En direct

Marchés à bons de commande : le titulaire a droit au « minimum » fixé
- © © Phovoir

Marchés à bons de commande : le titulaire a droit au « minimum » fixé

Astrid Lagoutte |  le 31/05/2013  |  RéglementationMoselleMaîtrise d'ouvrageRéglementation des marchés publicsExécution du marché

L’attributaire d’un marché à bons de commande doit être indemnisé de son manque à gagner dans l’hypothèse où le maître d’ouvrage n’honore pas le minimum de commande fixé au contrat.

S’agissant des marchés à bons de commande, l’acheteur public a la possibilité de fixer un minimum et/ou un maximum en valeur ou en quantité. Marie-Jo Zimmermann, députée (UMP) de la Moselle, a interrogé le ministère de l’Intérieur sur la responsabilité de la personne publique si le montant des commandes effectivement passées est inférieur au minimum inscrit dans le marché. Devra-t-elle payer la totalité du montant initialement prévu ?

Le ministère rappelle que « dans la mesure où un pouvoir adjudicateur s'engage, dans le cadre d'un marché public, à commander des fournitures ou des services pour un minimum déterminé, le cocontractant a droit à ce que ce minimum de commandes soit honoré ». Si tel n’est pas le cas, le titulaire sera indemnisé de son manque à gagner. L’article 38 du cahier des clauses administratives générales des marchés publics de fournitures courantes et de services (CCAG-FCS) et la jurisprudence précisent qu’« il s'agit de la marge nette résultant de l'écart entre le montant minimum du marché et celui des prestations réalisées ».
De plus, l’article précité dispose que « le titulaire a droit, en outre, à être indemnisé de la part des frais et investissements, éventuellement engagés pour le marché et strictement nécessaires à son exécution, qui n'aurait pas été prise en compte dans le montant des prestations payées ».
En cas de litige, la proportionnalité entre l'indemnité et « l'indemnisation du préjudice résultant pour le cocontractant des dépenses qu'il a réalisées et du gain qu'il a manqué » sera vérifiée par le juge.
« Le règlement de cette indemnisation peut également avoir lieu par l'établissement d'un protocole transactionnel. Dans tous les cas, il incombe au titulaire d'apporter tous les justificatifs nécessaires à l'évaluation de son préjudice ».

Pour consulter la réponse ministérielle n°20324 du 23 avril 2013, cliquez ici.

Commentaires

Marchés à bons de commande : le titulaire a droit au « minimum » fixé

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Code pratique du patrimoine et de l’intervention sur le bâti existant

Livre

Prix : 75.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX