En direct

Logement : une tour positive de 50 mètres à Strasbourg
Au bord de l’ancien bassin portuaire, le profil effilé de l’immeuble d’Elithis, dessiné par X-TU, répondra aux formes orthogonales des trois tours conçues par Anne Demians pour Icade. - © © X-Tu

Logement : une tour positive de 50 mètres à Strasbourg

Laurent Miguet, bureau de Strasbourg |  le 12/07/2013  |  StrasbourgBas-RhinArchitectureBâtimentTechnique

Ma newsletter personnalisée

Ajouter ce(s) thème(s) à ma newsletter personnalisée

Strasbourg
Projets
Bas-Rhin
Architecture
Bâtiment
Technique
Valider

L’agence d’architecture X-TU construira une tour à énergie positive de 66 logements pour 50 m de haut à Strasbourg : « Une première mondiale », selon son promoteur Thierry Bièvre, P-DG du bureau d’études dijonnais Elithis.

« Le pari repose sur l’articulation entre le bâti et l’humain ». Par cette formule, le sénateur-maire de Strasbourg Roland Ries a résumé le ton de la présentation du projet lauréat du concours d’architecture pour la tour Elithis à Strasbourg. X-TU a remporté la compétition au terme de deux délibérations. Après l’élimination du Catalan Roldan & Berengué, l’Irlandais Grafton Architects a tenu la corde jusqu’à la décision finale, rendue publique ce 12 juillet.

Vitrages polarisants

Accessibles à tous les habitants par un ascenseur panoramique qui gravira les 16  étages pour 50 m de haut, des serres, ateliers de bricolages et espaces festifs expriment l’ambition sociale du projet : « Nous croyons beaucoup à l’esprit collectif et au goût de l’expérimentation partagés par les nouveaux urbains et par le maître d’ouvrage », s’enthousiasme l’architecte Anouk Legendre. Au pied de l’immeuble d’un peu moins de 6000 m2 hors œuvre net, des commerces et bureaux enrichiront la mixité des usages.

« Comme les performances d’une voiture écologique, celles de la tour dépendront en partie de ses usagers », ajoute Thierry Bièvre, P-DG d’Elithis et promoteur de l’opération. Les simulations énergétiques actuelles laissent prévoir une consommation d’environ 100 kWh/m2.an, dont la moitié issue des appareils électroménagers. L’équilibre énergétique reposera sur plusieurs solutions, dont la production photovoltaïque des façades en vitrages polarisants : les teintes varieront avec l’intensité lumineuse extérieure, pour optimiser les apports solaires. En façade sud, les panneaux solaires occuperaient environ 855 m2 pour une puissance de 170 kWc. Le promoteur et ingénieriste, qui mobilise 10 personnes à temps plein depuis 2009 pour affiner la conception technique, espère tenir ses objectifs énergétiques sans sortir des prix du marché local, inférieurs à 4500 euros par m2, pour un programme comprenant 50 % de quatre pièces, le reste se répartissant entre T2 et T3. Outre le soutien de l’Etat dans le cadre des Investissements d’avenir, il poursuit des négociations avec une quinzaine de financeurs potentiels.

L’esprit du projet se reflétera dans le chantier : le maître d’ouvrage annonce une préfabrication foraine qui s’appliquera aux façades et aux cabines sanitaires, à la fois pour limiter les transports et pour mettre en œuvre ce que Thierry Bièvre appelle un « système de formation intégré », gage de reproductibilité de l’expérimentation. « De l’industriel à l’usager, chacun connaîtra les obligations de tous », insiste-t-il. Entre lots séparés et entreprise générale, Elithis n’a pas encore arbitré.

Pivot entre passé et avenir

A l’entrée de l’écoquartier Danube, emblème de la reconquête urbaine des friches portuaires strasbourgeoises, l’architecte pointe le rôle de signal joué par son projet. Face aux trois tours noires et parallélépipédiques que programme Icade avec l’architecte Anne Demians, l’immeuble Elithis se démarquera avec des façades courbes, très fines au nord, et dont les teintes s’éclairciront du bas vers le haut. « Au sommet, les habitants regarderont le passé et la cathédrale sur leur gauche, et l’avenir européen de l’agglomération vers la droite, en direction du Rhin », annonce Anouk Legendre.

Avant la livraison annoncée en 2015, la suite de l’aventure humaine et technique se jouera cet automne dans l’atelier de projet Danube, orchestré par la société d’équipement de la région de Strasbourg et l’agence Devillers & Associés.

Commentaires

Logement : une tour positive de 50 mètres à Strasbourg

Votre e-mail ne sera pas publié

Les bonnes raisons de s’abonnerAu Moniteur

  • La veille 24h/24 sur les marchés publics et privés
  • L’actualité nationale et régionale du secteur du BTP
  • La boite à outils réglementaire : marchés, urbanismes, environnement
  • Les services indices-index
Je m’abonne
Supports Moniteur
Ajouter Le Moniteur à l'écran d'accueil