En direct

Marchés Pays-De-La-Loire Une reprise en demi-teinte
PHOTO - Aeroport NDDL-vue aerienne_image JFA-artefactory.eps - ©

Marchés Pays-De-La-Loire Une reprise en demi-teinte

le 19/11/2010  |  France Loir-et-CherRénovationMaine-et-LoireSarthe

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France
Loir-et-Cher
Rénovation
Maine-et-Loire
Sarthe
Vendée
Mayenne
Loire-Atlantique
Travaux publics
Valider

Si l’activité du bâtiment reprend des couleurs dans les Pays de la Loire, elle dépend essentiellement de la rénovation et est temporisée par de fortes disparités entre les départements. La question aujourd’hui est de savoir si la reprise sera durable en 2011.

Sans fanfaronner, les professionnels du bâtiment ligériens respirent. Les carnets de commandes se sont bien remplis depuis le printemps et la cadence s’accélère en cette fin d’année sous l’effet de la demande des particuliers craignant l’interruption en 2011 de certains avantages fiscaux. De fait, le moral des chefs d’entreprise s’améliore puisque, selon la dernière enquête de la Capeb réalisée en septembre, ils ne sont plus que 40 % à avoir une opinion défavorable sur la conjoncture, contre 70 % en 2008 et 49 % en 2009. « Les ventes ayant repris dans l’immobilier, les demandes de devis pour des travaux de rénovation sont plus importantes », confirme Christophe Turpault. Si le dirigeant de la Spac, une société de peinture nantaise (1,2 million d’euros de chiffre d’affaires), constate une amélioration de la conjoncture par rapport à fin 2009, il n’a toutefois pas retrouvé son volume d’activité de 2007. « A cette époque, je refusais des devis par crainte de ne pas pouvoir honorer les travaux. Aujourd’hui, je n’en laisse passer aucun et j’y réponds le plus vite possible. »

Retour du niveau d’activité de 2007

L’association Menuiserie avenir (lire encadré) et le Groupement des métiers du bois de Maine-et-Loire (GMB), annoncent également que leurs adhérents ont du travail jusqu’au début 2001. « Après des baisses de 5 % à 20 % en 2009, la plupart des entreprises de menuiseries ont quasiment retrouvé le niveau d’activité de 2007 », admet Gérard Tellier, président de Menuiserie avenir. Bernard Martineau, directeur général de GMB, précise que « la reprise concerne surtout les artisans qui ont su repositionner leur activité sur l’entretien de l’existant ». Car le marché ligérien est essentiellement tiré par la rénovation, au détriment du neuf qui peine à redécoller, malgré les chiffres annoncés par la FFB des Pays de la Loire. A fin juillet 2010, les autorisations de construction pour le résidentiel ont bondi de 20,9 % dans la région dont 20 % dans l’individuel et 15 % dans le collectif, mais les mises en chantier n’ont progressé que de 8,9 %.

Tensions dans le gros œuvre

En revanche, les permis de construire dans le non résidentiel (commerce, services publics et industrie/stockage) ont plongé de 27 %. « Le plus inquiétant, ce sont les écarts entre les cinq départements, souligne Jean-Philippe Bérard, président de la FFB des Pays de la Loire et pdg de l’entreprise choletaise Scobat. L’agglomération nantaise, le littoral atlantique et le tramway d’Angers dopent l’activité en Loire-Atlantique et en Maine-et-Loire, mais ailleurs la situation est très difficile. » Les permis de construire en collectif sont en hausse de 55 % en Loire-Atlantique et de 29 % en Maine-et-Loire, mais chutent de 42 % en Mayenne, de 64 % en Sarthe et de 77 % en Vendée ! Du jamais vu. La situation s’améliore dans l’individuel avec des progressions respectives de 44 %, 19 %, 12 %, 21 % et une stabilité en Vendée.

Ces disparités d’activité sur le territoire régional perturbent l’équilibre qui prévalait jusqu’alors. Le dynamisme économique de la métropole nantaise fait l’effet d’un aimant attirant même des entreprises bretonnes. « En 2008, Cholet totalisait 90 % de mon chiffre d’affaires , constate Jean-Philippe Bérard, aujourd’hui, je réalise l’intégralité de mon activité à l’extérieur, à Nantes, aux Herbiers, à Saint-Barthélemy d’Anjou et jusqu’à Compiègne.

Le réduction du « gâteau » par rapport au nombre d’entreprises sur le marché qui provoque des tensions surtout sur les métiers du gros œuvre, tel que le terrassement et les travaux publics, et chez les plâtriers. « Les filières de la menuiserie, de l’électricité et de la plomberie tirent leur épingle du jeu grâce au dynamisme de la rénovation », souligne Bruno Leclerc. Le délégué régional de la Capeb Pays de la Loire constate, de plus, que la région résiste mieux à la crise (activité en baisse de 2 % entre juillet 2009 et juin 2010, contre – 2,5 % en France, – 4 % en Bretagne) grâce au nombre important d’artisans et de PME de moins de 20 salariés, « qui souffrent moins que les grandes structures positionnées sur de gros marchés », assure-t-il.

Si les licenciements ont pour l’instant été évités pour conserver une main-d’œuvre qualifiée, le chômage partiel aurait, selon la FFB, tendance à s’intensifier. Bonne nouvelle toutefois : la construction a créé 6,3 % d’emplois intérimaires supplémentaires en un an, mais « on ne constate pas encore de réelle stratégie d’embauches de la part des chefs d’entreprise », souligne la Capeb.

Un ressort fragile

Aussi la prudence reste de mise et tant Jean-Philippe Bérard que Bruno Leclerc redoutent les défaillances d’entreprises saines, dont « les trésoreries fondent ». « Pour garder leurs salariés en prévision de la reprise et assurer un certain volume d’activité, beaucoup de PME ont baissé leurs tarifs », détaille le président de la FFB des Pays de la Loire soulignant des écarts de 15 % à 30 % sur les offres, « ce qui a considérablement réduit les marges ». Silène, principal bailleur social de Saint-Nazaire, en a fait les frais cet été puisqu’Innova, un programme innovant de 53 logements conçus par les architectes Lacaton et Vassal, a été interrompu pendant quatre mois suite au dépôt de bilan du plâtrier et du menuisier. « Cela ne nous était pas arrivé depuis dix ans », constate Yves-Marie Lecointre, directeur du patrimoine de Silène qui redoute le même genre de difficultés sur d’autres programmes. Pour aider les artisans à passer le cap, le bailleur social s’engage à les payer à dix jours et « pour les opérations complexes, nous envisageons de faire appel à une entreprise générale, prévient Yves-Marie Lecointre. C’est plus couteux, mais cela réduit le risque ». Silène ne compte pas pour autant baisser son rythme soutenu de constructions neuves (600 logements en chantier, lancement d’appel d’offre pour 250 à 300 logements en 2011), d’une part pour soutenir les entreprises du bâtiment et d’autre part afin de profiter « des coûts de construction moins élevés ». En revanche, le bailleur social pourrait réduire d’environ 10 % son budget dédié à l’entretien du parc (6 millions par an) afin de compenser le coût de la nouvelle taxe du gouvernement.

L’environnement fiscal inquiète d’ailleurs le monde du bâtiment ligérien, qui se dit incapable du moindre pronostic d’activité pour l’année à venir. « Il faut peu de chose pour casser le ressort », affirme Christophe Turpault. Nous pilotons à vue du fait de l’illisibilité de l’environnement économique. » Bruno Leclerc veut positiver en misant sur plusieurs facteurs favorables, tels que les taux bas, le besoin de logement important dans la région où le solde démographique est positif, la probable reprise des investissements industriels et l’engouement pour la rénovation thermique des bâtiments.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Date de parution : 03/2020

Voir

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Date de parution : 02/2020

Voir

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Date de parution : 02/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur