En direct

Maine-et-Loire Nicoll s’investit depuis un demi-siècle

bertrand escolin |  le 22/03/2007  |  Deux-SèvresMaine-et-LoireFrance entièreEuropeEphad

Fondée à Cholet (Maine-et-Loire) en 1956, Nicoll est à ce jour leader européen de fabrication de produits de synthèse pour le bâtiment et les travaux publics. Que ce soit par injection ou extrusion, la gamme de produits Nicoll s’étend des raccords pour réseaux d’évacuation en PVC, accessoires sanitaires, et autres grilles de ventilation, aux gouttières et habillage de toiture, sans oublier les raccords et accessoires d’assainissement. Au total, Nicoll propose 6 000 références en catalogue.

Après avoir introduit dès 1960 l’injection PVC sous pression, Nicoll poursuit une politique d’innovation industrielle (3 % du chiffre d’affaires consacrés à la recherche et au développement, dix-neuf projets industriels en cours en 2006).

Son fondateur, Jean Ollivier, a rejoint en 1981 un groupe international d’investisseurs belges notamment, aujourd’hui connu sous le nom d’Aliaxis. Au sein d’Aliaxis (11 500 collaborateurs, 1,8 milliard d’euros de chiffre d’affaires), Nicoll est la première société de transformation plastique du groupe présente dans soixante-treize pays, avec des filiales en Italie, Belgique et Grèce. Nicoll réalise une majorité de son chiffre d’affaires (160 millions d’euros en 2006) en Europe avec un effectif de 1 050 salariés sur trois sites à Cholet et un à Argenton-Château (Deux-Sèvres).

Objectif : 30 % à l’export d’ici à cinq ans. Son directeur général Roland Besnard (un ancien de Saint-Gobain) est très fier de son organisation : « Dix mille collaborateurs ont travaillé chez nous depuis cinquante ans, et nous poursuivons notre politique d’engagement et de respect des personnes. » Insertion des travailleurs handicapés (7 % des effectifs), apprentissage, emploi féminin, conditions de travail ont été des chevaux de bataille de l’entreprise, qui continue de renouveler ses postes assurant une période de transition entre anciens et nouveaux, « la qualité est à ce prix, » poursuit le directeur général « et notre réactivité technique en ­découle ».

Nicoll est une des rares entreprises du secteur à fabriquer ses moules d’injection, et elle emploie 40 personnes en bureau d’études. Le chiffre d’affaires se répartit entre le sanitaire (41 %), le bâtiment (30 %) et l’environnement (29 %). La direction veut renforcer son leadership européen en s’adaptant aux besoins régionaux spécifiques : « Le marché des gouttières intégrées, apparentes ou colorisées cuivre, répond à des habitudes architecturales locales très précises », poursuit François Delasalle, directeur marketing. La réactivité est aussi une des marques de l’entreprise : « Avec 230 personnes dédiées à la logistique, nous pouvons modifier une commande jusqu’au chargement du camion, ce qu’apprécie notamment la clientèle export », explique Patrick Geneste, directeur vente export. Son objectif est d’atteindre 25 à 30 % à l’export d’ici à cinq ans.

Du côté des nouveautés, Nicoll a lancé un receveur de douche à l’italienne (Docia) prêt à carreler en structure nid d’abeille, très léger et résistant, qui devrait répondre à un besoin croissant des chantiers de gain de temps et facilité de mise en œuvre.

PHOTO - Ouest91 Nicoll.eps
PHOTO - Ouest91 Nicoll.eps - © Stéphane bellanger/LE Moniteur

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Code des juridictions financières

Code des juridictions financières

Date de parution : 12/2018

Voir

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

De l'immeuble de bureau aux lieux du travail

Date de parution : 12/2018

Voir

Le ravalement

Le ravalement

Date de parution : 12/2018

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur