En direct

Jurisprudence

Marineland d'Antibes : démolition partielle?

DEGIOANNI Jacques-Franck |  le 18/06/2002  |  CorseAlpes-MaritimesPyrénées-OrientalesBouches-du-RhôneAude

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Corse
Alpes-Maritimes
Pyrénées-Orientales
Bouches-du-Rhône
Aude
Alpes-de-Haute-Provence
Hautes-Alpes
Lozère
Hérault
Var
Vaucluse
Gard
Principauté de Monaco
Aménagement
Environnement
Architecture
Technique
Réglementation
Santé
Valider

Le TGI de Grasse a ordonné la démolition d'une partie des installations du parc de loisirs Marineland d'Antibes dérogeant au cahier des charges du lotissement sur lequel il s'est progressivement étendu.
Mike Riddell, propriétaire de ce parc d'attraction de 23 hectares qui accueille chaque année 1,5 million de visiteurs, a fait appel du jugement, daté du 27 mai 2002 et qui n'est pas pas assorti d'une exécution provisoire.
Plusieurs infrastructures du parc (bureaux, restaurant, toboggan, etc.) sont visées, selon M. Riddell. "Cela correspond aux deux tiers du parc", dit-il. Cette décision de justice ne menace toutefois pas le bassin des orques, l'attraction phare du Marineland.
Elle intervient après la plainte d'une famille de riverains qui invoquent des nuisances sonores et dénoncent l'empiètement sur des voies de circulation.
M. Ridell, selon lequel le lotissement date de 1926, se demande "si un quartier est figé éternellement: quand on pense que Juan-les-Pins était un lotissement au départ tout comme l'actuel boulevard Carnot à Cannes, on peut s'interroger".
Marineland, premier parc européen de mammifères marins fondé en 1970, emploie 550 personnes durant la saison estivale.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil