Maçonnerie : Bien choisir un mortier de réparation
- © Weber

Maçonnerie : Bien choisir un mortier de réparation

Maya Pic |  le 30/04/2021  |  100 % gros œuvre 100 % second œuvreMortierFaçadeBéton

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Artisans
100 % gros œuvre
100 % second œuvre
Mortier
Façade
Béton
Façade en pierre
ParexLanko
Sika
Weber
France
Valider

Chaque mortier de réparation possède des qualités propres qui correspondent à une destination particulière. Il convient de bien analyser les dégradations d’un ouvrage en béton ou en pierre avant de faire son choix.

Les types de mortiers

À chaque type de dégradation – de surface ou structurelle, altération du matériau, corrosion des armatures – correspond un type de mortier de réparation. Pour une action de qualité et pérenne, le mortier doit présenter des propriétés compatibles avec le béton de structure (résistance, élasticité…) et être résistant à la cause des désordres. Les mortiers de classes R1/R2 visent les réparations en surface, les mortiers R3/R4 les réparations structurales.

Les propriétés des mortiers

À base de liant hydraulique, de résine synthétique ou mixtes, les mortiers de réparation doivent répondre à différentes contraintes et destinations. Ils se distinguent par leurs diverses propriétés : anticorrosion, anti-abrasion, fibrés, à prise rapide, à retrait compensé, à porosité fermée, thixotropes, coulables, projetables…

Pourquoi le béton se dégrade

Les causes de dégradation des bétons, nombreuses, sont principalement :
- d’origine physique et mécanique : mauvaise formulation ou défaut d’exécution, usure, gel, vent, infiltrations d’eau, érosion, dilatation, chocs, surcharges, etc.
- d’origine chimique : exposition aux chlorures (sel marin, sels chimiques, pollution) ou carbonatation, un processus physico-chimique dû à la pénétration du CO2, qui provoque l’éclatement du béton et fait chuter son pH de 12 à 8 environ – un pH acide et corrosif pour les armatures.

Une norme

La norme européenne EN 1504-1 à 10 aborde tous les aspects de la réparation des structures béton, depuis la définition des produits et systèmes (protection de surface, réparation structurale, collage, injection, scellement d’armatures…) jusqu’à l’exécution des travaux.

Des guides

Le Syndicat national des entrepreneurs spécialistes de travaux de réparation et de renforcement des structures (Strres), met à disposition sur son site (www.strres.org) les guides « Fabem », qui décrivent en détail les différentes techniques de reprise et de traitement des bétons dégradés.

Des nouveautés

weber.rep rapide, de Weber : un mortier anticorrosion

Grâce à un inhibiteur de corrosion intégré, ce mortier de réparation fibré classé R4 augmente la résistance à la carbonatation du béton. Rendant l'emploi d'un primaire anticorrosion inutile, il est synonyme de gain de temps et de coûts allégés. Il convient pour toutes les réparations ponctuelles (réparation et rebouchage d’épaufrures, nez de marches, saignées, carottages) et pour les scellements courants, sur béton, enduit ciment, maçonnerie béton, briques pleines, pierres dures. Utilisable en intérieur et extérieur, sur ouvrages aériens, souterrains ou immergés, en épaisseur de 5 à 100 mm. Formule antipoussière. Sacs de 5 et 25 kg.

weber.rep rapide, de Weber
weber.rep rapide, de Weber

772 Lankorep HP, de Parexlanko : un mortier fin à retrait compensé

Ce mortier monocomposant classé R4 à retrait compensé présente une porosité très fermée qui retarde la progression de la carbonatation des bétons. Il forme un film passif à la surface de l’armature, la protégeant de la corrosion. S’appliquant de 2 à 70 mm par passe, il offre une montée en résistance rapide et est recouvrable par peinture sous 24 heures. Convient pour la réparation des surfaces de béton, épaufrures, nids d’abeilles, nez de marches, pièces préfabriquées, pour la restructuration d’ouvrages dégradés (poutres, dalles, poteaux, voûtes…), pour le renforcement de structures affaiblies (balcons, acrotères, corniches) et pour le traitement des gorges et des fissures passives. Sac de 25 kg.

772 Lankorep HP, de Parexlanko
772 Lankorep HP, de Parexlanko

Sika Monotop 310 R, de Sika : un mortier de réparation structurelle

Bénéficiant d'une remise en service très rapide (durée pratique d’utilisation de 15 minutes, temps de prise de 25 min à 20 °C), ce mortier classé R3 convient à la réparation structurelle et non structurelle des bétons en bâtiment, ouvrage d’art et génie civil. Il adhère à la plupart des supports (béton, mortier, pierre, brique), résiste aux cycles gel/dégel, à l’eau de mer et eaux sulfatées. S’appliquant en épaisseur de 3 à 70 mm par passe, il offre une finition lisse immédiate et peut être peint après 4 heures. Sac de 20 kg à ouverture facile et poignée facilitant le transport.

Sika Monotop 310 R, de Sika
Sika Monotop 310 R, de Sika

MRP, de Saint-Astier : un mortier de réparation des pierres

Ce mortier technique, à base de chaux hydraulique de Saint-Astier, est spécialement destiné à la restauration de la pierre : reconstitution en épaisseur de parements, imitation de pierres, moulage et restauration de reliefs en pierres tendres ou dures, rebouchage, réparation d’épaufrures, uniformisation de façades, modénatures, etc. Il est utilisable jusqu’à 10 cm d’épaisseur et façonnable jusqu’à 48 heures. Sac de 25 kg.

MRP, de Saint-Astier
MRP, de Saint-Astier

Commentaires

Maçonnerie : Bien choisir un mortier de réparation

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil