Transport et infrastructures

Lyon-Turin : le Parlement valide l’accord franco-italien

Mots clés : Ouvrage d'art

C’était la dernière étape législative. Après l’Assemblée nationale, le Sénat a voté, ce 26 janvier, le projet de loi autorisant les travaux du tunnel Lyon-Turin.

Le Parlement a donné jeudi 26 janvier, par un vote du Sénat, son feu vert définitif à la ratification de l’accord entre la France et l’Italie pour lancer les travaux définitifs de la nouvelle ligne ferroviaire Lyon-Turin, au grand dam des opposants à ce chantier. Censé lever les derniers obstacles à un colossal chantier de douze ans, l’accord avait été signé en février 2015, puis complété en mars 2016 par Matteo Renzi et François Hollande. 

Avec l’adoption de l’accord, les appels d’offres pour les marchés de travaux pourront être lancés cette année, pour un démarrage des chantiers en 2018. Un tunnel international de 57 km constituera l’ouvrage majeur de la ligne, entre Saint-Jean-de-Maurienne (en France) et Suse (en Italie).

Soutenu par les deux pays, par la ville de Lyon et, jusqu’à récemment par Turin, ce projet est contesté depuis des années par des écologistes, tant côté italien que français.

La chambre des députés italienne avait approuvé le même document en décembre, après le Sénat italien en novembre. L’Assemblée nationale l’avait adopté le 22 décembre.

Le rapporteur du Sénat Yves Pozzo di Borgo (UDI-UC) a souligné que le report modal de la route vers le rail permis par cette nouvelle ligne ferroviaire profitera à l’environnement et améliorera la sécurité routière. En revanche les sénateurs écologistes qui ont voté contre, ont dénoncé « l’aberration économique et financière » que représente pour eux la construction de cette ligne. Pour Leila Aïchi, « si le désengorgement des axes routiers était bien l’objectif environnemental de ce projet en 1991, les prévisions qui ont présidé à son lancement se sont révélées être très largement surévaluées ». Elle a ainsi pointé l’explosion des coûts de ce projet, « évalué à 26,1 milliards d’euros en 2012 par la Direction du Trésor contre les 2,1 milliards d’euros initialement prévus ».

Le coût total de cette ligne, dont la mise en service est prévue vers 2030, sera partagé par l’Union européenne et les deux pays.

Pour sa part, le secrétaire d’État chargé des Affaires européennes Harlem Désir a souligné que le budget du seul tunnel est arrêté à 8,3 milliards d’euros. « L’Europe y contribuera à hauteur de 40%, soit le maximum autorisé, débloquant 813 millions d’euros sur la période 2014-2019, l’Italie à hauteur de 35%, la France 25% », a-t-il précisé. « Au total notre contribution s’élèvera à 2,21 milliards d’euros, en valeur 2012 ».

 

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X