En direct

Lyon -Turin: pour Hubert du Mesnil, la France saura dégager des capacités de financement
Coupe du tunnel transfrontalier - © © LTF

Lyon -Turin: pour Hubert du Mesnil, la France saura dégager des capacités de financement

Olivier Baumann |  le 03/06/2014  |  BâtimentRhôneFrance entièreEuropeOuvrage d'art

Alors que la société Lyon-Turin Ferroviaire change de statut pour devenir le promoteur public du projet de tunnel transfrontalier de 57 km entre l'Italie et la France, son président Hubert du Mesnil estime qu'il est à la portée de la France de dégager 150 à 200 millions d'euros par an pour financer sa part du coût de réalisation de l'ouvrage souterrain, qui s'étalera sur dix à quinze ans.

En signant le 14 mai dernier le contrat pour la réalisation de la galerie de Saint-Martin-La-Porte, ultime ouvrage de reconnaissance du futur tunnel ferroviaire transfrontalier de 57 km de long,  la société Lyon-Turin Ferroviaire (LTF) a franchi une étape symbolique importante. Chargée jusqu’ici de mener les études de projet et les travaux de reconnaissance –entre 2001 et 2014, près de 1,2 milliard d’euros auront été engagés à ces fins-  la filiale commune à Réseau Ferré de France (RFF) et son équivalent italien RFI va, d’ici la fin de l’année 2014 modifier ses statuts pour devenir le promoteur de la section transfrontalière du Lyon-Turin. « L’objet de LTF sera désormais d’assurer la maîtrise d’ouvrage de la réalisation du tunnel de base ainsi que sa gestion après la mise en service », a commenté Hubert du Mesnil, président de LTF, lors d’un point presse le 3 juin. Ce changement de statut aura pour préalable une modification de l’actionnariat de LTF : RFF et RFI revendront leurs actions aux Etats français et italien, qui deviendront les actionnaires directs du nouveau promoteur. « Nous assurerons évidemment la continuité de tous nos contrats en cours », a précisé Hubert du Mesnil.

Un financement à la portée de la France

L’ancien président de RFF a par ailleurs redit que Bruxelles n’avait pas le moindre doute sur la viabilité d’un projet qui fait partie de ses priorités, et qu’elle soutient avec une « volonté continue, historique et sans faiblesse ». Toutefois, pour pouvoir bénéficier des subventions européennes qui pourront couvrir jusqu’à 40% des 8,5 milliards d’euros de la partie transfrontalière, la France doit adresser à la Commission européenne d’ici février 2015 un dossier qui devra notamment démontrer sa capacité à assurer le financement des 25% du coût qui sont à sa charge, soit 2,2 milliards d’euros.  Sur ce point, Hubert du Mesnil se montre confiant. « La mise en œuvre du projet s’étalant sur une échelle de temps de 10 à 15 ans, il ne me paraît par hors de portée pour un pays comme le nôtre de pouvoir dégager des capacités de financement de 150 à 200 millions d’euros par an », a-t-il avancé. Et le président de LTF de poursuivre : « évidemment, dans le contexte actuel, on ne pourra pas financer le projet par les seules ressources budgétaires, et nous devrons trouver d’autres ressources, pourquoi pas un système de péage ». Hubert du Mesnil a par ailleurs confirmé qu'il était pertinent de dissocier le génie civil du tunnel des équipements ferroviaires, le premier – générateur d’aléas géotechnique et de faible rentabilité – pouvant être réalisé en maîtrise d’ouvrage publique, le second pouvant faire l’objet d’un partenariat public-privé.

Un calendrier ni fixé, ni figé

Alors que la réponse de la Commission européenne est attendue courant 2015, la suite du calendrier de l’opération n’est pas précisément définie. « Le calendrier n’est pas figé, a expliqué Hubert du Mesnil, et résultera d’un compromis entre la volonté de l’Europe d’aller vite et les contraintes techniques, financières et politiques auxquelles nous serons confrontés ».

Quant à la réalisation totale de la liaison ferroviaire entre Lyon et Turin - en dehors du champ de compétence de LTF – qui devrait coûter quelque 18 milliards d’euros supplémentaires, Hubert du Mesnil a simplement rappelé  qu’elle se ferait par phases, en fonction notamment  de l’évolution du trafic.

Commentaires

Lyon -Turin: pour Hubert du Mesnil, la France saura dégager des capacités de financement

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

AMC N°270 - SPÉCIAL INTÉRIEURS 2018

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Opérations Immobilières n°106 - Loi ELAN

Presse - Vente au n°

Prix : 37.00 €

Voir

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Aménager sans exclure, faire la ville incluante

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookiesOKEn savoir plusX