Lyon-Turin : Elisabeth Borne presse Rome de prendre une décision
Elisabeht Borne a visité le chantier de galerie de reconnaissance du tunnel du Lyon-Turin le 1er février. - © Caroline Moureaux

Lyon-Turin : Elisabeth Borne presse Rome de prendre une décision

Jessica Ibelaïdene avec AFP |  le 15/02/2019  |  Lyon-TurinTeltSavoieTravaux publicsElisabeth Borne

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Lyon-Turin
Telt
Savoie
International
Travaux publics
Elisabeth Borne
Travaux ferroviaires
Tunnel
Valider

La ministre des Transports, Elisabeth Borne, demande au gouvernement italien de hâter sa prise de décision concernant la poursuite ou l'arrêt du chantier ferroviaire du Lyon-Turin. L'exécutif italien, divisé sur la question, avait expliqué qu'il se prononcerait avant les élections européennes, en mai.

"La France respecte clairement le temps qu'ont souhaité prendre nos partenaires italiens. Mais aujourd'hui, on dit clairement aussi aux Italiens qu'il faut que cette décision vienne". Sur le plateau de Public Sénat, ce 15 février, la ministre des Transports, Elisabeth Borne s'est voulue plus pressante vis-à-vis du gouvernement transalpin, qui a promis de se prononcer sur la poursuite ou non du chantier du Lyon-Turin avant le scrutin européen du mois de mai.

Sauf que, comme le rappelle la ministre française, "il y a des financements européens à la clef (...). Il faut qu'une décision intervienne maintenant pour qu'on ne perde pas ces financements". Le projet est censé être financé à 40% par l'Union européenne qui a fait savoir qu'elle était prête à monter à 50%.

L'Europe aussi s'impatiente

Peu après Elisabeth Borne, l'Europe a elle aussi mis en garde le gouvernement italien. "La Commission européenne ne peut pas exclure qu'elle doive demander à l'Italie de rembourser la contribution (...) déjà versée si elle n'est pas raisonnablement dépensée", a affirmé un des porte-parole de l'exécutif européen, Enrico Brivio, au cours d'un point presse à Bruxelles.

"Nous sommes déjà en retard par rapport au calendrier convenu, de sorte que plus le temps passe, plus le risque est grand que certains fonds soient réaffectés", a-t-il encore ajouté, sans évoquer de montant ni fixer de date précise.

Une rentabilité négative selon le dernier rapport contesté d'experts italiens

Contesté depuis ses débuts il y a près de trente ans, la ligne ferroviaire Lyon-Turin et son tunnel de base divisent profondément la coalition populiste au pouvoir à Rome. La Ligue de Matteo Salvini est très favorable à ce projet cher à sa base de petits entrepreneurs, tandis que le Mouvement 5 Étoiles (M5S) de l'autre vice-Premier ministre, Luigi Di Maio, y est farouchement opposé, y voyant un gaspillage d'argent public.

Un rapport publié le 12 février, côté italien, estime que le Lyon-Turin "présente une rentabilité très négative", avec des coûts supérieurs de 7 milliards d'euros à ses bénéfices d'ici à 2059. Mais il a été immédiatement été rejeté par les partisans du projet car écrit par des opposants notoires et prenant en compte, par exemple, le manque-à-gagner pour l’État italien en termes de taxes sur le carburant et de produit des péages autoroutiers si le nombre de camions traversant les Alpes devait diminuer --ce qui est le but-même du tunnel.

Des "enjeux de pollution"

Long de 57,5 km, le tunnel a été évalué à 8,6 milliards d'euros, dont près de 1,4Md€ déjà dépensés selon Telt, le maître d'ouvrage interrogé par "Le Moniteur". Pour Elisabeth Borne, "c'est un projet très important" et il n'est "clairement pas" enterré.

La part du ferroviaire n'est que de 8% dans les échanges entre la France et l'Italie alors qu'elle est de 70% entre la Suisse et l'Italie, fait remarquer la ministre: "Est-ce qu'on peut se satisfaire d'une situation comme ça?", a-t-elle lancé, notant que les vallées des Alpes françaises "n'en peuvent plus de voir des camions". "Il y a des enjeux de pollution", a-t-elle insisté.

Commentaires

Lyon-Turin : Elisabeth Borne presse Rome de prendre une décision

Votre e-mail ne sera pas publié

Alexandre barile Prodomo

07/03/2019 08h:26

Bonjour AlexandreDans la continuité de cet article, j'ai appris ce matin que la ministre Élisabeth borne attendait demain une réponse de l'Italie.À suivre donc en espérant une réponse positive.Sébastien

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Construire avec le bois

Construire avec le bois

Date de parution : 12/2019

Voir

Réhabilitation énergétique et mobilité urbaine

Réhabilitation énergétique et mobilité urbaine

Date de parution : 12/2019

Voir

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Histoire contemporaine des paysages, parcs et jardins

Date de parution : 11/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur