En direct

Loire-Atlantique Feu vert pour le tram-train Nantes-Châteaubriant

bertrand escolin |  le 09/02/2006  |  transportCollectivités localesLoire-Atlantique

Trois présidents pour annoncer le lancement du premier tram-train à Nantes. Jean-Marc Ayrault (Nantes Métropole), Jacques Auxiette (région des Pays de la Loire) et Patrick Mareschal (conseil général de Loire-Atlantique) viennent d’en dévoiler les modalités : « La ligne ferroviaire Nantes-Châteaubriant, fermée en 1980, dessert le nord de l’agglomération et du département. Chance pour nous, l’emprise a été conservée par RFF, et il sera possible rapidement de reconstruire la voie », explique Jean-Marc Ayrault. Après des années d’études et de négociations, les autorités organisatrices de transport concernées décident la réouverture de cette ligne, mais en utilisant un nouveau matériel : des tram-trains électriques jusqu’à l’entrée de l’agglomération (Sucé-sur-Erdre), qui seront interconnectés dans un second temps avec le réseau de tramway nantais. « Il s’agit d’un tram-train roulant sur la ligne ferroviaire classique puis sur le réseau du tramway nantais », explique Jacques Auxiette, président de la région. Une première tranche Nantes/Nort-sur-Erdre est prévue pour 2009.

Un chantier de 144 millionsd’euros. En parallèle, la communauté urbaine lancera les travaux d’interconnexion des lignes 1 et 2 de tramway, au nord-est de l’agglomération. Ils permettront de multiplier par quatre le trafic voya­geurs qui franchit l’Erdre, et de mieux desservir le stade et le parc des expositions de La Beaujoire. Un projet de 70 à 80 millions d’euros, dont les études de faisabilité sont achevées. Enfin, à plus long terme (2012), la desserte pourra étendre une branche vers le futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes. La nouvelle ligne Nantes-Châteaubriant proposera 23 allers-retours/jour jusqu’à Sucé-sur-Erdre, 14 jusqu’à Nort-sur-Erdre, puis à terme 5 jusqu’à Châteaubriant. Dix gares et points d’arrêt seront (ré)aménagés.Le coût de l’opération en termes d’infrastructures est estimé à 143,8 millions d’euros.

Le plan de financement proposé par les trois partenaires locaux compte sur une participation de 47,9 millions d’euros de l’Etat, de l’Union européenne, de RFF et de la SNCF. Les collectivités apportant 95,9 millions : région 43,3 millions, département 38,7 millions et Nantes Métropole 13,9 millions. A quoi s’ajoute le matériel roulant, soit 31,5 millions, pris en charge par la région en tant qu’autorité organisatrice. Si le plan de financement est bouclé comme prévu, les premiers travaux d’aménagement des infrastructures ferroviaires, sous maîtrise d’ouvrage de RFF, pourraient commencer en 2007, pour une ouverture en 2010.

Trouver le matériel roulant ­adéquat. Reste à trouver le matériel roulant adéquat : « Actuellement Siemens propose un train-tram, mais qui semble trop “ferroviaire” et peu adapté à Nantes, précise Camille Durand, vice-président de Nantes Métropole chargé des transports, Alstom étudie un projet, et Bombardier attend que les régions françaises établissent un cahier des charges commun pour produire un vrai tram-train. »

Technique, le dossier est aussi sensible politiquement : « Face au mépris du gouvernement pour les régions, nous représentons non pas des contre-pouvoirs, mais des gouvernements locaux qui ont des projets et veulent les réaliser », concluait Jacques Auxiette.

TRACE - MTP5333-TramwayNantes.eps
TRACE - MTP5333-TramwayNantes.eps

Commentaires

Loire-Atlantique Feu vert pour le tram-train Nantes-Châteaubriant

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur