Emploi / Formation

Lutte contre le travail illégal : près de 2 000 contrôles en 2017 en Ile-de-France

Mots clés : Droit du travail - Travail

Les agents franciliens de l’inspection du travail ont réalisé l’an passé 2 000 contrôles ciblés sur les questions du travail illégal (1100 interventions) et de la fraude au détachement international de salariés (900), selon le bilan 2017 du plan régional de lutte contre le travail illégal.

1100 interventions pour travail illégal, 900 pour fraude au détachement : les agents franciliens de l’inspection du travail n’ont pas chômé en 2017.

Selon le bilan 2017 du plan régional de lutte contre le travail illégal, ces contrôles ont donné lieu à 65 sanctions administratives, (dont 39 à l’encontre d’entreprises étrangères et 26 de donneurs d’ordre) pour un montant de près de 400.000 €, plus de 230 procès-verbaux, plus de 50 fermetures administratives, 971 lettres d’observation pour enjoindre les contrevenants à se mettre en règle. Le secteur du BTP est de loin le plus verbalisé devant les secteurs des services et du commerce.

Le nombre et la qualité des contrôles devraient encore s’accroitre en 2018 avec notamment le renforcement sensible des moyens de l’Uracti, une unité régionale de l’inspection du travail dédiée à la lutte contre le travail illégal. Créée pour lutter contre une fraude qui se complexifie (réseaux et « bandes organisées », montages juridiques…) en développant l’expertise d’agents spécialisés, ses effectifs vont passer de 20 à 28 agents.

 

Focus

Plan régional de lutte contre le travail illégal

Outre les contrôles de l’inspection du travail, le plan régional de lutte contre le travail illégal insiste sur le renforcement de la coopération inter-administrative. Les opérations réalisés conjointement avec l’Urssaf, le Cnaps, la Direction régionale et interdépartementale de l’équipement et de l’aménagement (Driea), la Mutualité sociale agricole (MSA), les impôts et la douane, la Police ou la Gendarmerie se multiplient : qu’il s’agisse de contrôler le respect de la loi sur les chantiers, sur le web où les plates formes de services se développent, à l’occasion des grands salons ou évènements sportifs (sécurité privée, nettoyage, accueil, régie technique…), dans l’agriculture (chantiers forestiers, maraîchers, etc.), sur la route (VTC/Loti, déménagement, fret…), dans les cafés et restaurants ou dans les banques.

Ces opérations « coup de poing » permettent de mobiliser d’avantage d’agents et de gagner en efficacité. En 2017, dans le Val-de-Marne, trois actions conjointes ont ainsi eu lieu en moyenne par mois dans le cadre du Comité opérationnel départemental anti-fraude sous l’égide du préfet et du procureur de la République ; dans les Hauts-de-Seine, 10 ; dans les Yvelines, 11.

Vous souhaitez réagir

Pour commenter l'article, vous devez être identifié ou vous inscrire
S'identifier

Pour accéder aux contenus et services en accès libre, identifiez-vous

Mot de passe oublié
S'inscrire

Vous souhaitez vous inscrire aux services proposés en accès libre.

Newsletter quotidienne et thématiques, alertes e-mail, commentaires sur les articles...

S'inscrire
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X