Lyon-Turin : le rapport italien transmis au gouvernement français
Galerie de reconnaissance Lyon-Turin. - © © TLT.

Lyon-Turin : le rapport italien transmis au gouvernement français

Jessica Ibelaïdene avec AFP |  le 06/02/2019  |  Lyon-TurinTeltTravaux publicsGrands projetsElisabeth Borne

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Lyon-Turin
Telt
International
Travaux publics
Grands projets
Elisabeth Borne
Travaux ferroviaires
Tunnel
Valider

Alors que les deux partis de la coalition qui le compose continuent de se déchirer sur la poursuite ou non du chantier du tunnel ferroviaire du Lyon-Turin, le gouvernement italien a communiqué l'analyse coûts/bénéfices aux autorités françaises. Prochaines étapes : l'organisation d'une rencontre entre les différents partenaires du projet - Italie, France et Union européenne -, avant de rendre public les résultats et de décider de l'avenir du projet.

Le 5 février, Rome a remis au gouvernement français l'analyse évaluant les coûts et les bénéfices de la liaison ferroviaire Lyon-Turin, a annoncé le ministère italien des Transports. "Ceci est le point de départ d'un dialogue entre les deux exécutifs. Une rencontre bilatérale sera rapidement organisée" avec Elisabeth Borne et Violeta Bulc, commissaire européenne aux Transports, a expliqué le ministère dans un communiqué, en précisant que le rapport avait été remis à l'ambassadeur de France en Italie, Christian Masset. Le rapport sera ensuite rendu public, après la mi-février.

Le projet de liaison ferroviaire Lyon-Turin divise profondément la coalition populiste au pouvoir à Rome. Elle a donc commandé, durant l'été, une analyse coûts-bénéfices avant de se prononcer sur l'avenir à donner au projet. La commission d'experts a remis le 9 janvier son rapport au gouvernement italien, et selon la presse italienne, il recommande l'arrêt des travaux.

Deux visions inconciliables

Cette liaison ferroviaire, qui prévoit le percement d'un tunnel de 57,5 km dans les Alpes pour rapprocher Lyon et Turin, est soutenue par la Ligue de Matteo Salvini (extrême droite). En revanche, le Mouvement 5 étoiles (M5S, antisystème) de Luigi Di Maio y est hostile et a promis de mettre fin à ce qu'il considère comme un gaspillage d'argent public.

Le Lyon-Turin "ne se fera pas", a encore assuré il y a peu Luigi Di Maio, alors que deux jours plus tôt, Matteo Salvini avait indiqué qu' "y renoncer et mettre en danger la vie des entreprises (lui) semblait peu raisonnable". Elisabeth Borne a invité de son côté l'Italie à prendre rapidement des décisions pour respecter le calendrier. L'Union européenne, qui participe au financement du projet, a souligné qu'une suspension de celui-ci "mettrait en question l'accord de subvention en cours, et pourrait conduire à sa résiliation et au recouvrement total ou partiel des sommes déjà versées".

La construction du tunnel bitube, élément central du Lyon-Turin, est estimé à 8,6 milliards d'euros. Il a commencé à être creusé dans les Alpes italiennes et françaises, par le biais de galeries de reconnaissance réalisées au diamètre et sur le tracé du tunnel définitif.

Commentaires

Lyon-Turin : le rapport italien transmis au gouvernement français

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Voirie et réseaux divers

Voirie et réseaux divers

Date de parution : 10/2019

Voir

Comprendre simplement les marchés publics

Comprendre simplement les marchés publics

Date de parution : 10/2019

Voir

Droit de l'immobilier en 100 fiches pratiques

Droit de l'immobilier en 100 fiches pratiques

Date de parution : 10/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur