Le moniteur
Mal-logement :
Augustin Legrand, président des "Enfants de don Quichotte" sur le canal Saint-Martin en janvier 2007. (c)AFP - ©

Mal-logement : "colère" des associations face "aux promesses non tenues"

Defawe Philippe |  le 17/09/2008  |  France entièreAssociationsLogementPolitique socialeYvelines

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

France entière
Immobilier
Associations
Logement
Politique sociale
Yvelines
Valider

Les associations de défense des sans-abri exprimeront mercredi au Premier ministre François Fillon qui doit les recevoir dans l'après-midi leur "dépit" voire leur "colère" devant les "promesses non tenues" en matière de lutte contre le mal-logement.

Augustin Legrand, des Enfants de don Quichotte, a résumé devant la presse "la colère" du collectif des "associations unies": "On demandait 2 milliards, on nous a promis 250.000 euros et finalement, on n'a rien eu! On en a ras-le-bol!"
Didier Cusserne, de l'Association Emmaüs, a dénoncé le "décalage entre ce que M. Fillon nous a promis et la réalité d'aujourd'hui", alors que "les processus d'exclusion se renforcent".
Le Premier ministre s'était engagé en janvier dernier devant les associations à ce que "plus personne ne soit contraint de vivre à la rue". Il avait également promis une enveloppe de 250 millions d'euros pour 2008 et un plan pluriannuel pour tenter de résoudre la question des sans-abri et des mal-logés.
Hervé de Ruggiero, directeur général de la Fnars (fédération d'associations de réinsertion), a exprimé pour sa part son "dépit".
"Il y a deux ans, a-t-il expliqué, avec l'opération des Enfants de don Quichotte, il y a eu un coup d'accélérateur. On a eu l'impression d'une prise de conscience. Mais aujourd'hui, on pense qu'il n'est pas impossible qu'on se fasse balader".
François Soulage, président du Secours Catholique, a même lancé: "il faut arrêter de se moquer du monde, le gouvernement a annoncé des mesures mais il n'y a pas de budget pour les appliquer".
Christophe Robert, de la Fondation Abbé Pierre, s'est pour sa part inquiété d'"une baisse de 10% du budget de la Ville et du Logement" dans le budget 2009 et a souligné que le projet de loi Boutin sur la modernisation du logement qui sera examiné cet automne au Parlement "fait fi des propositions des associations".
Le 5 septembre dernier, le député Etienne Pinte (UMP, Yvelines) a remis M. Fillon un rapport sur "l'hébergement d'urgence et l'accès au logement" qu'il avait commandé. Dans ce rapport, M. Pinte souligne une ligne budgétaire "insuffisante" en matière d'hébergement, et chiffre les besoins minimum du programme d'hébergement à 1.256 millions d'euros en 2008, plus 10 millions pour des "dispositifs sanitaires supplémentaires".
On estime généralement à 100.000 le nombre de sans-abris, à 600.000 le nombre de logements indignes, à 900.000 le nombre de personnes sans domicile personnel, et à 3,5 millions les personnes mal logées.
©AFP

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Évaluer un terrain à bâtir par la comparaison ou le compte à rebours immobilier

Évaluer un terrain à bâtir par la comparaison ou le compte à rebours immobilier

Date de parution : 06/2019

Voir

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

Date de parution : 09/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur