En direct

Magnum, Pouget et Gestionbat se construisent un siège exemplaire

Jean-Philippe Defawe |  le 25/07/2014  |  Collectivités localesLoire-AtlantiqueFrance entière

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Collectivités locales
Loire-Atlantique
France entière
Valider
Nantes -

Sur l’Ile de Nantes, Magnum Architectes et urbanistes, le bureau d’études thermiques et fluides Pouget Consultants et l’économiste Gestionbat ont intégré leurs nouveaux locaux dans un ancien café-billard des années 1950, rénové en un « immeuble responsable ». De fait, avec un coefficient Ubât de 0,37 W/m2.K et une consommation estimée de 33 kWh/m2, le projet rénové, baptisé « MC2 », affiche deux fois moins de déperditions et quatre fois moins de consommations que l’exigence réglementaire.

Projet pilote

Les performances du nouveau siège sont d’autant plus remarquables que les concepteurs n’ont pas pu recourir à une isolation thermique par l’extérieur, le bâtiment étant inscrit au « petit patrimoine industriel nantais ». Il a donc fallu le traiter thermiquement depuis l’intérieur en recréant, pour les deux niveaux, une « boîte dans la boîte » et en appliquant une solution particulière pour lutter contre les ponts thermiques. Pour la première fois en France, l’isolant sous vide SlimVac de Siniat - qui affiche un R = 5,71 m²/K/W pour 40 mm d’épaisseur - a été prescrit sur 68 m2 au sol, sur un mur, dans les embrasures de fenêtres conservées en tunnel et en manchonnage des parois intérieures.
Du point de vue architectural, le projet conserve l’esprit des lieux à l’exception de deux « folies » en bois qui ont été ajoutées sur le toit. Celles-ci recevront 70 m² de panneaux photovoltaïques monocristallin, qui permettront à l’ouvrage d’atteindre le niveau Bepos. Le projet MC2 a d’ailleurs servi de pilote à Effinergie et Certivéa pour le référentiel Bepos tertiaire existant.
L’opération affiche un coût de 1 400 euros/m2 de surface utile. Cela peut paraître élevé pour un bâtiment tertiaire, mais les concepteurs-occupants ont soigné la qualité de l’air, l’acoustique, la lumière naturelle… et espèrent compenser les quelque 300 euros/m2 de surcoût, liés à la surperformance qualitative, par les économies dans l’exploitation de leur siège.

PHOTO - 804314.BR.jpg
PHOTO - 804314.BR.jpg - © MC2 / Pouget Consultants / Magnum Architectes / GestionBat

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Éclairage des espaces extérieurs

Éclairage des espaces extérieurs

Date de parution : 05/2019

Voir

DICOBAT Visuel

DICOBAT Visuel

Date de parution : 05/2019

Voir

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur