En direct

Mayenne Micropieux pour mégadalle

le 23/05/1997  |  MayenneCulteBétonProduits et matérielsSecond œuvre

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Mayenne
Culte
Béton
Produits et matériels
Second œuvre
Patrimoine
Architecture
Maîtrise d'œuvre
Loire-Atlantique
Ille-et-Vilaine
Professionnels
Valider

-A Notre-Dame d'Evron, la dalle de couverture de la crypte, en béton précontraint de 20 m sur 10 m, est bombée et de forme ellipsoïdale. Elle repose sur dix-neuf micropieux.

Le chantier qui s'achève dans la basilique Notre-Dame d'Evron (Mayenne) allie rigueur des contraintes d'un chantier de monument historique et haute technicité. Il s'agit à la fois d'assurer la rénovation de la crypte, dont les bases romanes doivent être sauvegardées, et de reprendre tous les aménagements du choeur, ainsi que l'ensemble du réseau électrique de la basilique. C'est la couverture de la crypte qui a posé les vrais problèmes techniques. « La chute de la coupole il y a vingt-quatre ans avait mis à jour la présence d'une crypte romane sous la dalle », explique Edouard Chambon, directeur de Lang TP, l'entreprise de génie civil nazairienne qui a conçu et posé la dalle. D'une dimension de 20 10 m, la dalle présente un aspect bombé d'une épaisseur de 18 cm en clé de voûte et 40 cm sur les rives. « Elle est précontrainte en monotorons gainés, explique Edouard Chambon, ce qui lui garantit une stabilité sur les dix-neuf micropieux qui ont été forés en circonférence de la crypte. » Une prouesse, car il n'était pas possible de poser les 150 t de la dalle sur les maçonneries romanes de la crypte du XIIe siècle. Ces micropieux ont été forés à des profondeurs allant de 7 à 18 m (jusqu'au roc) par injection de métal dans des gaines.

Pourquoi une dalle bombée et de forme ellipsoïdale ? Un choix de l'architecte en chef des Monuments historiques, qui a opté pour une forme propre à la déambulation - la dalle restera accessible dans le choeur de la basilique.

FICHE TECHNIQUE

Maître d'ouvrage : direction régionale des affaires culturelles de Nantes.

Maître d'oeuvre : Christiane Schmuckle Mollard, architecte en chef des Monuments historiques.

Entreprises : Seers foralo (Nantes); entreprise génie civil, Lang TP (Saint-Nazaire) ; maçonnerie, Quelin (Rennes) ; électricité, Spie Trindel.

Durée : avril 1996-avril 1997.

Coût : I7,2 millions de francs.

PHOTO : La dalle précontrainte de 150 t , posée au-dessus de la crypte romane du XIIe, repose sur 19 micropieux.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil