En direct

Méka Brunel, la femme qui pesait 20 milliards

Virginie Grolleau |  le 20/10/2017  |  ConjonctureDoubsInternationalMise en concurrence

Avec le rachat d'Eurosic, Gecina devient la quatrième foncière d'Europe. Sa directrice générale compte la développer en jouant collectif.

Dans les couloirs feutrés du huitième étage du 16, rue des Capucines (Paris IIe ), Méka Brunel peut enfin s'asseoir derrière son bureau. Sa série de road-shows auprès d'investisseurs et de partenaires internationaux vient de s'achever. A la tête du groupe Gecina depuis le 9 janvier dernier, sa directrice générale y a présenté la stratégie de la foncière devenue la quatrième d'Europe, depuis l'annonce du rachat amical de sa concurrente Eurosic pour 3,3 milliards d'euros fin juin. L'OPA a doté la nouvelle entité d'un parc immobilier tertiaire estimé à 15,3 milliards, le premier d'Europe. Au total, logements compris, son patrimoine s'élève à 19,5 milliards d'euros.

La suite des opérations commence. « Nous allons engager des cessions à hauteur de 1,2 milliard d'euros, complétées selon l'appétit du marché par un second volet de 1 milliard », confie-telle. Dans son bureau, le décor est sobre, animé par les trophées qui ont ponctué sa carrière. Pardon, son parcours : « C'est une promenade, un chemin qui se construit au fil des rencontres », estime-t-elle. Et surtout, au fil des imprévus.

Une rencontre décisive. Arrivée à Besançon en 1972, à l'âge de 16 ans, après avoir fui l'Iran - son pays natal -, celle qui voulait être ingénieure comme son père sort diplômée de l'Ecole spéciale de travaux publics (ESTP) et décroche un executive MBA en marketing à HEC. Ses premiers pas professionnels sont marqués par une rencontre déterminante, celle de Jean-François Roverato, alors directeur général du groupe Fougerolles, qui deviendra Eiffage. « Je devais avoir 25 ou 26 ans, et il m'a imposée comme chef de projet sur une extension du musée Carnavalet, en indiquant qu'il me faisait confiance et que si je prenais un risque, celui de la société était plus grand encore », se souvient-elle. « J'ai beaucoup appris de lui. Nous prenions un café entre 6 heures et 8 heures du matin et il m'exposait sa vision des choses. » De quoi dessiner les contours de la sienne, forgée aussi par de nombreuses heures de travail avec ses équipes. Aujourd'hui, il lui faut construire la nouvelle « maison » Gecina-Eurosic. Nom de code du projet : Cyrus. « Il ne s'agit pas simplement de juxtaposer les immeubles et d'aligner les milliards, ni de dispatcher des équipes. Il s'agit de transformer deux entreprises en une nouvelle dans un contexte de mondialisation », projette Méka Brunel.

Son credo, c'est le collectif. « C'est comme au rugby, mon sport préféré : même si chacun se donne beaucoup de mal, c'est toujours l'équipe entière qui gagne. Ensuite, beaucoup de choses peuvent se dire de manière très directe dans les vestiaires, car rien n'est pire que le non-dit. Mais à l'extérieur, il faut faire front commun », explique celle qui est aussi férue de mathématiques, d'opéra et des quatrains du poète et savant persan Omar Khayyâm.

« Une capacité d'action et de décision ». Dans le milieu, la première femme à diriger une foncière de cette envergure inspire le respect. « Sa passion pour la matière immobilière et sa profonde connaissance de tous ses acteurs lui donnent une capacité d'action et de décision qui m'a toujours beaucoup impressionné », glisse Thierry Laroue-Pont, président du directoire de BNP Paribas Real Estate.

En attendant la fin de l'OPA sur Eurosic courant octobre, une première action commune a été réalisée, reprenant une initiative mise en place lors du passage de Méka Brunel chez son précédent employeur, Ivanhoé Cambridge, filiale immobilière de la Caisse de dépôt du Québec. « Tous les collaborateurs ont été invités à participer aux vendredis de la solidarité, raconte-t-elle. C'est un moment fort où chacun offre une journée de travail à une organisation, en l'occurrence l'Office national des forêts qu'a choisi cette année la Fondation Gecina. » Ce moment sera la première pierre de l'édifice commun.

PHOTO - 9536_599613_k3_k1_1451987.jpg
PHOTO - 9536_599613_k3_k1_1451987.jpg

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Hors-série Le Moniteur - Annuel Immobilier 2019

Hors-série Le Moniteur - Annuel Immobilier 2019

Presse - Vente au n°

Prix : 35.00 €

Voir

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Livre

Prix : 98.00 €

Auteur : Groupe Moniteur

Voir

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur