En direct

MAITRISE DE L'ENERGIE Relance de la politique de l'Ademe

le 20/02/1998  |  Energies renouvelablesEnvironnementEnergieSantéTechnique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Energies renouvelables
Environnement
Energie
Santé
Technique
Valider

Pierre Radanne, président de l'Agence de l'environnement et de la maitrise de l'énergie (Ademe), a présenté le 12 février, au cours d'une conférence de presse, les nouvelles orientations de l'Agence :

Déchets ménagers : les techniques qui limitent les déchets destinés à l'incinération ou au stockage seront favorisées (1). Ce coup d'accélérateur, valable jusqu'à fin 1999, vise surtout les filières du recyclage et de la valorisation organique. Les investissements de collecte séparative, de tri, de transfert ainsi que les déchetteries, pourront être aidés à hauteur de 50 % (au lieu de 20 %). Pour les unités d'incinération (jusqu'à présent de 5 % du montant des équipements), ce taux sera appliqué à la totalité des dépenses. Ces aides seront doublées en cas de collecte sélective ambitieuse en amont.

Bruit : le dispositif d'aide aux travaux d'isolation phonique (communes à proximité d'Orly et de Roissy), sera bientôt revu.

Energies renouvelables : l'Ademe va renforcer son soutien à la filière bois qui sera réorganisée au niveau régional. En ce qui concerne l'énergie éolienne (les appels d'offre lancés par EDF connaissent un franc succès), l'objectif d'une capacité de 500 MW à l'horizon 2005 paraissent réalistes. Pour le solaire, la réflexion de l'Ademe porte sur l'identification des applications qui s'approchent de la rentabilité et nécessitent une aide publique.

Maitrise de l'énergie : lors du comité interministériel du 2 février consacré à la politique nucléaire (2), 500 millions de francs ont été accordés à l'Ademe pour relancer la politique de maitrise de l'énergie. « Dans les mois qui viennent, nous allons réfléchir au meilleur mode d'utilisation de cette ressource », a déclaré Pierre Radanne, qui entend mobiliser le secteur bancaire pour disposer d'un puissant effet de levier. Par ailleurs, la réglementation thermique dans l'habitat et le tertiaire et dans les processus de décision à longue durée (industrie, transports) sera renforcée.

Pollution atmosphérique : c'est dans ce domaine que l'Ademe devra le plus innover. Les réseaux de mesure de la pollution de l'air se mettent en place et, d'ici deux ans, il sera possible de suivre l'évolution des polluants sur l'ensemble du territoire. Le rôle de l'agence pour la dépollution des grandes installations industrielles (assistance technique, aide financière) est bien rôdée. Ce n'est pas le cas pour l'aide à la réalisation des plans régionaux de la qualité de l'air et des plans de déplacement urbains prévus par la loi sur l'air de décembre 1996. « Pour ces deux activités, on passe d'un traitement de cas ponctuels à l'élaboration de stratégies collectives impliquant un grand nombre d'acteurs », souligne Pierre Radanne.

Cette année, l'Ademe, qui s'apprête à prendre des engagements de résultats avec l'Etat, se contentera de diffuser les meilleures expériences et d'assister les collectivités locales sur le plan technique.

(1) « Le Moniteur » du 30 janvier (p. 51). (2) Voir« Le Moniteur » du 6 février, p. 7.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Date de parution : 11/2019

Voir

Mener une évaluation environnementale

Mener une évaluation environnementale

Date de parution : 11/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur