En direct

Loi Elan : la possibilité de vendre la nue-propriété des HLM au privé pourrait être supprimée au Sénat
- © Pxhere

Loi Elan : la possibilité de vendre la nue-propriété des HLM au privé pourrait être supprimée au Sénat

le 22/06/2018  |  ImmobilierRéglementationDroit immobilierESHUSH

L’amendement au projet de loi Elan adopté le 2 juin à l'Assemblée pour prolonger une expérimentation créée par Alur permet en fait de vendre des HLM à des investisseurs privés en nue-propriété, et de les déconventionner à l’issue de l’usufruit (après le départ du locataire). En plein débat sur la finalité de la vente HLM, cette disposition est dénoncée par plusieurs acteurs, qui craignent la cession d’une partie du parc social à des fins spéculatives. L’USH demandera aux sénateurs de réexaminer cette mesure "contre nature".

Vendre un logement social à des acteurs privés en nue-propriété en vue de le déconventionner à terme : voilà une option rendue possible par le projet de loi Elan tel qu’adopté en première lecture par l’Assemblée nationale. Alors que le texte présenté en Conseil des ministres n’autorisait la vente HLM en bloc à des investisseurs privés que pour les PLS de plus de 15 ans, quatre amendements à l’article 28 identiques (1), adoptés dans la précipitation samedi 2 juin, ouvrent cette possibilité à l’ensemble des logements sociaux, mais cette fois en usufruit. Une nouveauté passée inaperçue lors des débats, qui commence à faire du bruit chez les acteurs du secteur.

Ces amendements pérennisent - et étendent - une expérimentation lancée dans le cadre de la loi Alur en 2014, qui autorisait pour cinq ans les bailleurs sociaux à céder en zone tendue la nue-propriété des biens existants ou à réhabiliter tout en conservant l’usufruit. Cette possibilité est donc rendue permanente, "conformément aux objectifs de développement de la vente de logements sociaux" selon les exposés des motifs, et étendue aux SEM.

Mais ces amendements ajoutent aussi et surtout plusieurs précisions sur la mise en œuvre de ce dispositif, dont une qui fait bondir l’USH : au terme de l’usufruit et après le départ des locataires HLM, les logements ne seront plus conventionnés et les loyers deviendront libres (2).

Un amendement plus politique que technique

Lors de la séance publique du samedi 2 juin, les députés à l’origine de cette modification ont simplement « défendu » leur amendement, sans argumenter davantage. La rapporteure du texte a indiqué que l’objet était de "pérenniser l’expérimentation relative à la vente de la nue-propriété", et le texte a été modifié après avis favorable du gouvernement.

Pour Marianne Louis, directrice générale de [...]

Cet article est réservé aux abonnés Moniteur, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Batiprix Bordereau 2019 - 36 ème édition

Livre

Prix : 98.00 €

Auteur : Groupe Moniteur

Voir

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Hors-série AMC : 50 ans d'architecture

Presse - Vente au n°

Prix : 29.00 €

Voir

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires

Livre

Prix : 24.00 €

Auteur : Éditions du Moniteur

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur