'une étanchéité asphalte/aluminium qui s'est dégradée à cause de mouvements du bâtiment.

L'architecte Bruno Bouchaud, du cabinet Palissad, a demandé à l'entreprise SER Etanch' de mettre en oeuvre une étanchéité esthétique et légère, les travaux se déroulant en site occupé. « Nous avons préconisé la membrane Adesolo de Siplast, idéale dans le cas de pente difficile d'accès », explique Jean-François Bresson, directeur général de SER Etanch'. L'Adesolo est une feuille d'étanchéité monocouche, autoprotégée et adhésive. Ce produit bénéficie d'un cahier des charges et son avis technique est en cours (classement F5I5T4).

Autoprotection minérale

La pose de cette membrane s'effectue sur maçonnerie, béton, bois, mousses plastiques ou sur ancienne étanchéité comme c'est ici le cas. Le revêtement est constitué d'une feuille dont la composition est très proche de celle des étanchéités bitumineuses SBS classiques. Sa face supérieure est dotée d'une autoprotection minérale, et sa sous-face grésée de lignes adhésives discontinues, calibrées en usine, qui la rendent à la fois solidaire et indépendante de son support. L'adhérence partielle permet de s'affranchir de l'état de surface de l'existant. La membrane encaisse les risques de cisaillement et les mouvements divers de l'ouvrage. Elle laisse se diffuser la vapeur d'eau résiduelle en sous-face, ce qui réduit les risques de cloquage. Cette sous-face est protégée par un film siliconé. Une bande de soudure, de 12 cm de largeur, est disposée latéralement sur la face supérieure. Elle est recouverte d'un film de protection scarifié qui assure une fiabilité optimale des joints.

En phase d'exécution, une fois l'ancienne étanchéité débarrassée de sa feuille d'aluminium et le bitume remis en état sur les zones endommagées, les lés, livrés prédécoupés aux dimensions des voûtes, sont fixés mécaniquement en tête de sheds, puis déroulés afin de laisser se détendre l'armature des membranes. Chaque lé recouvre la bande de soudure du lé précédent. Puis, sitôt le film siliconé retiré par l'un des côtés, l'adhérence à froid sur l'ancien bitume est immédiate. Il ne reste qu'à souder au chalumeau les bandes de recouvrement pour fermer les joints, sans adjonction de bitume.

« Cette technique porte le temps d'exécution à huit centièmes d'heure contre dix-huit centièmes pour un revêtement bicouche. Il faut quatorze secondes pour disposer un rouleau de 8 m d'un poids de 44 kg. Le marouflage s'opère en marchant sur les lés », indique Jean-François Bresson. L'étanchéité des sheds est complétée par le revêtement Parafor Solo, sans adhésif thermosoudable. L'opération, d'une superficie de 2 200 m2, a été réalisée par quatre compagnons en quatre mois. Le coût de l'étanchéité est de 120 francs au mètre carré HT fourni, posé.

PHOTO : L'utilisation de feuilles d'étanchéité semi-adhésives permet de s'affranchir de l'état de surface du support.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil