Maisons individuelles : le marché s’obscurcit pour les années à venir
Le marché de la construction de maisons individuelles se grippe en 2018. - © ©ThomBal - stock.adobe.com

Maisons individuelles : le marché s’obscurcit pour les années à venir

Sophie Vincelot |  le 14/02/2019  |  Immobilier résidentielLogementMaisons individuellesLCA-FFBConjoncture

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Immobilier
Immobilier résidentiel
Logement
Maisons individuelles
LCA-FFB
Conjoncture
Conjoncture immobilier
Artisans
Valider

A cause du remodelage des aides à l'accession, le marché de la construction de maisons individuelles s'est fortement grippé en 2018, avec une baisse de 11,3% sur un an à 119 700 unités. Ce qui pourrait laisser présager des années futures dans le rouge. 

Les mauvaises prévisions de LCA-FFB se sont finalement réalisées. Après deux ans de forte croissance (+13,3% en 2015, puis +20,6% en 2016) et une année de stabilisation (+1% en 2017), le marché de la construction de maisons individuelles en secteur diffus (hors lotissement) se grippe en 2018, selon le syndicat des constructeurs et aménageurs de la FFB. L’an passé, les ventes brutes de maisons ont ainsi baissé de 11,3%, descendant sous la barre des 120 000 unités (119 700), soit 15 000 ventes de moins que 2017.

Sur le même sujet Maisons individuelles: les constructeurs revoient leurs prévisions à la baisse

Ces mauvais résultats découlent de treize mois consécutifs de recul des ventes, dont huit mois avec des chutes supérieures à 15%.  La baisse n’a cessé de s’amplifier au cours de l’année, passant de -2,1% en janvier à -14,5% en octobre 2018.

« Le marché des maisons individuelles étant très réactif aux aides, nous avons pris de plein fouet le rabotage du prêt à taux zéro sur les zones détendues [territoires de prédilection des constructeurs de maisons individuelles – NDLR] et la suppression de l’APL accession en 2018 », observe Dominique Duperret, délégué général de LCA-FFB.

La remontée des ventes de 9,9% en décembre 2018, liée à un effet de base du recul des ventes de -20,9% en décembre 2017, n'a pu compenser cette tendance baissière en 2018.

La Normandie fortement touchée

Aucune région n’a été épargnée par ce recul. Certains territoires ont même affiché des baisses supérieures à 10% en glissement annuel, comme la Normandie (-22%), l’Occitanie (- 17 %) et la Bretagne (- 16 %), des régions dans lesquelles l’accession à la propriété constitue l’une des principales réponses à la demande de logements des ménages jeunes et modestes. D’autres zones sont également fortement impactées, comme Auvergne-Rhône-Alpes (-15 %) ou encore les Hauts-de-France (- 15%). Seules les régions PACA (-3%), Pays de la Loire (- 4 %), Bourgogne-Franche-Comté (- 5 %), Grand Est (- 5 %) et Nouvelle Aquitaine (- 7 %) limitent l’impact de la baisse.

Seule consolation pour les professionnels : les prix à la hausse, qui viennent compenser en partie cette mauvaise conjoncture. Une maison en secteur diffus, hors foncier, coûte ainsi en moyenne 172 200 euros pour une surface moyenne de 121 m² en 2018, contre 141 000 euros et 124 m² en 2010. Une hausse qui a un revers : les surfaces constructibles se réduisent pour les ménages.

Craintes pour 2020

Après 2018, la fédération se montre désormais plus inquiète pour la suite. En effet, 2019 constitue l’année de toutes les incertitudes. Selon LCA-FFB, l’évolution des ventes en secteur diffus devrait se situer entre -3% et +3%, soit entre 116 000 et 123 000 unités. « L’année devrait être atone, avec un pic d’activité en fin d’année au moment où l’on connaîtra les arbitrages sur le prêt à taux zéro. Car par malheur, s’il n’y a plus de PTZ en 2020, il y aura un effet d’anticipation des ménages », analyse Dominique Duperret. Le marché devrait tout même être aidé par la stabilité des taux d'intérêt pour les crédits immobiliers.

Sur le même sujet Logements neufs : pourquoi le bâtiment redoute un retournement de conjoncture

Mais en l’absence d’aide à l’accession en 2020, le marché des maisons individuelles devrait définitivement virer au rouge. « Tomber en-dessous des 100 000 ventes cette année-là est un scénario plus que plausible », craint Patrick Vandromme, président de LCA-FFB. Soit une baisse de 20% pour le secteur...

Commentaires

Maisons individuelles : le marché s’obscurcit pour les années à venir

Votre e-mail ne sera pas publié

JACMOROSE

15/02/2019 09h:30

Bravo !Voilà pourquoi la popularité de Mr MACRON ne va ps tarder d'atteindre 60% !Merci à lui..

Votre e-mail ne sera pas publié

SVD

19/02/2019 04h:28

C’est dommage que l’analyse ne comporte pas les DOM

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Évaluer un terrain à bâtir par la comparaison ou le compte à rebours immobilier

Évaluer un terrain à bâtir par la comparaison ou le compte à rebours immobilier

Date de parution : 06/2019

Voir

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Le Moniteur n°6000 du 26 octobre 2018

Date de parution : 10/2018

Voir

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

L'expertise immobilière en 50 fiches pratiques

Date de parution : 09/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur