Profession

Mardi-Gras pour temps de vaches maigres à la Cité de l’architecture

Mots clés : Aménagement paysager - Architecture - Conservation du patrimoine

L’exposition des 20 équipes lauréates des Albums des jeunes architectes et paysagistes 2016 (Ajap) était inaugurée le 28 février au soir – jour de Mardi-Gras – à la Cité de l’architecture et du patrimoine (Paris), sur fond de crise et de Carême…

«Reflet d’une génération», «Génération montante», etc. Les clichés ne manquent pas pour qualifier la jeune garde des 20 équipes lauréates des Albums des jeunes architectes et paysagistes 2016 (Ajap), dont l’exposition ouvre à la Cité de l’architecture et du patrimoine (Capa) jusqu’au 9 avril 2017. Génération sacrifiée, serait-on même tenté de penser, tant le contexte socio-économique est tendu. Guy Amsellem, président de la Capa, en convient dans le dossier remis aux journalistes : «Le Palmarès 2016 confirme la situation difficile des jeunes équipes, marquée par l’atonie de la commande publique, la concurrence exacerbée pour capter la commande privée et la précarité économique qui en résulte pour les jeunes praticiens». Un constat guère encourageant, on en conviendra…

Pourtant, malgré les vents contraires et un climat plus que maussade, le temps n’est pas à la désespérance. Patience, constance et résilience sont les deux (trois?) mamelles de l’architecte, qui dépense sans compter son temps et sa générosité, comme ajoute le même Guy Amsellem, observant  «une situation qui conduit souvent [les architectes et les paysagistes] à s’impliquer au-delà de leurs missions habituelles pour faire émerger une commande qui n’est pas formulée, à investir le programme, à assumer ainsi une responsabilité sociale et civique». On est pas loin de la définition de l’architecture comme «réponse à une question qui n’est jamais posée» de Jean Nouvel (de mémoire et sans certitude), à moins que ce ne soit de Confucius ou quelque autre proverbe africain…

Bref, c’est d’ailleurs ce que le jury 2016 avait perçu et récompensé, en saluant la «démarche exploratoire des jeunes professionnels» (Agnès Vince, ministère de la Culture) et leur «capacité à poser des questions qui font sens, à adopter une attitude et une réflexion approfondie sur leurs métiers, leurs disciplines, leurs mutations». Marc Barani, président du même jury, saluant de son côté «une vision nouvelle des métiers d’architectes, une attention renouvelée à l’origine et à l’usage des matériaux, à la réutilisation du bâti existant et à l’adoption de principes écologiques sans surenchère technique».

Une génération qui, volens nolens, ne se laisse pas démotiver, une «génération solide», aux dires de Karine Dana, la commissaire de l’exposition, qui voit dans ces 20 équipes «20 singularités» qui agissent dans «un état permanent de questionnement du projet». Une profession qui interroge autant qu’elle s’interroge. Une promotion 2016 de jeunes concepteurs auxquels manque encore, pour que la consolidation soit effective et pérenne, «d’être encore plus soutenus, et la valeur économique de leur travail plus reconnue». Et sinon, cette expo? Installée dans la «cathédrale» de la Capa, aux allures de crypte enténébrée, l’exposition s’affiche dans une scénographie minimaliste un peu cheap/un peu chic, avec ses panneaux, maquettes et moniteurs vidéo perchés sur une structure maigrelette à base de tubes d’acier, façon sous-sol du BHV. Sans oublier le catalogue 2016, mémoire des Ajap, qu’année après année, promotion après promotion, on ne se lasse pas de feuilleter avec un brin de mélancolie, en se demandant : mais eux, que sont-ils devenus?


 

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X