En direct

Loi Climat et Résilience : « Ne pas stigmatiser la maison individuelle », Jonathan Prévereaud, Pôle-Habitat FFB
Jonathan Prévereaud, Pôle-Habitat FFB
Interview

Loi Climat et Résilience : « Ne pas stigmatiser la maison individuelle », Jonathan Prévereaud, Pôle-Habitat FFB

Propos recueillis par Sandrine Pheulpin |  le 21/01/2021  |  France Loi Climat et RésilienceArtificialisationPermis de construireImmobilier

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Droit de l'urbanisme
France
Loi Climat et Résilience
Artificialisation
Permis de construire
Immobilier
Valider
Pour lire l’intégralité de cet article, testez gratuitement lemoniteur.fr - édition Abonné

Le projet de loi « portant lutte contre le dérèglement climatique et renforcement de la résilience face à ses effets » devrait être présenté le mois prochain en Conseil des ministres, avant un examen au Parlement en mars. Jonathan Prévereaud, vice-président de Pôle-Habitat FFB, revient sur les mesures censées mettre un coup de frein à l’artificialisation des sols.


Que vous inspire le projet de loi ?

La philosophie générale de la loi, nous ne pouvons que la soutenir. Mais la manière dont le texte est rédigé, on ne peut pas y adhérer. Que l’on construise moins en étalement urbain, on y est favorable. Que l’on réfléchisse à des opérations vertueuses pour moins consommer de foncier, on y est favorable également. Travailler en secteur difficile urbain, pollué, déjà construit, on va s’adapter. Mais il nous faut des outils de compensation pour pouvoir construire la ville sur la ville. Et en l’état, rien n’est prévu.

Le gouvernement entend diviser par deux le rythme d’artificialisation des sols dans les 10 prochaines années. Les mesures envisagées pour y parvenir vous semblent-elles réalistes ?

La réduction par deux du rythme d’artificialisation sur les dix prochaines années par rapport à la décennie précédente peut paraître réaliste pour autant que la notion d’artificialisation et le rythme des 10 dernières années soient appréciés au regard d’une définition objective au sens physique du terme. La définition qui figure dans le projet de loi (*) semble aller dans le bons sens puisqu’elle permettrait de considérer comme non artificialisés les jardins, espaces verts ou autres parcs urbains, souvent bien plus porteurs de biodiversité que les espaces agricoles de monoculture intensive. Néanmoins, le diable se cache dans les détails et nous serons extrêmement vigilants à la rédaction du décret auquel nous demandons à être étroitement associés.

(*) Selon l'article 46 du texte, est considéré comme artificialisé « un sol dont l'occupation ou l'usage affectent durablement tout ou partie de ses fonctions. Les surfaces de pleine terre ne sont pas considérées comme artificialisées ».

[...]

Cet article est réservé aux abonnés Moniteur, abonnez-vous ou connectez-vous pour lire l’intégralité de l’article.

Déjà abonné

Saisissez vos identifiants

Mot de passe oublié ?
Se connecter

Pas encore abonné

En vous abonnant au Moniteur, vous bénéficiez de :

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index

Commentaires

Loi Climat et Résilience : « Ne pas stigmatiser la maison individuelle », Jonathan Prévereaud, Pôle-Habitat FFB

Votre e-mail ne sera pas publié

Laurent46

21/01/2021 11h:42

Hélas nous savons maintenant que ce gouvernement n'a pas de limites. A croire que tous ces politiques et hauts fonctionnaires ont une haine envers tous ceux qui travaillent en France pire encore envers ceux qui ont travaillé plus et plus longtemps que ces sinistres individus pour s'approprier quelques biens entretenus régulièrement pour leurs jours de retraite. Ce n'est pas dans l'égalité de tous ce sont des mauvais Républicains, ils ne partagent pas avec le restant du monde alors il faut les sonner ! Drôle de manières de faire de ce pays quelque chose de dynamique et de paisible. Seule une haine envers ces gouvernances nationales et locales peut en découler. Cela s'est dit, s'entend sauf par une certaine élite qui pour elle n'en a jamais assez. Il en est de l'isolement mais aussi du chauffage et de bien d'autres sujets de la vie quotidienne. Climat ? drôle de chose alors que cette année l'hiver est presque normal. La planète entière qui n'a jamais été un astre tranquille doit aujourd'hui être aux ordres d'une génération d'écolos tous aussi idiots les uns que les autres bien que leurs actes ne servent en France qu'à fabriquer des contraintes et des taxes qui sont à eux deux l'AVENIR en Marche de la France.

Votre e-mail ne sera pas publié

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

L'urbanisme commercial

L'urbanisme commercial

Date de parution : 11/2020

Voir

Droit de l'Aménagement, de l'Urbanisme, de l'Habitat – 2020

Droit de l'Aménagement, de l'Urbanisme, de l'Habitat – 2020

Date de parution : 09/2020

Voir

Villes et territoires de l’après-pétrole 

Villes et territoires de l’après-pétrole

Date de parution : 08/2020

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil