En direct

Marcel Breuer à Flaine Une station de ski préfabriquée

Par Yvan Delemontey* |  le 07/11/2013  |  ArchitectureAménagementTechnique

Résultat de la collaboration exceptionnelle entre un maître d’ouvrage éclairé et un architecte de renom international, Flaine est une station de sports d’hiver unique en son genre. Créée à 1600 mètres d’altitude face au Mont-Blanc, elle est une figure de la modernité triomphante de la France des années 1960. Réputée pour l’excellence de son domaine skiable, Flaine n’en est pas moins décriée pour son architecture de béton brut qui fait écho aux grands ensembles construits dans tout le pays à la même époque. Ce rapprochement n’est pas fortuit puisque sa réalisation met en œuvre les méthodes de la préfabrication lourde propres au logement de masse. Atypique dans l’histoire des stations de sports d’hiver, ce choix constructif permet d’organiser un chantier où se multiplient les prouesses techniques, offrant une contribution majeure à l’architecture française de l’après-guerre.

Située en Haute-Savoie, la construction de la station de sports d’hiver de Flaine (1959-1988) s’inscrit dans la politique d’envergure d’équipement touristique de la France des Trente Glorieuses. A l’instar des grands projets d’aménagement du littoral, le lancement du Plan Neige en 1964 a pour objectif de répondre à l’essor du tourisme de masse en montagne. La conquête de « l’or blanc » passe ainsi par la création ex-nihilo de stations dites « intégrées », c’est-à-dire dont le promoteur, souvent privé, décide avec l’aide de l’Etat et des collectivités locales de l’ensemble des aménagements urbanistiques, techniques et commerciaux. Si chaque station possède sa propre histoire, l’épisode flainois est quant à lui exceptionnel. Tout à Flaine témoigne en effet d’un degré hors normes, de la personnalité de son promoteur au talent de ses concepteurs, de l’audace de ses techniques constructives à la radicalité de son architecture, de la splendeur de son site à sa vocation culturelle.

Si Flaine est une œuvre collective, elle est avant tout celle d’un homme : Eric Boissonnas (1913-2005). Ingénieur géophysicien, mélomane et skieur chevronné, il décide en 1959, après un long séjour aux Etats-Unis, de rentrer en Europe avec la ferme intention de « créer quelque part en France un prototype d’urbanisme, d’architecture et de design, pour lequel la rentabilité immédiate serait subordonnée aux choix esthétiques et au respect de l’environnement »(1). Son choix se porte sur le projet de création d’une station de sports d’hiver localisé au sein du massif Arve-Giffre, à quelques dizaines de kilomètres seulement de Genève dont l’aéroport international est susceptible de drainer une clientèle huppée en quête de loisirs et d’air pur. Boissonnas s’entoure alors d’une équipe de concepteurs à laquelle participent les architectes-urbanistes Laurent Chappis et Denys Pradelle, reconnus comme les meilleurs spécialistes français de l’architecture en montagne, ainsi que leurs confrères genevois Gérard Chervaz et André Gaillard. Tous sont placés sous l’autorité du prestigieux architecte et designer américain Marcel Breuer, ami d’Eric Boissonnas. Leur travail en commun, auquel participent le BERU (Bureau d’études et de réalisations urbaines) et l’ingénieur Fred Berlottier, aboutit en février 1961 au plan masse définitif de la station signé par l’ensemble des architectes. L’accord obtenu ne dissimule qu’imparfaitement les divergences entre Breuer et ses confrères francophones qui conduiront au retrait progressif de la plupart d’entre eux.

En conformité avec ce plan, Flaine est bâtie face au soleil sur trois plateaux naturels successifs – Flaine-Front de neige, Flaine-Forum et Flaine-Forêt – accueillant hôtels, résidences de tourisme, commerces et équipements indispensables à la vie d’une population de 5000 habitants. Situé au cœur de la station, le Forum est réalisé autour d’une esplanade rectangulaire qui concentre l’essentiel des activités commerciales, de service et d’animation. C’est ici que s’exprime le mieux l’architecture de Breuer dont la rudesse des façades en béton brut dialogue avec les falaises de calcaire gris alentour. De par leur géométrie sévère, les bâtiments affichent leur modernité toute urbaine, à l’opposé de l’image traditionnelle du chalet. Avec la complicité de son épouse Sylvie, Eric Boissonnas instille cette modernité jusque dans le dessin des intérieurs dans lesquels les sculpturales cheminées de Breuer côtoient le mobilier des plus grands designers internationaux de l’époque. Un centre d’art contemporain est créé dès l’ouverture de la station et Flaine devient rapidement le réceptacle d’œuvres d’art commandées à des artistes de renom (Arman, Dubuffet, Picasso, Vasarely, etc.).

Si construire en altitude impose de nombreuses contraintes, la principale demeure les longues interruptions hivernales qui réduisent le chantier à quelques mois dans l’année. Dans le cas de Flaine, l’importance de l’opération projetée et la rapidité d’exécution recherchée amènent à considérer l’utilisation de techniques nouvelles de construction. Mais c’est surtout l’absence d’accès qui entérine la décision de préfabriquer les éléments de construction dans la vallée et de les acheminer jusqu’au chantier au moyen d’un téléphérique construit à cet effet, solution ayant l’immense avantage de faire fonctionner le chantier hiver comme été. Deux autres raisons justifient du recours à la préfabrication. La première est la volonté de Breuer de poursuivre ses recherches plastiques sur les enveloppes moulées dites « Sun and Shadow », entreprises avec le Centre de recherches IBM (1960-1962) à La Gaude. La seconde est la fascination d’Eric Boissonnas, comme la plupart des maîtres d’ouvrage progressistes de son temps, pour les techniques modernes de construction dont l’audace constructive s’incarne alors dans la préfabrication.

Le choix du système de préfabrication Barets En dépit des critiques formulées par la majorité des architectes de l’équipe, Laurent Chappis en tête, c’est la première fois qu’une station de [...]

Cet article est réservé aux abonnés AMC, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Commentaires

Marcel Breuer à Flaine Une station de ski préfabriquée

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur