En direct

Matériels roulants Une offre modulable et diversifiée

JEAN-MICHEL GRADT, GUILLAUME DELACROIX, STEPHANE GETTO, LAURENT MIGUET, FRANCOIS GAUSSENT |  le 19/11/1999  |  Matériel de chantierTransportsCollectivités localesHaut-RhinRhône

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Matériel de chantier
Transports
Collectivités locales
Haut-Rhin
Rhône
Europe
Moselle
Puy-de-Dôme
Seine-Maritime
France
Hérault
Loiret
Nord
Loire-Atlantique
Isère
Bas-Rhin
Valider

Le point sur les dernières avancées des constructeurs de matériel roulant montre que les produits se diversifient, et peuvent désormais répondre à des cahiers des charges très différents.

La ville de Mulhouse a fait le choix du tram-train. Comme son nom l'indique, il s'agit d'un tramway capable de circuler indifféremment en ville sur une voie de tramway et sur voies classiques de chemin de fer en service suburbain. Ce type de véhicule circule déjà en Allemagne, dans la région de Karlsruhe, et sur une ligne frontalière entre Sarrebruck et Sarreguemines.

Techniquement, le principe est simple, il suffit de doter les véhicules d'une double alimentation électrique : 750 V en continu et 15 kW en alternatif. Mais faire cohabiter des tramways légers dont la résistance aux chocs ne dépasse pas 90 t, avec des trains classiques dont la résistance aux chocs est au minimum de 150 t (200 t pour les TGV), inquiète la SNCF, qui est très attachée à la sécurité passive de ses trains.

Cette dernière souhaiterait que la résistance aux chocs de ce type de véhicule atteigne au moins 100 t. Le processus européen de normalisation de ce type de matériel entamé fin 1997 devrait être achevé d'ici à l'an 2000.

Autre évolution technologique forte : les systèmes de transport intermédiaire situés à mi-chemin du tramway et des autobus. Ces véhicules à roulement sur pneus sont guidés par un rail central et alimentés comme les tramways par un pantographe (ou des perches de trolleybus). Ils sont également dotés d'un moteur thermique leur permettant de s'affranchir de leur guidage en cas de problème sur la ligne ou pour retourner au dépôt. Leur intérêt principal est un coût moindre de celui d'un tramway tant pour le véhicule que pour la voie. La possibilité de s'affranchir du guidage ne nécessite pas comme pour un tramway de dévier les réseaux souterrains (eau, gaz). Deux constructeurs proposent actuellement des véhicules de ce type dont la longueur peut atteindre 24 m : Bombardier avec le TVR choisi par Nancy qui devrait être inauguré fin 2000 et Translohr, développé par la société alsacienne Lohr dont le premier prototype sera présenté à Mulhouse aux journées du Gart. Irisbus et Matra transport international proposent, eux, une version encore plus allégée de ce type de véhicule : le Civis, qui est doté d'un guidage immatériel. Une simple bande de peinture apposée sur le sol est lue par une caméra située derrière le pare-brise du véhicule. Cette caméra agit à l'aide d'un moteur électrique sur la colonne de direction, sans l'intervention du conducteur. Ce véhicule circulera d'ici deux ans à Clermont-Ferrand et sans doute à Rouen (projet TEOR).

Mais qu'ils soient lourds comme le tram-train, ou légers comme le Civis, la famille élargie des tramways répond à deux impératifs désormais incontournables pour la clientèle : l'accessibilité des véhicules par d'adoption d'un plancher bas et plat sur toute la longueur (à hauteur de quai), et la transparence intérieure avec de larges baies vitrées. Par ailleurs, les constructeurs ont développé ces dernières années un concept de construction modulaire qui leur permet de proposer aux villes des véhicules personnalisés. Ainsi l'apparence extérieure du Citadis d'Alstom qui circulera bientôt à Lyon est très différente de celle du Citadis de Montpellier.

Bombardier TVR

Le TVR (transport sur voie réservée) est le premier exemplaire d'un nouveau type de véhicule urbain : le tramway sur pneus. Long de 24,50 m, il peut transporter près de 150 personnes. Il circule sur pneumatiques, et son guidage sur un rail central est assuré par quatre mini bogies. Son moteur électrique est alimenté soit par un pantographe, soit par des perches de trolleybus. Il est également doté d'un système de traction autonome

(moteur thermique alimentant une génératrice) qui lui permet de s'affranchir de son alimentation par lignes aériennes et de son rail de guidage (retour au dépôt ou déviation de la ligne pour des travaux par exemple). Son mode routier autorise un franchissement de rampes jusqu'à 13 %.

Il a été commandé à 25 exemplaires par Nancy pour remplacer, fin 2000, les trolleybus actuels, et par Caen à 24 exemplaires.

%%GALLERIE_PHOTO:0%%
Alstom Citadis

Alstom présente la maquette grandeur nature de son tramway destiné à l'agglomération lyonnaise et qui sera mis en exploitation sur deux lignes fin 2000. Les 43 rames commandées par Lyon sont issues de la gamme Citadis qui se décline en plusieurs longueurs. Ainsi, Lyon a choisi le TGA 302 de 31 m de long, à plancher intégralement surbaissé, qui peut transporter environ 200 personnes. Tous les véhicules de la gamme (de 22 à 31 m de long) sont équipés de la traction asynchrone Onix

développée par Alstom. Leur conception modulaire permet une personnalisation des rames. Ainsi, les éléments visibles de la carrosserie sont indépendants des éléments techniques (châssis, bogies moteurs et porteurs...). Les parties avant et arrière sont entièrement personnalisables : leur design est laissé au choix des clients. Le Citadis a également été retenu par Montpellier, Orléans, Valenciennes et Dublin. Les trois villes françaises le mettront en service en 2000.

%%GALLERIE_PHOTO:0%%
Irisbus Matra Civis

Développé par Irisbus et Matra Transport International, le Civis est plus proche d'un trolleybus guidé que d'un tramway sur pneus. Son système de guidage est original : pas de rail encastré dans la chaussée mais une simple bande de peinture « lue » par une caméra placée à bord du véhicule. Les informations sont traitées par une unité centrale électronique, puis transmises à un actionneur sur la colonne de direction. Le conducteur peut à tout moment reprendre la maîtrise du véhixcule. Le véhicule offre une capacité de 110 à 120 places pour une longueur de 18 m. Il est doté d'un plancher bas sur toute sa longueur grâce à la présence de moteurs-roues électriques, développés par Alstom, le Civis a été commandé par Clermont-Ferrand .

Cristalis, une version sans guidage du Civis, a été développé pour répondre au besoin de renouvellement des réseaux qui exploitent encore des trolleybus. Cristalis a été commandé à Lyon et à Grenoble.

%%GALLERIE_PHOTO:0%%
Bombardier Tram-train

Le tram-train développé par Bombardier est un véhicule léger à plancher bas et à double alimentation électrique qui lui permet de circuler indifféremment sur des lignes de tramway et sur des réseaux de chemin de fer.

La Stadtbahn Saar GmbH exploite 28 rames de ce type sur

la ligne Sarrebruck-Sarregue- mines. Long de 37 m et large de 3,65 m, ce véhicule peut trans- porter 243 passagers dont 96 assis. Outre les entrées et sorties facilitées par son plancher bas, les variations de distances du véhicule avec les quais sont compensées par des marches dépliantes ou coulissantes.

%%GALLERIE_PHOTO:0%%
Lohr Translohr

Le constructeur alsacien Lohr Industries, a développé une gamme de tramways sur pneus baptisée Translohr. Le congrès du Gart va être l'occasion de dévoiler un premier prototype à trois versions de 18 m à plus de 40 m pouvant transporter de 113 à 200 personnes. Il est doté d'un plancher bas intégral et d'un groupe électrogène qui lui permet de s'affranchir de son alimentation aérienne. L'originalité du

Translohr est son système de guidage intégral à monorail central qui intègre un dispositif anti-déraillement. Il est constitué d'un rail à profil spécifique fixé au sol et d'un ensemble de deux galets à axes inclinés fixés sur un bras pivotant et escamotable, installé dans chaque essieu. Les deux galets « enserrent » le rail et n'exercent dessus qu'une pression limitée. Le Translohr peut s'affranchir à tout moment de son rail.

%%GALLERIE_PHOTO:0%%
Adtranz Incentro

Adtranz exposera sur son stand une maquette de son tramway Incentro décoré aux couleurs du réseau de Nantes. Ce tramway est une évolution de l'Eurotram qui circule à Strasbourg. Il est formé de cinq modules articulés, répartis sur trois bogies (deux bogies moteurs et un bogie porteur). Son plancher bas intégral permet une accessibilité de plain-pied à chacune de

ses six doubles-portes. Il mesure 34,60 m de long, 2,40 m de large et offre 259 places dont 76 assises, soit 23 places de plus que les rames actuellement en service à Nantes. La ville pionnière du renouveau du tramway en France a commandé 23 rames de ce véhicule en tranche ferme à laquelle s'ajoute trois tranches conditionnelles, soit au total 16 rames supplémentaires.

%%GALLERIE_PHOTO:0%%

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil