En direct

Marchés Bretagne Une sortie de crise tournée vers l’éco-construction
PHOTO - GUERVILLY-PETITESALE_OKAY.jpg - ©

Marchés Bretagne Une sortie de crise tournée vers l’éco-construction

le 19/11/2010  |  France Loir-et-CherIlle-et-VilaineMorbihanFinistère

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France
Loir-et-Cher
Ille-et-Vilaine
Morbihan
Finistère
Valider

Situation contrastée en Bretagne, où certains départements comme les Côtes d’Armor sont particulièrement touchés par la crise. Mais, pour tous, la sortie de crise passe par les nouveaux marchés de la construction durable.

La note de conjoncture, publiée en octobre dernier par la Cellule Economique de Bretagne du BTP, est éloquente : « L’activité reste sur les tendances observées ces derniers mois, à savoir une baisse de la production de logements et de l’investissement dans le non-résidentiel ainsi que dans les travaux d’entretien. » Résultat : sur les huit premiers mois de l’année en cours, la consommation de béton prêt à l’emploi a chuté de -3,4 % par rapport à la même période en 2009. « Même si nos adhérents nous rapportent une légère amélioration de l’activité du deuxième trimestre par rapport à celle du premier, notamment dans le secteur de la construction neuve, la crise est loin d’être terminée », souligne d’emblée Dominique Marquand, secrétaire général de la Capeb Bretagne. Et d’ajouter : « On sent toutefois une inquiétude à propos du manque de lisibilité, de perspective du carnet de commandes. En outre, les affaires reprennent un peu, mais pas aux bons prix ; cela risque d’avoir des conséquences néfastes sur les investissements des sociétés. »

Entreprises fragilisées

La construction neuve connaît un fort ralentissement depuis deux ans. Premières touchées, les PME, ce secteur occupant deux actifs sur trois des effectifs salariés. Entre janvier 2008 et janvier 2010, 89 PME ont ainsi disparu.

Les entreprises artisanales, qui travaillent davantage sur le marché de la rénovation et de l’entretien, sont, dans un premier temps, moins touchées par la crise. Il n’empêche que, si la baisse de la commande en travaux neufs s’est accentuée en 2009, on observe depuis quelque temps un retournement de tendance sur le marché de l’entretien-rénovation et ce, après plusieurs années de constante progression. Toutefois, de petites améliorations se font sentir : « Nous ne disposons pas encore de chiffres précis mais, depuis la rentrée de septembre, c’est net, nos adhérents disent que ça va mieux et qu’ils ont du travail », note Serge Michel, secrétaire général de la Capeb d’Ille-et-Vilaine. Reste que le risque de défaillances est aujourd’hui maximal : « Les entreprises ont joué toutes leurs cartes en 2009 (gel des investissements, réduction des effectifs, guerre des prix, etc.) pour éviter une chute trop brutale de leurs résultats et n’ont plus aujourd’hui de marge de manœuvre », prévient Marc Dubois de la Capeb Bretagne. De plus, de fortes disparités géographiques existent : soutenus par une activité économique dynamique, les départements de l’Ille-et-Vilaine et du Morbihan s’en sortent nettement mieux que le Finistère qui, lui-même, souffre moins que les Côtes-d’Armor.

Réduction des investissements publics

Dans ce contexte morose, le patronat compte donc plus que jamais sur les investissements de l’Etat et des collectivités territoriales. Mais, si 2009 et son plan de relance ont permis de limiter la casse, 2010 enregistre une baisse nette des dépenses : en Bretagne, les investissements des collectivités dans les secteurs du bâtiment et des travaux publics sont passés de 2,23 milliards d’euros à 2,1 entre 2008 et 2009. Et, pour 2010, le niveau engagé s’élève à 1,6 milliard d’euros. « Les collectivités ont vu leurs recettes réduites par la baisse des droits de mutation, mais elles ont également été affectées depuis le début de l’année 2010 par la réforme territoriale et fiscale », rappelle Jean-Pierre Demolis, directeur régional de Dexia.

Investir dans l’écoconstruction

Dans cette conjoncture difficile, le plus grand espoir, mais aussi le plus grand danger pour les entreprises qui n’accepteraient pas de s’y investir, vient de l’éco-construction. La mise en œuvre dans deux ans de la RT2012 oblige, en effet, tous les professionnels à se mobiliser pour acquérir des façons de faire tout à fait nouvelles. Les chiffres de l’association régionale de formation des artisans du bâtiment en attestent : 1 139 stages Feebat (1) suivis en 2010 par 520 entreprises. « Pour 2011, l’objectif est d’inciter les entreprises à suivre des modules de niveau 3 et 4, car les niveaux 1 et 2, s’ils constituent une bonne sensibilisation, restent trop généralistes », annonce Laure Berthier, directrice de l’Arfab.

Reste que si le marché semble encore balbutiant, il devrait se développer de façon exponentielle ces prochaines années, notamment parce que les règlementations contraignent les maîtres d’ouvrage à réaliser de nouveaux types de bâtiments. Dans l’habitat bien évidemment, mais aussi dans le parc tertiaire. Publiée au printemps dernier, une étude de la Cellule Economique montre que, sur 47 millions de mètres carrés que compte le parc breton, 39 seraient à rénover, dont 12 millions dans le public et 27 dans le privé. « Cela nécessite entre 13,1 et 15,4 milliards d’investissements », indiquent les auteurs. Et de conclure : « Selon les perspectives de développement, le chiffre d’affaires lié à la rénovation durable du bâti non-résidentiel devrait passer de 40 millions d’euros en 2008 à 150 millions d’euros en 2013. » En incluant les travaux neufs dans cet exercice de prospective, les économistes de la Cellule arrivent pour 2013 à un chiffre d’affaires généré par les marchés de la construction durable de 4,613 milliard d’euros, contre 910 M€ en 2008.

(1) Formation aux économies d’énergie des entreprises et artisans du bâtiment.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Diagnostic, entretien et réparation des ouvrages en béton armé en 44 fiches pratiques

Date de parution : 03/2020

Voir

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Valorisation de l’immobilier d’entreprise par l'externalisation des actifs et autres solutions

Date de parution : 02/2020

Voir

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Contrats publics n° 206 - Février 2020

Date de parution : 02/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur