Installateurs

MaterioPro, la marketplace pour invendus de chantier créée par un patron du BTP

Mots clés : Entreprise du BTP - Peinture

Patrick Torcol, fondateur d’une belle entreprise parisienne de peinture, se lance dans une deuxième vie d’entrepreneur. Objectif : limiter la destruction des invendus.

L’affaire se passe entre professionnels. La plate-forme MaterioPro, mise en ligne jeudi 12 avril, réserve son accès aux professionnels du BTP. Moyennant 192 euros par an ou 20 euros par mois d’abonnement, les entrepreneurs et artisans, mais aussi les distributeurs partenaires peuvent se connecter sur cette place de marché d’un nouveau genre. Les pros peuvent y acheter ou y vendre des produits neufs qu’ils ont en stock et dont il faut qu’ils se séparent. Ou comment valoriser des matériaux qui auraient fini par être jetés, recyclés dans le meilleur des cas mais le plus souvent enfouis. Outre le prix de l’abonnement, le site prélève 5 % de commission, avec un système global très sécurisé (paiement par Stripe). Cette communauté de professionnels est une volonté forte du fondateur Patrick Torcol, qui après avoir fondé en juin 1982 une entreprise parisienne de peinture à tout juste vingt ans, puis l’avoir dirigée et fait grandir jusqu’à une cinquantaine de salariés et 7 millions d’euros de CA, l’a cédée, l’an dernier,  à son fils Eric. Un parcours également marqué par un engagement syndical à l’UMPF-FFB, qui pousse naturellement Patrick Torcol à privilégier les entreprises.

 

Grand public

 

Pour autant, les particuliers ne sont pas absents du projet. S’il a voulu protéger les pros, Patrick Torcol a préparé une plate-forme spécifique pour que les particuliers puissent acheter, mais elle n’est pas encore en ligne. Chaque vendeur pourra, outre le taux de remise qu’il consent (de 30 à 70 % par rapport au prix d’achat), choisir au bout de combien de temps son offre basculera sur la plateforme grand public. Autrement dit, la primeur est accordée aux pros, avant que la vente soit proposée à tout le monde.

 

Une affaire de convictions

 

Cette aventure entrepreneuriale est avant tout, pour Patrick Torcol, une affaire de convictions. « Pendant toutes ces années d’entrepreneur, j’ai constaté la quantité de matériaux neufs (dalles de moquettte, lés de papier peint…) invendus que j’ai jetés chaque année, parce qu’il fallait faire de la place dans mon dépôt, vu le prix du m², explique Patrick Torcol. J’ai jeté des produits neufs et j’ai payé pour leur destruction, ce qui en termes d’immobilisation financière est absurde ! J’ai eu l’idée il y a cinq ans d’aider à sortir de cette société du jetable, mais je ne pouvais pas m’investir dans le projet tant que je n’étais pas sorti de l’entreprise. » MaterioPro offre donc une alternative au gaspillage. Le technico-commercial recruté en Ile-de-France pour aider les entreprises à se familiariser avec la plate-forme circule en Zoé 100 % électrique. Un schéma que Patrick Torcol entend dupliquer, puisqu’il envisage à terme une équipe d’une trentaine de personnes dans l’entreprise, circulant toutes en véhicule électrique.

Focus

Invendus et destruction

Le marché des invendus représente 1,24 milliard €/an, soit :

– 1 % de la valeur des achats des entreprises,

– Montant moyen annuel des invendus s’élève à 4 O78 €/an.

 

Coûts de destruction des invendus de 2 à 4 % du chiffre d’affaires, soit :

– 1 à 2,5 milliards €/an,

– 4O millions de tonnes de déchets par an.

Source : FFB

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X