En direct

MAINE-ET-LOIRE Une usine d'incinération à l'est du département

ELISABETH GILLION |  le 26/01/2001  |  Collectivités localesEnvironnementMaine-et-LoireFrance entièreDéchets

CGEA Investira 302 millions de francs près de Saumur

CGEA-Grandjouan va investir 302 millions de francs dans la construction d'une usine d'incinération des déchets à Lasse, au nord de Saumur. L'offre de la filiale de Vivendi a été préférée par le Sivert, syndicat regroupant 183 communes (210 000 habitants) de la moitié est du Maine-et-Loire.

Le contrat de délégation entre CGEA et le Sivert a été signé pour vingt ans. Le montant des recettes annuelles pour l'opérateur est estimé à 55 millions de francs. L'usine, livrable en 2004, emploiera 22 salariés de CGEA plus cinq agents des collectivités chargés du contrôle des déchets à l'entrée du site. Sa capacité sera de 100 000 tonnes supérieures aux besoins du Sivert (60 000 t en 2004, 75 000 t en 2023). CGEA pourra donc exploiter un « vide de four » pour l'incinération des déchets industriels banals et les ordures ménagères provenant d'autres territoires. Ces recettes, ainsi que la valorisation des déchets, permettent à CGEA de garantir au Sivert un prix de traitement de 373,6 francs la tonne traitée quel que soit le volume apporté par le syndicat de communes.

« Cette proportionnalité intégrale, les garanties sur des recettes de valorisation élevées, l'intéressement sur les recettes complémentaires et l'affectation intégrale des subventions aux collectivités font de ce contrat une première en France », assure Patrice de Foucaud, président du Sivert.

Techniquement, le centre d'incinération sera doté d'un turbo-alternateur de 9,9 MW garantissant 585,2 kWh électriques par tonne d'ordure ménagère, « soit l'équivalent de la consommation des foyers de la ville de Saumur », précise Patrice de Foucaud. Entre autres particularités, l'usine recevra un système de traitement des fumées semi-humide améliorant les taux imposés par la réglementation ( - 10 % pour le monoxyde de carbone, - 20 % sur les dioxines). Selon les élus saumurois, l'unité affichera un taux de valorisation énergétique de 71,7 % et de 24,4 % pour la valorisation matière. Le volume de déchets ultimes (refioms) ne représentera plus que 3,8 % sur le volume incinéré. Actuellement, près de 95 % des déchets ménagers du bassin du Sivert finissent en décharge. La fermeture programmée des décharges rendait urgente la construction de l'unité d'incinération.

L'usine de Lasse renforce l'implantation de CGEA dans l'Ouest où le groupe, via sa filiale Grandjouan Onyx, exploite déjà le centre d'incinération Arc-en-Ciel, de l'agglomération nantaise. Un investissement de 50 millions de francs est prévu sur trois exercices pour doter cette usine d'un système de traitement des fumées. Grandjouan-Onyx devrait maintenir en 2001 ses investissements à plus de 100 millions de francs.

DESSIN :

L'usine, livrable en 2004, emploiera 22 salariés de CGEA et 5 agents des collectivités chargés du contrôle des déchets à l'entrée du site.

Commentaires

MAINE-ET-LOIRE Une usine d'incinération à l'est du département

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Droit et gestion des collectivités territoriales - 2018

Livre

Prix : 83.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Décrypter les finances publiques locales

Décrypter les finances publiques locales

Livre

Prix : 59.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Négoce 446 - Spécial TOP 100 de la distribution bâtiment-bricolage 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 25.00 €

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur