En direct

Lyon Le périphérique sera payé par les collectivités locales

PIERRE DELOHEN |  le 17/12/1999  |  RhôneNordCollectivités localesTransports

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Rhône
Nord
Collectivités locales
Transports
Valider

Après le rachat du tronçon nord

Raymond Barre, président du Grand Lyon, maître d'ouvrage du tronçon nord du périphérique, et Michel Mercier, président du conseil général, cofinanceur du tronçon nord et futur maître d'ouvrage du tronçon ouest, entendent tirer la leçon de la coûteuse expérimentation du mode concédé appliqué par Michel Noir, alors président du Grand Lyon, au premier tronçon de cette infrastructure urbaine de transport.

Dans la foulée, le dossier du bouclage du périphérique de Lyon est rouvert « sans attendre », selon l'expression de Raymond Barre. Le conseil général avait anticipé en retirant la concession au groupement Eiffage/SGE (« Le Moniteur » du 24 juillet 1998, p.81) avec remboursement des frais d'études et indemnisation (« Le Moniteur » du 6 août 1999, p.77).

La future infrastructure sera en conséquence financée par l'utilisateur et les collectivités (conseil général du Rhône et Grand Lyon, voire la région et l'Etat, dans le cadre du contrat de Plan). Les études pourraient être rendues au printemps 2000 pour le premier tronçon Ecully-Etoile d'Alaý, une étape facilitée par la propriété du conseil général sur les études du concessionnaire d'origine.

« Compte tenu des sommes en jeu, nous réaliserons le bouclage du périphérique par sauts de puce jusqu'à Saint-Fons », explique Michel Mercier, qui pousse Raymond Barre à inscrire les réservations foncières dans les documents d'urbanisme, en révision, du Grand Lyon.

Estimé à 5,4 milliards en 1997, le bouclage du périphérique devrait désormais osciller entre 6 et 9 milliards de francs.

Travaux supplémentaires

Le tronçon nord coûtera aux collectivités quelque 6,6 milliards de francs (rachat et travaux supplémentaires de 300 millions compris), après l'accord donné (à voter les 17 et 21 décembre) sur les conclusions de la transaction Grand Lyon/Bouygues, organisée sous forme d'une conciliation juridictionnelle conduite par le président du tribunal administratif de Lyon.

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil