En direct

Los Angeles expérimente les « chaussées fraîches » contre les îlots de chaleur urbains
Pose de peinture blanche sur la chaussée dans le quatrième district de Los Angeles le 8 août 2017. - © © David E. Ryu

Los Angeles expérimente les « chaussées fraîches » contre les îlots de chaleur urbains

le 14/08/2017  |  ChausséeEnvironnementPeintureSantéTechnique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Transports
Chaussée
Environnement
Peinture
Santé
Technique
Gros œuvre
VRD
Second œuvre
Revêtements muraux
Transports mécaniques
Valider

Un coup de peinture sur les routes contre le réchauffement climatique ? C'est la technologie en apparence iconoclaste mais prise très au sérieux par les experts en écologie que teste actuellement la mégapole californienne.

La Cité des Anges, où les températures peuvent dépasser les 40 degrés en plein été, est l'une des premières mégapoles au monde à essayer ces "cool pavements" ou "chaussées fraîches", en peignant quelques rues à travers la ville avec un revêtement spécial blanc grisé.

Le bitume noir habituel des chaussées emmagasine 80 à 95% de la lumière solaire alors que les revêtements de couleur pâle la réfléchissent, faisant baisser la température au sol de façon spectaculaire, d'après les partisans de cette technologie. « La chaleur sur la surface noire oscille entre 42 et 43°C en ce moment. Sur la surface sèche, alors que nous n’avons mis qu'une seule couche de blanc et que nous devons encore poser la deuxième couche, c'est 36°C. La différence de température atteint 6 à 7°C », fait valoir Jeff Luzar, vice-président de Guartop, la société qui fournit l'enduit.

Le maire de la ville, Eric Garcetti, se félicite sur Twitter de cette initiative destinée à « réduire la chaleur à Los Angeles et à lutter contre le changement climatique ».

George Ban-Weiss, assistant professeur d'ingénierie civile et environnementale à l'université USC, estime que les "cool pavements" présentent de réelles promesses en termes de lutte contre le réchauffement climatique dans les villes où le bitume et la concentration démographique et les automobiles créent un effet d'îlot de chaleur. « A l’instar des toits rafraichissants ou de la plantation d’arbres, les chaussées réfléchissant la chaleur solaire sont l'une des stratégies pour réduire les températures urbaines", a estimé cet expert de la technologie.

Technologie peu onéreuse

Los Angeles est la première ville de Californie à tester cette « chaussée fraîche » sur une route publique, souligne Greg Spotts, directeur adjoint du bureau de maintenance des routes de Los Angeles. « Cela a déjà été fait sur des parkings. Nous espérons que d'autres villes seront inspirées et que les fabricants vont développer des nouveaux produits ». La municipalité doit à présent observer les réactions des habitants à ces chaussées blanches inhabituelles et voir à quelle rapidité celles-ci se salissent au passage des voitures, aux coulées d'huile, d'essence, etc.

Alan Barreca, professeur de sciences environnementales à l'université UCLA, remarque qu'il « existe déjà une technologie efficace pour nous protéger des vagues de chaleur, ça s'appelle la climatisation », mais que « tout le monde n'a pas les moyens d'en avoir chez soi. Le bénéfice des chaussées fraîches, lui, est ressenti par tout le monde ». En outre, « moins de dépendance à la climatisation veut dire moins d'émissions de gaz à effet de serre » et d'énergie consommée, ajoute-t-il.

D'après lui, cette technologie peu onéreuse - elle coûte 40.000 dollars par mile (1,6 km) pour sept ans – peut protéger « beaucoup de gens pour un faible coût dans les zones urbaines à forte densité » comme Los Angeles, et semble ainsi plus intéressante dans ces zones que dans les banlieues moins densément peuplées

Commentaires

Los Angeles expérimente les « chaussées fraîches » contre les îlots de chaleur urbains

Votre e-mail ne sera pas publié

JF

28/06/2018 05h:42

Example désespérant d'une réponse inadaptée qui entraîne tout le monde dans cette spirale vicieuse: problème environnementale -> solution créant un autre problème environnemental. Car de la peinture sur la chaussée... est ce bien raisonnable? La reference a la clim me fait lever les yeux au ciel Si la plantation d'arbres pour ombrager l'espace urbain est bien la, il eut fallu insister sur le fait que c'est la vraie solution prioritaire, avec le verdissement des parois d'immeuble, qui n'est nullement evoquee ici. C'est peut être moins de business pour Guartop mais au moins ca a le mérite de capter du CO2 et d'offrir des nids aux petits zoiseaux...

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Décrypter les règles du Code de la commande publique issues de la loi MOP

Décrypter les règles du Code de la commande publique issues de la loi MOP

Date de parution : 09/2019

Voir

Initiation aux procédés généraux de construction

Initiation aux procédés généraux de construction

Date de parution : 09/2019

Voir

Construire, rénover et aménager une maison

Construire, rénover et aménager une maison

Date de parution : 09/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur