En direct

Mareil-Marly ouverture à l'urbanisation de 50 hectares de vergers

VERONIQUE DE JACQUELOT |  le 26/05/2000  |  Seine-et-MarneFrance entièreCollectivités localesDroit de l'urbanismeUrbanisme

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Seine-et-Marne
France entière
Collectivités locales
Droit de l'urbanisme
Urbanisme
Réglementation
Valider

Révision en cours du Plan d'occupation des sols

Pour respecter les orientation du schéma directeur de la région Ile-de-France (Sdrif) et permettre l'urbanisation d'ici à 2015 au plus tard des anciens vergers (50 hectares environ, soit près du tiers du territoire communal, qui s'étend sur 177 ha), le Plan d'occupation des sols de la commune de Mareil-Marly (3 200 habitants) doit être révisé. L'objectif est d'ouvrir à l'urbanisation 50 % au moins des terrains libres d'ici à 2003 et le solde à l'horizon de 2015. L'enquête publique est en cours jusqu'au 7 juin 2000.

Compte-tenu des contraintes légales et administratives auxquels ils sont soumis, les élus ont essayé de ménager « la chèvre et le chou » en contrôlant la densité des constructions. Les parcelles à lotir auront une superficie de 1,5 hectare au minimum, 5 % des terrains seront gardés en espaces verts collectifs. Par ailleurs, 10 % de chaque lot devront être consacrés à du collectif social (R + 1 + combles). Ainsi, sur les 925 logements envisagés - qui conduiraient à un doublement de la population à l'horizon de 2015 - 425 seraient des logements sociaux. Avec, pour l'instant, en tout et pour tout, 10 logements sociaux en projet, Mareil-Marly est en effet en délicatesse avec la loi.

Philippe Sander, le maire, s'efforce de convaincre ses administrés : « En 1993, l'Etat avait prévu la réalisation de 2 100 logements sur une partie seulement des terrains aujourd'hui rendus disponibles... Nous avons réduit ce nombre à moins de 1 000 pour l'ensemble. Une fois déduite la surface en VRD et l'emprise des maisons, 70 % de la commune restera en espaces verts. Nous avons voulu concilier la liberté d'entreprendre et l'intérêt de chacun. »

Si le nouveau POS ne fait pas l'objet d'un recours devant le tribunal administratif, il sera effectif début 2001. Les premiers nouveaux habitants pourraient s'installer au début 2003, mais ce n'est qu'un délai théorique... Les 12 hectares, rendus constructibles en 1993, ne sont toujours pas aménagés faute d'un accord entre les 100 propriétaires. La propriété est en effet morcelée à l'extrême. En outre, les terrains sont en pente et les constructions soumises à l'approbation des bâtiments de France, car à proximité de l'église classée. L'affaire promet de durer.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Voirie et réseaux divers

Voirie et réseaux divers

Date de parution : 10/2019

Voir

Droit et Gestion des Collectivités Territoriales - 2019

Droit et Gestion des Collectivités Territoriales - 2019

Date de parution : 10/2019

Voir

Comprendre simplement les marchés publics

Comprendre simplement les marchés publics

Date de parution : 10/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur