En direct

Lorillard se veut couturier de la façade

laurence francqueville |  le 24/01/2014  |  Politique socialeMenuiseriesEure-et-LoirSecond œuvre

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Politique sociale
Menuiseries
Eure-et-Loir
Second œuvre
Valider
Menuiseries -

Dans un contexte difficile caractérisé par une guerre des prix, le spécialiste des menuiseries sur mesure poursuit pourtant sa croissance : Lorillard a vu son chiffre d’affaires progresser de 4 % l’an dernier, à 130 millions d’euros, soit un triplement en douze ans. 40 % des 700 salariés du groupe créé en 1936 sont actionnaires. Réalisant 95 % de son activité dans la rénovation, le groupe basé à Chartres (Eure-et-Loir) compte trois entités : Lorillard Entreprise, qui se concentre sur l’ingénierie et les grands chantiers (400 par an) ; Lorenove, réseau dédié au remplacement de fenêtres chez les particuliers (65 espaces conseils) ; et Lorebat, qui sert négociants et entreprises (650 comptes). « Notre mix produits et marchés nous aide à encaisser les à-coups dde l’activité », concède son président Loïc Bréhu, qui entend faire du groupe une référence en matière de menuiserie industrielle.

De nouveaux horizons

S’estimant bien armé en termes de capacités de production (trois sites à Saint-Doulchard, Chartres et Pralong représentant 1 100 menuiseries par jour), Lorillard continue à chercher des parts de marché. « L’effet taille est essentiel pour contenir nos prix de revient et lutter contre les importations », explique Loïc Bréhu, qui mise aussi sur la qualité de pose et le service pour faire la différence, entretenir sa notoriété et fidéliser sa clientèle. Ce qui explique aussi pourquoi salariés et sous-traitants passent par son école de pose. Les particuliers étant devenus plus difficiles à convaincre avec le durcissement des incitations fiscales, le groupe privilégie de nouveaux horizons. « Nous avons un bureau d’études et un pôle R & D. Nous fabriquons et nous posons. Nous maîtrisons donc parfaitement les interfaces. Il me paraît légitime que nous nous présentions en entreprise générale sur des marchés de rénovation comprenant par exemple de l’isolation des façades ou de la couverture », explique Loïc Bréhu, qui se positionne ainsi comme « expert de l’enveloppe ». Fort de son expérience dans la rénovation de logements sociaux, il entend aussi mettre un pied sur le marché des copropriétés, via Lorenove.

PHOTO - 773067.BR.jpg
PHOTO - 773067.BR.jpg - © Vincent Leloup/Le Moniteur

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Éclairage des espaces extérieurs

Éclairage des espaces extérieurs

Date de parution : 05/2019

Voir

DICOBAT Visuel

DICOBAT Visuel

Date de parution : 05/2019

Voir

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur