En direct

Logements (Paris-XXe)   - Des dispositifs low-tech pour une façade bioclimatique
PHOTO - 767248.BR.jpg - © ANau

Logements (Paris-XXe) - Des dispositifs low-tech pour une façade bioclimatique

J.-F. D. |  le 17/01/2014  |  BâtimentCommunicationPrix d'architectureEnvironnementSanté

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Bâtiment
Communication
Prix d'architecture
Environnement
Santé
Architecture
Technique
Valider
Mention à l'équerre d'argent -

«Quelle expression architecturale proposer pour un immeuble d’habitation soucieux de qualité environnementale ? » Telle est l’une des questions formulées par l’architecte, Armand Nouvet, pour cette opération à Paris-XXe, exemplaire d’une « intelligence climatique » appliquée au logement social. Pour répondre aux exigences d’une consommation inférieure à 50 kWhep/m2.an, l’agence Babled-Nouvet-Reynaud a privilégié ici des dispositifs low-tech exclusivement architecturaux. Sa proposition se veut « l’expression lisible d’un système constructif fait de poteaux, de dalles et de fenêtres ». Adossés contre d’autres immeubles, les bâtiments forment une séquence construite articulée selon plusieurs volumes de hauteurs décroissantes autour d’une cour. Les façades épaisses, intégralement exposées à la course du soleil, créent une double peau thermo-acoustique de bois et de verre, élément-clé du dispositif environnemental.

Les deux parois vitrées forment de petits espaces non chauffés de 0,30 m à 1,20 m d’épaisseur avec, çà et là, des murs capteurs en béton cannelé noir qui, en hiver, absorbent le rayonnement solaire diurne pour le restituer la nuit, sous forme de chaleur, dans le logement. Un procédé de chauffage régulé et complété, saison après saison, à l’aide de stores d’occultation aluminisés à manœuvrer par les locataires, et d’une ventilation simple flux.

PHOTO - 765398.BR.jpg
PHOTO - 765398.BR.jpg - © photos : CLéMENT GUILLAUME
PHOTO - 765401.BR.jpg
PHOTO - 765401.BR.jpg - © Anau
PHOTO - 765399.BR.jpg
PHOTO - 765399.BR.jpg - ©
PHOTO - 765397.BR.jpg
PHOTO - 765397.BR.jpg - ©
PHOTO - 765396.BR.jpg
PHOTO - 765396.BR.jpg - ©

ARMAND NOUVET, architecte

Le logement social aspire à la qualité environnementale et à la frugalité énergétique. Comment y répondre ? Ici, par une inflexion des modes constructifs : usage limité du béton au profit d’une façade menuisée. Ensuite, par un engagement des habitants en termes de gestes et de pratiques. Enfin, en proposant une flexibilité de l’espace domestique et une architecture qui se manipule. Le tout dans une expression architecturale et urbaine très lisible : ce que l’on voit n’est que ce qui est.

%%GALLERIE_PHOTO:0%%
Fiche technique

Maîtrise d’ouvrage : Société immobilière d’économie mixte de la Ville de Paris (Siemp). Maîtrise d’œuvre : Babled-Nouvet-Reynaud Architectes ; Julien Boidot, chef de projet ; BET : SNC Lavalin (TCE, économiste), RFR Eléments (environnement). Entreprise : Francilia. Surfaces : 1 950 m 2 Shon. Coût des travaux : 3,84 millions d’euros HT.

Éditions du Moniteur Le Moniteur boutique

Éclairage des espaces extérieurs

Éclairage des espaces extérieurs

Date de parution : 05/2019

Voir

DICOBAT Visuel

DICOBAT Visuel

Date de parution : 05/2019

Voir

L'assurance construction

L'assurance construction

Date de parution : 04/2019

Voir

Accéder à la Boutique

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur