En direct

Marseille Le renouvellement urbain en marche à Malpassé

le 19/08/2016  |  Bouches-du-Rhône

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Bouches-du-Rhône
Valider

Dans le 13e arrondissement, le quartier Malpassé et son projet de rénovation urbaine confié à l’urbaniste Christian Devillers - l’un des plus importants du PNRU 1 à Marseille avec 188 millions d’euros d’investissements, dont 91 millions financés par Habitat Marseille Provence, seul bailleur social - a franchi une nouvelle étape symbolique. Fin juillet, le groupement d’entreprises Cardem et Morin TP a démoli en quelques minutes par foudroyage dirigé (implosion) la tour des Cyprès B ; un bâtiment de 62 m de haut, 115 logements, mis en location en 1968, emblématique des grands ensembles HLM de ce quartier. La décision de le faire disparaître du paysage remonte à 2006, mais il a fallu, auparavant, vider la tour de ses occupants, la fermer, entamer des travaux de curage et de désamiantage…

Prochaines démolitions au sud.

Cette démolition va permettre une nouvelle ouverture du quartier (le raccordement au boulevard Laveran) et la création d’un espace public sur le plateau des Lauriers avec un parvis pour l’école Bouge et la future crèche. La concertation avec la Ville et la métropole est prévue en septembre et les aménagements en 2017. Les 567 démolitions programmées ne sont pas pour autant achevées. Elles se poursuivent aux Cèdres Nord et, entre 2017 et 2018, sept autres bâtiments seront démolis aux Cèdres Sud. Habitat Marseille Provence conduit également la réhabilitation de la barre des Lauriers (400 logements) et les travaux des espaces extérieurs. Ce chantier doit encore durer un an.

Pour les reconstructions, un programme de 136 logements sociaux avenue Raymonde-Martin est en cours. Des restructurations d’espaces publics, des créations de nouvelles voies de circulation doivent encore intervenir. « A partir de 2018 pourra s’engager la diversification de l’habitat avec des logements locatifs libres ou en accession à la propriété. Le potentiel foncier s’élève à 300 logements. Ce sera le révélateur de la transformation accomplie », explique Jean-Luc Flavigny, chef de projet à Marseille Rénovation Urbaine. Entre 2012 et 2015, le promoteur Ametis a réalisé cinq bâtiments d’activité le long de la nouvelle avenue Raymonde-Martin, créée pour désenclaver le vallon de Malpassé.

PHOTO - 915727.BR.jpg
PHOTO - 915727.BR.jpg - © HABITAT MARSEILLE PROVENCE

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

DICOBAT 10 E EDITION

DICOBAT 10 E EDITION

Date de parution : 03/2019

Voir

Urbanisme de dalle

Urbanisme de dalle

Date de parution : 03/2019

Voir

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Dictionnaire du droit de l’urbanisme

Date de parution : 02/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur