Industrie/Négoce

Manitou : OPA réussie sur Gehl

Le 20 octobre 2008 à 17h00 heure de New York l’offre publique d’achat (OPA) lancée par Manitou sur le constructeur américain Gehl s’est achevé sur un succès. 8 988 693 actions ont été apportées à Manitou qui les a rachetées au prix fixe de 30 dollars pièce, soit une opération d’un montant de 270 millions de dollars (un peu plus de 200 millions d’euros). Ouverte au début de la crise boursière, cette OPA amicale s’est déroulée pendant que la bourse de New York plongeait. Une bonne affaire ? « Le prix de 30 dollars par action avait été fixé en partenariat avec le conseil d’administration de Gehl qui nous a soutenu pendant l’opération. Ce prix reflète la juste valeur de l’entreprise » affirme Bruno Fille, directeur général en charge du développement chez Manitou. Le constructeur français, qui possède aujourd’hui 89% du capital de l’américain, doit maintenant récupérer les actions sur lesquelles il possède un engagement de livraison garantie et qui lui permettront d’atteindre 100% du capital.

Fusion industrielle
Une fois cet aspect financier achevé arrivera le temps de la fusion industrielle. D’après Bruno Fille celle-ci se déroulera en trois temps. Tout d’abord la mise en place d’une politique d’achat commune, les chariots Manitou et les mini-chargeuses Gehl ayant des fournisseurs communs. Seconde étape : l’utilisation du réseau commercial américain de Gehl pour y distribuer les chariots Manitou. Troisième étape : l’installation d’une nouvelle ligne de montage dans l’usine américaine de Gehl pour fabriquer des chariots Manitou en zone dollar. Il s’agit d’avantage d’une stratégie d’exportation vers les Etats-Unis que d’importation en Europe. « Ces minichargeuses sont déjà présentes en Europe sous les marques Gehl et Mustang. Le marché européen ne justifie pas un troisième canal d’importation sous la marque Manitou » explique Bruno Fille. Avec les minichargeuses le fabriquant de nacelles et de chariots ajoute à son catalogue un nouveau matériel compact pour le bâtiment. Seules maintenant lui manquent les minipelles… « Nous n’avons pas d’intention dans ce domaine » tranche Bruno Fille. Dont acte.

Gilles Rambaud (Matériels et chantiers)

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X